• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Brieuc Le Fèvre

Brieuc Le Fèvre

Docteur en Géochimie, actuellement en phase de reconversion vers une vie plus durable, et j’espère aussi plus "utile" à mes concitoyens ; j’espère réussir à mettre mes compétences et ma culture générale au service des citoyens du monde, à travers diverses actions de solidarité. Eclectique, je m’intéresse à presque tout ce qui a trait à la connaissance humaine, en fuyant tout ce qui est "pipeul", car je pense que le contenu et les modes du "pipeul" nous sont imposés par des groupes industriels et financiers dont le seul objectif est de nous décérébrer pour mieux nous enfermer dans des comportements pavloviens, qui sont prévisibles, donc exploitables et rentabilisables. Je préfère donc cultiver atypisme et esprit libre, dans le respect de l’autre.

Tableau de bord

  • Premier article le 28/02/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 113 43
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 14 octobre 2008 10:27

    Eh oui ! Des gens bien intentionnés réclame "des papiers pour tout le monde", quand la vraie liberté serait "des papiers pour personnes".

    Nous sommes fichés, étiquetés, informatisés, et bientôt "edvigisés", le tout, bien évidemment, "pour notre bien". C’est pour notre sécurité, et pour éviter que ces salauds de musulmans ne viennent se faire péter chez nous. Il y a seulement 70 ans, c’était le juif, le salaud à exterminer. Le hic, c’est que les musulmans aujourd’hui sont près de 2 milliards quand même, tandis que les juifs nont jamais été si nombreux. Comme le disais Coluche (j’aime beaucoup ce qu’il disait, et c’est souvent plus parlant que Kant ou Montesquieu smiley ) : "Tant qu’à m’engueuler, j’aime mieux le faire avec les moins nombreux", ce qui est une manière bien raisonnée de choisir son ennemi. Bush, McCain et leurs 150 millions de péquenots blancs devraient y réfléchir, avant de provoquer, tous ensemble, les musulmans, les russes et les chinois (au bas mots, 3 milliards et demi en tout).

    La réalité du monde, sur laquelle M. Frédéric Lyon nous invite à ouvrir les yeux, c’est que tout est construit pour assurer à la classe dominante ultra-riche et ultra-puissante un monde suffisament ordonné et calme pour que le commerce qui leur profite continue. "The show must go on". Tant qu’il y aura des acteurs sur scène, il continuera en effet. Les acteurs, c’est nous. Si nous quittons le jeu, le show s’arrête, quelle que soit la rage du régisseur.

    Un autre monde est possible, un monde sans papiers, sans contrôle permanent, sans obligation de travailler pour avoir le droit d’accéder au nécessaire, un monde dans lequel les gains de productivité formidables permis par le progrès technique seraient utilisés pour libérer le temps de reflexion, d’entraide, de solidarité entre les hommes, plutôt que pour produire plus de fric et encore plus de fric, et puis des armes pour le garder, et puis des soldats pour les utiliser, et puis des milices pour nous protéger des soldats ennemis, puis....

    Marre du toujours plus, lâchons ces stupides cupides, et construisons un toujours mieux où il ne sera pas nécessaire de bosser le dimanche pour payer la cantine du petit.

    Il se sont eux-mêmes mis à genoux, profitons en pour leur tirer, vite fait bien fait, notre révérence !



  • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 14 octobre 2008 10:05

    C’est marrant, en lisant ce dernier post de Mr. Laïonne, j’ai cru relire l’histoire des chemises brunes et de la milice de notre bon ministre Laval. Sieg Heil, Mr. Laïonne !



  • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 13 octobre 2008 23:00

    La relation de l’humain à l’argent a en effet un côté névrotique marqué, et relève de la psychanalyse !

    L’argent n’est rien, mais il donne l’illusion de tout pouvoir... tant que le sujet y place sa confiance ! Dès lors que la défiance remplace la confiance, l’argent retourne à ce qu’il est : rien !



  • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 13 octobre 2008 22:51

    Et en attendant, "Action contre la Faim" réclame, depuis des mois, 50 millions d’euros pour boucler un budget alimentaire en hausse, à destination des familles pauvres (et il y en a de plus en plus).

    La monnaie est une pure virtualité, la créer ne coûte rien, si ce n’est de faire gaffe à qui la crée et pourquoi.

    Si vous voulez une sortie à la crise, faites ce que les Québécois des années soixante ont fait avec le carcan religieux qui étouffait leur conscience et leur liberté : ils ont dit "merde" aux curetons, ont cessé d’écouter sermons et homélies, les filles ont sorti les mini-jupes, les garçons se sont laissé pousser les cheveux.

    Ils ont appelé ça "la Révolution Tranquille".

    Alors, si nous tous, nous allions demain dire "merde" à notre banquier qui veut nous coller des assurance-vie et des PEA pour "profiter du dynamisme des marchés boursiers" (j’invente pas, c’est écrit texto dans toutes les pubs que je reçois de ma banque ces jours-ci, et il y en a pas mal), si demain nous créions notre propre monnaie, gratuite et sans intérêt, à la hauteur exacte de la valeur conventionnelle de notre travail, bref, si demain nous cessions de jouer à ce jeu de con, alors là, oui, la crise serait finie.

    Il nous faut changer de paradigme, éclairer la situation d’un autre jour, nous placer d’un autre point de vue, sinon, nous aurons encore bien des misères à traîner, pour, effectivement, rembourser aux riches ce qu’ils nous ont volé.

    La croissance est une débilité profonde, tout juste bonne pour les Frédéric Lyon, et elle ne sauvera pas le monde, pas plus qu’elle n’apportera le bonheur à toute l’humanité. Les ultra-riches, les riches, et les classes supérieures/moyennes occidentales (donc vous, qui avez les moyens et le temps de lire ceci) sont en train de préparer l’extermination de la surpopulation planétaire, par la faim, les pandémies corrélatives et la violence urbaine ou militaire.

    Soyez honnête avec vous-même : serez-vous plus heureux quand vous aurez votre nouvelle baraque ? Votre nouvelle voiture ? Votre nouvelle télé ? Fait ce voyage au Mexique ? Fini de payer le canapé ? Non, car il vous faudra alors trouver autre chose à acquérir pour vous sentir "un peu mieux". C’est écrit clairement dans un des post ci-dessus : chaque riche voudrait bien avoir le double de ce qu’il possède, ce qui lui permettrait de vouloir le double de ce qu’il aurait, puis le double encore, etc. Bref, chaque fortune qui double crée le besoin d’amasser une fortune équivalente à ce qui a déjà été amassé. C’est sans fin, c’est illusoire, et le mouvement croissantiste est l’expression collective de cette névrose.

    Gandhi a écrit "Le monde contient assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous"

    Ce que Coluche a traduit à sa manière, par "Si seulement les pauvres se contentait de ce qu’ils ont, il serait vachement plus facile de contenter tout le monde"

    Je poursuivrais en disant : si seulement les riches se contentaient de ce dont ils ont besoin, et abandonnaient le reste à la collectivité, la richesse mondiale disponible serait suffisante pour assurer une vie digne et paisible à tous les humains.

    Mais au vu du bouillonnement intellectuel et médiatique destiné à "sauver" un système qui se fonde sur l’antithèse de ce que je viens de décrire, ce n’est pas demain la veille.

    Perso, je m’en fous : j’ai arrêté de jouer à ce jeu de con depuis longtemps.

    A ciao,

    Bonsoir.



  • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 1er octobre 2008 21:39

    "quelle est vraiment la valeur de l’argent ?"  Réponse : la confiance que vous y mettez.

    La monnaie n’est rien d’autre qu’une promesse de payer (à la base, c’est une dette contractée par quelqu’un, qui passe de main en main). Sa valeur est donc proportionnelle à la confiance que vous avez dans la promesse de ce quelqu’un de payer ce qu’il doit...

    Brieuc

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité