• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

bob de lyon

Très tôt épuisé par l’école mais cossard infatigable, je me suis enfoui insatiablement dans l’activité la plus facile : la lecture… de n’importe quoi et de n’importe qui… avec, ce qui n’arrange rien, une passion désordonnée pour la guitare.
1960, époque bénie des horizons possibles.
Mais un jour, il a bien fallu se remettre à l’ouvrage et remonter le temps pour gagner le pain quotidien du ménage. Donc je m’y suis remis. Math, physique, Français et toutes sortes de spécialités techniques ou administratives.
L’entreprise nationalisée* qui m’avait embauché offrait à ceux qui voulaient se bouger le cul la possibilité de s’instruire. Elle pensait qu’il valait mieux des salariés éclairés que du personnel inculte.
Autre temps où l’investissement servait le bien public et l’intérêt général.
Je l’en remercie. Elle m’a permis de faire une belle carrière et finalement de vivre heureux.
* Ne cherchez pas, cette entreprise de service public n’existe plus, sacrifiée sur l’autel de l’ultralibéralisme par M. Jospin, trotskiste atrabilaire. Bien entendu cette réflexion n’engage que moi.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 457 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • bob de lyon 27 mai 2019 09:15

    @Aita Pea Pea
    Bonjour.

    Quant à Notre Dame, si j’en crois le conservateur de Cluny que j’ai rencontré pour mon travail sur l’abbaye mâconnaise, elle souffrait d’un péché d’orgueil ; à vouloir illuminer et rehausser l’édifice – plus haut, plus grand, plus fort ! – il fallut inventer les arcs-boutants pour éviter qu’elle ne s’ouvre en deux ; corollaire : à cause de ces éléments de renfort, elle devint la cathédrale la plus obscure de toutes.

    La lumière (donc Dieu ?) préférait, entre autres, entrer à foison à Chartres (construite en 26 ans) ou Amiens, Si j’en crois ce spécialiste, Notre-Dame serait un échec.

    Doit-on oublier que les cathédrales gothiques – art français développé par l’abbé Suger – étaient des instruments de colonisation* (souvent violente) ; à chaque nouveau territoire conquis le roi franc bâtissait une église dédiée à Marie d’où une foison de Notre-Dame…

    *(Remarque : à la même époque, la cathédrale de Lyon est une dédicace à saint Jean le Baptiste et saint Étienne ; la ville vivait dans la neutralité, assise entre l’empire germanique et le royaume franc. Lyon ne devint française qu’en 1312.)



  • bob de lyon 17 mai 2019 16:52

    @Aristide
    Bonsoir, 

    Au paiement de la dernière réparation de mon véhicule, il y a peu, la caissière a longuement regardé le chèque puis m’a demandé : « où avez-vous appris à écrire comme ça ? » ; « à l’école, comme vous ! »

    Mais votre remarque est amusante.



  • bob de lyon 17 mai 2019 11:20

    L’écriture manuscrite est un moyen de communication.

    Elle peut générer du bruit par son esthétique et sa lisibilité ; elle n’est pas anonyme (voir plus haut le graphologue).

    Dans les années cinquante, mon apprentissage de l’écriture se fit en scripte (la Carole de Charlemagne, c’est dire !…) avec une plume Sergent-major en acier toujours trempée à mi-course – attention au surplus bombé ! — dans un encrier rempli par l’instituteur, chaque lundi, de Waterman bleue…

    À la campagne, tous les après-midi de vacances d’été, j’allais en compagnie de deux jolies cousines subir des cours d’orthographe dispensés par une institutrice retraitée restée au village. Elle pestait contre ma pesante lenteur, mes cousines ayant appris à écrire dans cette belle forme ronde et rapide avec pleins et déliés dite anglaise.

    À 76 ans bien sonnés, j’écris toujours avec ma carole capétienne et quand je donne un chèque à un quelconque créditeur je m’amuse de sa réaction…

    On a les coquetteries qu’on peut.



  • bob de lyon 13 mai 2019 17:46

    @Marc Dugois

    Cette constatation, je l’ai relevé dans le bouquin de Paul Jorion « Le dernier qui s’en va éteint la lumière ».

    Autre anecdote de son travail ; à la veille de la catastrophe des subprimes, penché sur une équation évidemment esthétique et forcément indispensable à la bonne marche (cadencée) de l’économie mondiale, élaborée par un nobélisé de la banque suédoise, il découvre que celle-ci est fausse.

    Après interpellation, réponse : « jusqu’à ce jour personne ne s’en est aperçu et cela fonctionnait… à peu près ».

     



  • bob de lyon 13 mai 2019 12:05

    Bonjour Monsieur Dugois,

    Répondre à Spartacus c’est se cogner la tête contre une porte massive et cloutée. C’est un idéologue… les empreinte des chocs ne seront que sur votre front. Aucun intérêt.

    Laissez tomber.

    Par contre j’aimerais que l’on m’éclaircisse un détail : « pourquoi les salaires sont des charges et les versements aux actionnaires des profits » (sic Jorion).

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité