• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Brice

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 09/01/2010
  • Modérateur depuis le 04/03/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 15 129 767
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 55 42 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Brice MATINGOUT 7 janvier 2010 16:07

     Il n y a pas de doute sur le fait que le despote qui a survécu à la première et la deuxième guerre mondiale, l’héritier des négriers qui ont bâti leurs fortunes sur le sang et la sueur des millions d’africains du 12e siècle à nos jours, celui qui n’hésite pas de spolier et d’exproprier des millions de ménages pauvres dans le monde et qui malgré tout est malheureux, est seul responsable de la destruction de l’environnement qui explique chaque année des milliers d’éco-réfugiés. Aujourd’hui, il qui propose aux ménages pauvres de payer la taxe carbonne. Comble d’injustice ! Tant que c’est lui qui fera des lois, elles seront toujours en sa faveur. Oh malheureux que je suis, où sont les révolutionnaires ?



  • Brice MATINGOUT 7 janvier 2010 15:47

    Obama ? Qui a dit qu’il était libre ? Il n’échappe pas aux gros industriels et pétroliers de la planète qui ont la main mise sur sa sécurité défaillante. Et, si tout était calculé.
     Oui, l’Occidental est calculateur. C’est un homme intéressé. Il est attiré par le gain, le profit même s’il faut détruire la planète pour cela.C’est dans la nature de son mode de développement. En plus, il appelle ça développement, un système qui detruit des milliers de vie par jour et que les dirigeants africains betement ont érrigé comme modèle. Les colonialistes ont donné le drapeau et l’hymne national aux pays africains. Il n’a jamais été question d’indépendance. Les nouveaux dirigeants devaient soumission et obéissance absolue pour vivre. les cas de BONGO, HOUPHOUET, MOBUTU sont trop connus. Mais nous connaissons aussi le cas SANKARA, LISSOUBA...dossiers secrets de la françafrique.



  • Brice MATINGOUT 7 janvier 2010 15:25

     Qui a dit que l’esclavage avait été abolie ? Quelle que soit sa forme l’esclavage existe toujours. L’homme noir n’était plus dans les champs de canne-à-sucre. Son propriétaire lui a dit « tu peux t’en aller » par ce qu’au fond la canne-à-sucre était remplacé par la betterave pour la fabrication du sucre. Cette nouvelle culture n’exigeait plus une main d’oeuvre abondante. Contrairement à ce qu’on nous fait croire, Le capitaliste n’était pas devenu bon comme par miracle au point de libérer les noirs, ses noirs. Mais, c’est grâce à la betterave que les noirs sont devenus libres. D’ailleurs, de quelle liberté parlons nous ? Où pouvait -il aller travailler ? Il ne devait retourner que dans les champs. C’était là, leur place. Et Obama ? Me diriez-vous. Ce cas m’échappe. Mais, il n’échappe pas aux gros industriels et pétroliers de la planète qui ont la main mise sur sa sécurité défaillante. Et, si tout était calculé.
     Oui, l’Occidental est calculateur. C’est un homme intéressé. Il est attiré par le gain, le profit même s’il faut détruire la planète pour cela.C’est dans la nature de son mode de développement. En plus, il appelle ça développement, un système qui detruit des milliers de vie par jour et que les dirigeants africains betement ont érrigé comme modèle. Les colonialistes ont donné le drapeau et l’hymne national aux pays africains. Il n’a jamais été question d’indépendance. Les nouveaux dirigeants devaient soumission et obéissance absolue pour vivre. les cas de BONGO, HOUPHOUET, MOBUTU sont trop connus. Mais nous connaissons aussi le cas SANKARA, LISSOUBA...dossiers secrets de la françafrique.



  • Brice MATINGOUT 11 décembre 2009 07:55

     Le comble, c’est les dirigeants des pays pauvres qui vont signer tous les traités de Copenhague comme des idiots. Déjà à peine un foyer sur 340 était électrifié au moment où la source d’énergie était la plus accessible. Que deviendra l’Afrique à l’heure des éoliènnes et et de l’énergie solaire si coûteuse, elle qui a le taux des pauvres le plus élevé de la planète ? Ici , nous comprenons aisément qu’à cette allure tout est fait pour que l’Afrique privée d’électricité sous sa forme actuelle s’embourbe dans la pauvreté. Car, sans électricité, il n’y a pas de développement possible. Maîtriser l’électricité, c’est un élément clef dans le processus du développement. 
     

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité


Agoravox.tv