• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

blablatouille

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 8 0
1 mois 0 8 0
5 jours 0 4 0

Derniers commentaires



  • blablatouille 19 février 09:02

    @V_Parlier
    La crise de Crimée est une crise diplomatique internationale consécutive à l’occupation de la péninsule de Crimée par des troupes pro-russes non identifiées, puis à des mouvements des troupes de l’armée fédérale russe près de la frontière ukrainienne, à partir du 28 février 2014.Le déploiement de ces troupes, sans violence, fait suite à l’Euromaïdan en Ukraine qui aboutit à la destitution du président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovytch, le 22 février 2014. 


    La Russie considère le nouveau gouvernement ukrainien « illégitime »1. Le gouvernement ukrainien d’Oleksandr Tourtchynov accuse la Russie « d’invasion » et « d’occupation armée » tandis que la Russie nie la présence de soldats russes en Crimée et affirme que ces soldats sont des « forces locales d’auto-défense », tout en évoquant la possibilité d’envoi de troupes en Ukraine.

    Des combat ne nécessites pas des morts ou des échanges de tir. Une seule occupation illégale de territoire est un combat, car c’est une invasion.


  • blablatouille 16 février 15:54

    Des médias russes ont publié plusieurs entretiens de proches de combattants tués en Syrie, dans lesquels il est apparu que certains de ces mercenaires avaient combattu en Crimée et dans l’est de l’Ukraine, aux côtés des sécessionistes avant de se rendre en Syrie.



  • blablatouille 16 février 15:51

    Le media Znak publie notamment l’interview d’une femme prénommée Yelena Matveyeva qui affirme avoir été informée de la mort de son mari, combattant en Syrie, Stanislav Matveyev, par d’autres hommes déployés à ses côtés en Ukraine. Elle ajoute que son époux et elle travaillent pour PWC Wagner.


    L’écrivain russe Zakhar Prilepine, qui a lui-même combattu aux côtés des séparatistes en Ukraine, a annoncé mercredi sur sa page Facebook, la mort d’un certain Igor Kosoturov en Syrie, lui aussi déployé en Ukraine dans son bataillon. Prilepine a précisé que nombre de ces combattants sont partis en Syrie, appâtés par des salaires plus importants : « Ici, ils nous payent des « kopecks » : 15.000, 16.000 roubles, parfois 20.000. En Syrie, davantage ».


    PWC Wagner est la propriété de l’oligarque Evgueny Prigozhin, proche du pouvoir russe, qui serait également à la tête de l’Internet Research Agency, connue pour promouvoir le Kremlin sous une multitude de faux comptes sur les réseaux sociaux et forums. Selon le journal Kommersant, 1600 Russes auraient été déployés en Ukraine par PWC Wagner.

    Si le Kremlin met en cause ou minimise la véracité des informations concernant la mort de ces mercenaires, l’affaire est très commentée dans les médias russes ainsi que sur les réseaux sociaux où le silence du gouvernement est remis en cause.


  • blablatouille 15 février 13:52

    Serait-il possible d’avoir un article sur les activités et l’existence de sociétés comme WAGNER, ORYOL, MORAN ou encore RSB GROUPdans l’est de l’Ukraine ?


    Merci


  • blablatouille 13 février 15:33

    @Christelle Néant

    Je ne regarde pas que RFI, je prend aussi d’autres média. RT n’est pas anti russe à ce que je sache.

    Pour le hacking, les russes ne sont pas les derniers. Ils sont responsable des programmes malvillant BadRabbit et NotPetya.


    Dernièrement, selon MacAfee (que l’on peut pas dire qu’ils sont lié à la CIA et à l’OTAN), les russes sont derrière l’attaque des sites des jeux olympiques alors que le CIO a pris des mesures de rétorsion contre Moscou à la suite d’affaires de dopage.

    RIA Novosti, a récemment indiqué que la Russie a intercepté un chasseur américain alors que celui ci n’avait pas violé l’espace aérien russe.

    En ce qui concerne les mensonges, je rappelle que la russie a niée puis admis devant un tolé de sa population l’accident nucléaire du fameux site nucléaire Maiak. Pour rappel, c’est une concentration 100000 x supérieure à la norme de ruthénium-106 détectée fin septembre 2017 dans la région russe de Tcheliabinsk.

    Donc en terme de bouses de propagande, je sais de quoi je parle.






Palmarès