• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Boileau419

Boileau419

Traducteur chinois/anglais, Belge francophone, né au Congo-Kinshasa, expatrié en Chine depuis 17 ans, passionné de langues anciennes et modernes, de théologie et de littérature. Jacques Ellul et Hermann Hesse sont parmi mes auteurs préférés. En politique mes idoles sont Hugo Chavez, Pim Fortuyn, Thomas Sankara et...Marine Le Pen ! De vrais rebelles, quoi.

Tableau de bord

  • Premier article le 31/08/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 670 128
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Boileau419 Boileau419 8 octobre 2007 11:38

    Article NUL qui en plus accumule les anglicismes de mauvais aloi. Un record : sur sept mots de titre quatre sont en anglais.

    Une « Success Story », c’est tout bonnement une « réussite ». Un « newsmagazine », c’est un « hebdomadaire d’information ».

    Apprenez à parler français, bon sang !

    Je comprendrais si on parlait de choses qui sont propres aux pays anglophones, mais là vraiment, ce n’est pas le cas du tout.

    Sachez-le : truffer son titre de mots anglais ne vous rend pas plus intelligent ni lisible !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Carpette anglaise du mois.



  • Boileau419 Boileau419 3 octobre 2007 11:54

    Qui se cache derrière la très opaque Transparency International ?

    La presse internationale commente le dernier rapport de Transparency International sur la corruption dans le monde. Elle accepte les conclusions de ce documents sans se poser de questions sur ses auteurs, leur méthodologie et leur finalité.

    Transparency International se présente comme « une organisation de la société civile globale conduisant la lutte contre la corruption ». En d’autres termes, sa fonction est d’ouvrir de nouveaux marchés aux entreprises multinationales en accusant de corruption les gouvernements qui leur résistent et, en définitive, de favoriser la globalisation économique.

    Bien qu’elle s’affirme organisation non-gouvernementale, Transparency International est un pseudopode de la National Endowment for Democracy (NED), la principale agence d’intervention légale des gouvernement états-unien et britannique. Rien d’étonnant donc à ce que ses principaux dirigeants soient liés à la CIA états-unienne et au MI6 britannique.

    Transparency International a été créée par Peter Eigen, un juriste allemand qui travailla pendant 25 ans à la Banque mondiale avant de devenir consultant à la Fondation Ford, paravent philanthropique de la CIA. Aujourd’hui, M. Eigen a rejoint la Carnegie Endowment for International Peace, autre paravent de la CIA. Surtout, il est devenu l’un des administrateurs de Crown Agents (littéralement les Agents de la Couronne), un ancien service de la Couronne britannique, privatisé en 1997, chargé de l’assistance des gouvernements étrangers dans les processus de privatisation. C’est à ce titre que Peter Eigen a joué un rôle essentiel dans le processus de privatisation de l’économie irakienne sous occupation anglo-saxonne, Crown Agents étant alors sous-traitant de l’USAID. M. Eigen est l’époux de Gesine Schwan, l’universitaire allemande spécialisée dans la dénonciation de l’anti-américanisme et candidate malheureuse du SPD à la présidence de la République.

    La canadienne Huguerre Labelle a succédé à M. Eigen à la présidence de l’organisation. Mme Labelle est elle-même l’ex-président de l’Agence canadienne pour le développement international, c’est-à-dire l’homologue canadienne de l’USAID.

    M. Eigen a composé un Conseil Consultatif qui sert de caution à l’organisation. On y trouve côte-côte ses amis de Crown Agents et de la Fondation Carnegie, les anciens présidents d’Allemagne et des États-Unis Richard von Weizsäcker et Jimmy Carter, le directeur général de l’Organisation mondiale du commerce Pascal Lamy, etc...

    Transparency International dispose de branches dans une centaine de pays. La plus importante étant bien sûr la branche états-unienne. Elle a été co-fondée par deux personnalités au profil remarquable : Frank Vogt, un autre ancien de la Banque mondiale, est un chantre de la globalisation. Il est aujourd’hui employé par l’American Entreprise Institute aux côtés de son ami Paul Wolfowitz, ancien directeur de la Banque mondiale. Michael J. Hershman, un ancien officier des services de renseignement militaire, a été le n°2 de l’USAID et dirige aujourd’hui l’unité anti-terroriste de la Chambre de commerce des États-Unis.

    La branche française est présidée par Daniel Lebègue, ancien vice-président de la BNP. Au conseil d’administration, on trouve l’ancien secrétaire général de l’OCDE, Jean-Claude Paye ; tandis qu’au haut-conseil, on trouve l’ancien président du Fonds monétaire international, Jacques de Larosière, aux côtés de Pierre Rosanvallon, ancien secrétaire général de la Fondation Saint-Simon.

    Transparency International est le plus discret possible sur ses financements. C’est bien normal, car sesprincipaux bailleurs ne sont autre que la National Endowment for Democracy (NED) et l’USAID, suivis par la Fondation Soros et la Fondation Ford, et une kyrielle de multinationales (BP-Amoco, Exxon, Rio Tinto, Shell...) dont l’intégrité sont légendaires.



  • Boileau419 Boileau419 30 septembre 2007 08:21

    Que certains aient du plaisir à communiquer en anglais plus ou moins frelaté à l’étranger, je n’ai aucune objection, mais ce que je trouve INTOLERABLE, c’est l’invasion de l’anglais dans notre vie quotidienne, en francophonie, là où il n’a rien à faire du tout.

    Nous avons une langue suffisamment riche pour dire tout ce qui se dit en anglais. Par conséquent cette intrusion de l’anglais dans la publicité et ailleurs ne peut être qu’une forme de lavage de cerveau, et il faut s’y opposer résolument.



  • Boileau419 Boileau419 26 septembre 2007 12:23

    « on y échappe définitivement pas ».

    Haha, « définitivement » est un parfait anglicisme.

    Dites « décidément ».



  • Boileau419 Boileau419 26 septembre 2007 12:22

    Le latin n’est pas mort du tout. J’ai dans ma biblio « Le Latin sans peine » d’Assimil et il fut un temps où je pouvais m’exprimer en latin. Depuis je me contente de le lire. Voilà la langue européenne par excellence. D’ailleurs elle est toujours la langue du Vatican et le pape fait certains de ses discours en latin.

    Pour le reste, je suis d’accord avec vous. L’invasion de l’anglais globiche est flagrante.

    Agoravox est un bon exemple : pratiquement pas un jour ne passe sans que l’on ne voie un article avec un titre dans lequel on trouve des mots anglais. Insupportable.

    Vanité, bêtise, lâcheté, suivisme.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Parodie Humour

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité