• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

calach

calach


 "Le jour où le crime se pare des dépouilles de l’innocence, par un curieux renversement qui est propre à notre temps, c’est l’innocence qui est sommée de fournir ses justifications." Albert Camus

Tableau de bord

  • Premier article le 08/06/2007
  • Modérateur depuis le 14/11/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 23 131 310
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 120 87 33
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • calach calach 27 juin 2007 00:37

    @ l’enfoiré

    Il me semble que la meilleure façon d’éviter le piège de la longueur et du refus, c’est de découper en 2 ou 3 articles et publier progressivement. C’est plus facile pour le lecteur et cela améne plus de réactions. L’auteur a tout à y gagner. Et sur la justice, il y a de quoi dire et donc de quoi découper... Par contre, il est effectivement indispensable de « lisser » pour éviter les ennuis. Bonne cuisson en attendant la sortie du four !!!



  • calach calach 26 juin 2007 20:49

    @ pug

    L’affaire d’Outreau ne devait pas arriver quelqu’ait été l’effet de départ. Lorsqu’une Institution RESPONSABLE a le pouvoir absolu d’accuser de crimes des citoyens sans défense et de les placer en détention, elle n’a AUCUN DROIT à l’erreur. Que se passe-t-il lorsqu’un chirurgien se trompe dans une amputation etc... ? Il est donc indispensable et urgent de définir une procédure précise et équilibrée, appuyée sur de réelles compétences professionnelles et pas seulement sur de simples OPJ. Bien entendu, cette procédure ne doit être ni trop longue, ni expéditive. La vraie réforme est à ce niveau et ne coûte pas très cher sinon de la réflexion professionnelle...



  • calach calach 26 juin 2007 20:36

    @ l’enfoiré J’espère que tu publieras ton article sur agora !



  • calach calach 20 juin 2007 17:24

    Je précise que parmi les affaires de pédophilie dont S. Royal disait avoir eu « la chance » de rencontrer en 1997, il y avait l’affaire de Montmirail qui a a engendré le suicide de Bernard hanse alors qu’il était totalement innocent. Nous connaissons les réactions de S. Royal dans cette affaire (Voir le blog bernardhanse.canalblog.fr)



  • calach calach 20 juin 2007 16:59

    Il y a les affaires privées du couple Hollande - Royal qui sont, à priori, « privées » mais qui deviennent assez logiquement publiques lorsqu’il s’agit de personnalités du schow politique. Mais il y a à signaler des affaires beaucoup plus graves et entièrement publiques surtout lorsque l’ambition perverse du pouvoir a broyé nombre d’innocents. Il est utile dans ce domaine de citer la déclaration d’Evelyne Pathouot, auteure du livre « Docteur Royal et Miss Ségo : dans l’ombre d’une madone ». E. Pathouot dit ceci lors de la présentation de son livre : « Je pensais que plus rien ne pourrait me surprendre venant de sa part, quand soudain, elle (S. Royal) proféra, avec une insouciance totale des propos qui, dix ans plus tard, me paraissent toujours inqualifiables. Alors qu’elle évoquait certaines de ses déclarations sur la pédophilie dont la presse avait fait grand bruit et qui avaient assis sa réputation de femme d’ordre et d’autorité, elle se félicita elle-même d’avoir eu « la chance » - ce fut le terme qu’elle employa - d’avoir eu un cas de pédophilie dans sa circonscription, « ce qui (lui donnait) de l’avance sur Claude Allègre ». Le terme « chance » me semblait plutôt mal approprié. Je ne voyais pas en quoi cela pouvait constituer pour une élue une occasion de se réjouir, ni de l’« avance » sur un autre ministre. Sa langue n’avait pas fourché. Elle avait tenu ces propos parce qu’elle y croyait sincèrement. Cette phrase, prononcée de manière anodine, opéra en moi un véritable déclic. La séduction cessa définitivement d’opérer. Ce fut le dérapage de trop. Dorénavant, il ne me restait de ma collaboration avec Ségolène qu’une immense déception. Ma décision était prise, je ne travaillerais plus jamais à ses côtés. »

    Je voudrais rappeler également que le conseiller de Royal et Allégre rapportaient en 1999, devant une délégation syndicale, les propos suivants : « Si un enfant peut être préservé au prix de neuf enseignants accusés à tort, l’objectif est rempli. »

    Je laisse le soin à Mako de rappeler les liens qui démontrent les dégâts de S. Royal sur les innocents. Il me semble que cet aspect est autrement plus important que les affaires du couple Royal - Hollande.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité