• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Cassiopée R

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 388 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Cassiopée R 20 juillet 2012 15:36

    La création de monnaie distribuée sur les marchés, qui ont été créer dans le but d’éviter une déflation (une baisse de la production) va à son tour créer une hyperflation. Les économies modernes dépendent les unes des autres, et les créations de monnaie ont eu lieu à la FED (Etats-Unis), la banque d’Angleterre ou encore du Japon, ce qui provoquera une hyperflation mondiale.

     

    C’est une très forte hausse des prix, en milliards d’euros de yens ou de dollars, changeant en permanence, et qui fait chuter la production. En 1929, de nombreux économistes ont critiqué le fait que la production ne pouvait être soutenu et qu’elle devait connaître une baisse, ainsi qu’une spéculation constante vers une hausse des prix (ce qui se passe actuellement) accompagner de choix productivistes.

     

    L’hyperinflation va alors de facto développer du survivalisme dans la société, ceci vient du fait que les produits de consommation deviendront inaccessible ou très difficilement négociable, ce qui réduit les échanges.

    Lien google survivalisme

    https://www.google.fr/#hl=fr&gs_nf=1&cp=9&gs_id=x&xhr=t&q=survivalisme&pf=p&output=search&sclient=psy-ab&oq=survivali&gs_l=&pbx=1&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_qf.,cf.osb&fp=ee984ad18e456e7c&biw=1093&bih=514

    A inscrire le survivalisme dans ses favoris.



  • Cassiopée R 18 juillet 2012 00:15

    "En fait, une analyse correcte de la théorie du commerce international ne conduit en aucune façon à la conclusion que l’application à l’échelle mondiale d’une politique généralisée de libre-échange pourrait correspondre à l’intérêt réel de chaque pays, que ce soient les pays développés de l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord ou le Japon, ou que ce soient les pays en voie de développement de l’Europe de l’Est, de l’ex-URSS, de l’Afrique, de l’Amérique Latine, ou de l’Asie.« 

     »Une mondialisation généralisée des échanges entre des pays caractérisés par des niveaux de salaires très différents aux cours des changes ne peut qu’entraîner finalement partout dans les pays développés : chômage, réduction de croissance, inégalités, misères de toutes sortes."

    http://osonsallais.wordpress.com/2010/01/21/les-effets-destructeurs-de-la-mondialisation/



  • Cassiopée R 17 juillet 2012 20:41

    La désindustrialisation progressive de l’ Occident est en marche, et seuls les Pays-Bas et l’ Allemagne ne sont pas parmi les pays qui font face à ce processus. C’est l’application du programme de Tchatcher à tous les pays industrialisés en Europe et en Amérique du Nord, à l’exception de ceux qui ont le droit à un protectionnisme national.

     

    Comme les barrières douanières sont revues constamment à la baisse, les délocalisations ne sont que la conséquence d’une doctrine financière visant à réaliser un maximum de profits, sans aucune alternative pour les pays qui n’ont pas leurs industries protégées. Les pays industrialisés (en Europe ou en Amérique du Nord) sont spécialisés dans la conception de produits pour les masses, mais elles sont sacrifiées pour se déplacer vers des secteurs à très bas salaires (un bol pour s’alimenter), des taux de suicides très élevés malgré l’arrivée d’entreprises, des tortures dans des camps de travail et des horaires de plus de 30 heures d’affilées.

     

    Il n’y a pas de possibilités de protection des industries puisque toutes les lois créées par les organismes internationaux comme la Banque mondiale, l’OMC ou le FMI mettent en place les conditions de suppressions d’emplois, dans des pays dont le protectionnisme doit être inexistant économiquement. C’est un véritable ravage pour le tissu local qui est réduit à vivre avec des prix très élevés sans accès à l’emploi.

     

    Cette désindustrialisation s’accompagne d’une dérégulation du travail, d’une baisse des salaires, d’une interdiction du droit de grève et de la baisse de l’accès aux services publics. La hausse des prix et l’impact des dettes (impôts ou taxes) sur la société augmentent, alors que le coût de l’inflation ne suit plus depuis très longtemps les revenus. Les citoyens voient baisser leur niveau de vie dans ce type de condition.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité