• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Blé

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1370 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Blé 10 décembre 2007 21:05

    J’adhère complètement à l’analyse de l’auteur de cet article.

    Cependant n’a t-on pas le droit de s’intérroger sur la finalité de cette politique qui va en définitive à contre courant de la civilisation.

    Cette richesse accumulée pour quelques uns au détriment du plus grand nombre ne remet-elle pas en question le droit de vivre tout simplement ?

    Au fait, une idéologie qui ne permet pas de discussion et qui ne laisse pas de place aux voix du peuple,ça s’appelle comment déjà ?



  • Blé 2 décembre 2007 07:18

    A lire l’auteur de cet article, l’individu arrive au monde déjà cravaté ou portant des talons aiguilles. Entre sa venue au monde et le moment où il/elle a conscience de lui même il n’y a rien, aucun environnement social, culturel,économique, linguistique, religieu,c’est le grand vide.

    Cet individualisme ressemble étrangement au mythe de la genèse. Avant l’instant « T » il n’y avait rien. Un grand souffle a tout créé, a tout organisé et vous êtes prié de le croire.

    Le mythe de l’individu ne serait-il pas une nécessité pour subordonner tout être humain à un projet économique et pour imposer une certaine vision du monde ?



  • Blé 29 novembre 2007 06:34

    Cet article me permet de mieux comprendre les enjeux d’un choix qui est avant tout un choix politique et de société.

    L’industrialisation des esprits ne date pas d’hier, aujourd’hui elle est un peu plus intensive, le temps presse.

    Si la raison des humains n’arrive pas à modérer l’expension du capitalisme sauvage, les conséquences de cet archarnement économique sur l’environnement pourraient bien mettre un frein sinon un arrêt à cette poursuite du tout rentable.Tempêtes, innondations, feux, touchent tout le monde, les éléments ne font pas de distinctions entre les gentils et les méchants.

    Chacun lutte dans son coin pour modérer les privatisations (ou les futures privatisations), mais ne serait-il pas plus rationel de mettre en commun tous ces efforts.

    Pas de domaines et d’activités qui ne soient remis en cause par l’économie de marché. La lutte des écolos, l’affaiblissement de l’état, la santé, l’enseignement, la justice, etc... passent au rouleau compresseur des intérêts privés. Cette privatisation globale pourtant confisque aux jeunes d’aujourd’hui et des générations futures, un environnement qui est un bien commun ;



  • Blé 29 novembre 2007 05:52

    Il serait étonnant que Sarko s’embarasse d’un lobby quelconque. Les seuls lobbyes qui l’intéressent vraiment c’est lui même et la richesse. Or, la richesse ne connait pas de religion.



  • Blé 28 novembre 2007 13:40

    L’article traduit une approche originale de constater la manière de ce gouvernement de gouverner.

    Sans doute que je ne suis plus à la page, que je ne suis pas moderne, mais il fut une époque où les entreprises qui exportaient, envoyaient leurs VRP former à HEC ou autres grandes écoles du commerce. Maintenant, pour vendre de la marchandise (centrale ou avion) il faut être élu par un peuple. Les temps changent, je veux bien, mais je ne suis pas sûre que la démocratie s’en porte bien.

    La visite officielle d’un président d’un pays à un autre pays avait une visée politique, qui permettait ensuite de faire du commerce mais aujourd’hui, il faut faire du commerce pour faire de la politique.

    Une banlieue brûle. L’ancien ministre de l’intérieur ne semble pas trop concerner par le résultat de sa politique.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité