• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Brieuc Le Fèvre

Brieuc Le Fèvre

Docteur en Géochimie, actuellement en phase de reconversion vers une vie plus durable, et j’espère aussi plus "utile" à mes concitoyens ; j’espère réussir à mettre mes compétences et ma culture générale au service des citoyens du monde, à travers diverses actions de solidarité. Eclectique, je m’intéresse à presque tout ce qui a trait à la connaissance humaine, en fuyant tout ce qui est "pipeul", car je pense que le contenu et les modes du "pipeul" nous sont imposés par des groupes industriels et financiers dont le seul objectif est de nous décérébrer pour mieux nous enfermer dans des comportements pavloviens, qui sont prévisibles, donc exploitables et rentabilisables. Je préfère donc cultiver atypisme et esprit libre, dans le respect de l’autre.

Tableau de bord

  • Premier article le 28/02/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 113 43
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 21 octobre 2008 18:36

    Bof, lui, il pourrait aussi bien se taire, vu que le PS est aussi inaudible en politique qu’une boîte à musique dans une rave.

    Depuis 5 ans, tout ce qu’à fait le PS, c’est ne pas réussir à décider qui sera le chef de cette bande d’éclopés de la politique. Alors de là à la ramener en temps de crise...



  • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 21 octobre 2008 16:20

    Très juste ! Jetez votre boîte à conneries à la benne ! C’est non seulement un geste écolo (puisqu’elle ne consommera plus de courant nucléaire), mais aussi citoyen, puisque vous sauvez alors pas mal de temps de cerveau, qui devient donc disponible pour démonter les arnaques MONUMENTALES dont nous sommes victimes. Les plans des "maîtres du monde" sont cousus de câble blanc, diamètre 2 pouces et 1/2 !!!

    J’ai jeté depuis longtemps ma téloche, et je ris encore du ton ahuri de l’employé du "call center" qui m’a appelé l’autre jour pour me vendre des forfaits télé numérique par câble, quand j’ai répondu "zéro" à la question "Combien de chaînes recevez-vous actuellement ?".

    Le pôvre, il a pas dû en dormir du week-end ! A pisser de rire.

    Brieuc



  • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 21 octobre 2008 16:10

    Apparemment (et bien que "le risque de faillite n’existe pas"), 10,5 Geuros suffiront pour l’instant aux potes à not’ président (à l’évocation de ce grand personnage, je place ma main droite sur mon coeur, lève un tant soit peu mon auguste de ma chaise, et opine du chef).

    Mais si le risque de faillite n’existe pas, cela veut dire que le système bancaire est capable de s’en sortir seul (c’est le sens exact de "le risque de faillite n’existe pas", non ?), pourquoi alors recapitaliser les banques ? "On" nous prend encore pour des "jambons", ou quoi ? Les citoyens ont-ils perdu à ce point tout sens critique, que des incohérences de telle ampleur puisse passer, ou bien devons-nous nous attendre à une prochaine révolution ? Déjà les profs sont dans la rue, bientôt les gardiens de prisons.

    La poste ferme des bureaux dans les petites communes, les retraites s’érodent, l’éducation nationale part en quenouille, la justice est dans les choux. Et le gouvernement, dont "les caisses sont vides" distribue tranquillement aux banques des cadeaux réels de milliards d’euros. Milliards bien sûr empruntés aux banques.

    Suivez bien le circuit : l’Etat emprunte 40 milliards sur les marchés financiers (donc auprès des bancassureurs en priorité). Puis "recapitalise" les mêmes bancassureurs avec 10,5 de ces milliards. Donc, les bancassureurs ont maintenant la possibilité de négocier 40 milliards de dette de l’Etat (titrisation de cette dette), et disposent en bonus de 10,5 milliards du cash qu’ils ont eux-mêmes créé ! Total : +50,5 milliards de liquidité, qui, avec un ratio prudentiel de "seulement" 10 %, se transforment rapidement en 500 et quelques milliards de crédits, générateurs de mirifiques intérêts à terme (sans compter les intérêts que nous, citoyens de l’Etat français, devrons payer éternellement sur les 40 milliards de dette contractés par notre gouvernement aux caisses vides).

    Je ne voudrais pas avoir l’air de critiquer, mais il me semble quand même que ce sont un peu toujours les mêmes qui gagnent, et les autres qui trinquent, non ? Pile, ils gagnent, face, nous perdons.

    Voilà comment on ne résout pas une crise, puisqu’elle est traitée au niveau de conscience qui l’a générée.

    Bienvenue dans la Présipauté de Groland, à moins que ce ne soit le royaume d’Ubu ?

    Ecoeurant.

    P.S : 10,5 milliards, divisés par 60 millions de français, ça fait tout de même 175 euros par tête de pipe. Et si nous allions les réclamer à nos banques ? Après tout, ce pognon est censé, en quelque sorte, permettre d’augmenter le pouvoir d’achat, à terme, non ? Perso, même 175 euros, je saurais quoi faire avec !



  • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 14 octobre 2008 11:45

    J’ai oublié : pour comprendre ce qui se passe avec la monnaie et la dette, vous pouvez visiter http://www.public-debt.org/index.php



  • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 14 octobre 2008 11:42

    Il est bien doux de faire un chèque en blanc, quand on sait qu’il est en bois : ça n’engage à rien !

    Cela dit, la création monétaire par le privé a montré sa nocivité. Celle par le public aussi (inflation des années 60-70). Bon. La solution est peut-être entre les deux ?

    La monnaie est immatérielle aujourd’hui, donc, finalement, la dette des Etats aussi : elle ne vaut que ce que nous voulons bien qu’elle vaille, et l’or n’est plus une valeur refuge, puisqu’il vaut, au jour le jour, plus ou moins de monnaie, selon les cours.

    Les banques qui coulent vont être maintenues à flot grâce à la garantie de l’Etat sur les emprunts qu’elles feront auprès d’autres banques. La garantie de l’Etat sera partiellement soutenue par un emprunt. Auprès des banques, bien sûr. Bon, à ce point, le serpent se mord un tout petit peu la queue, mais diable ! la situation mérite bien cela, non ?

    Si les Etats n’avaient pas abandonné leur droit de battre monnaie au privé, la France aujourd’hui ne serait pas endettée du tout ! Nous avons déjà payé plus de 1300 milliards d’euros d’intérêts aux financiers privés depuis 1973, nous devons encore 1200 milliards (plus 40 dans les prochains jours), dont plus de la moitié (695 milliards environ) sont des intérêts non remboursés sur des recettes, mais par recours à un nouvel emprunt. Faites le calcul : 1300 milliards d’intérêt versés au privé, 1200 milliard de dette contractée. Si l’Etat avait conservé son droit de battre monnaie, nous aurions pu avoir l’une ou l’autre de ces situations :


    - découvert sans intérêt accordé par la Banque de France à l’Etat, soit 1200 milliards, intégralement remboursé par les recettes, soit 1200 milliards, quand nous en avons déjà trouvé 1300 à rendre : résultat net positif de 100 milliards.


    - crédit accordé à l’Etat avec intérêt par la Banque de France, soit 1200 milliards, remboursé par les recettes et l’emprunt, soit 1300 milliards : resultat net de 100 milliards pour les actionnaires de la Banque de France. Et c’est qui, les actionnaires ? Ben, c’est l’Etat français, à 100%. C’est nous.

    Bref, nous serions "riches" d’une avance de 100 milliard d’euros. Au lieu de quoi.... vous connaissez la suite.

    Quant à savoir ce qui nous attend, bien malin qui peut le dire. Comme à chaque fois, il y a ceux qui disent noir et ceux qui disent blanc, plus toutes les nuances de gris, voire parfois un peu de rouge ou de bleu. Et dans six mois, un an, nous saurons qui avait raison (puisque à ce moment là, ils viendront fanfaronner sur le devant de la scène, tout comme fanfaronnent aujourd’hui ceux qui prédisaient la crise et le krach). En effet, le propre de l’économiste est de passer son temps à vous expliquer après pourquoi il avait raison de se tromper avant (en outre que de croire que la croissance infinie de l’économie, qu’elle fut réelle, de service ou financière, peut prendre place dans un monde fini).

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité