• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Cecile

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Cecile 4 mai 2013 15:46

    Cet article est tellement aberrant de bêtise et de stupidité que je me suis immédiatement inscrite sur le site pour répondre à cet « auteur » dont le niveau culturel doit être bien bas pour détester à ce point le livre...

    D’abord, la culture N’EST PAS une frivolité, NON, la culture est l’élément le plus essentiel à l’homme après ses besoins naturels que sont manger et boire. Car oui, si l’homme a une conscience, contrairement à l’animal, c’est bien pour s’en servir et s’épanouir sur la voie humaniste de la connaissance et non celle de l’asservissement à la société de consommation capitaliste abrutissante à souhait par sa propension à cultiver le néant (comme votre article) et à l’ériger en soit disant « culture ».

    Ceci dit, deuxième chose : le livre EST un objet de papier (cf définition du Larousse : « le livre est un ouvrage destiné à être imprimé ») et non il ne disparaîtra jamais car tous les fervents défenseurs de la culture ne permettront pas à des imbéciles dans votre genre d’y contribuer ne serait-ce qu’au quart du tiers d’un micron.

    Chacun sait parfaitement qu’Internet, l’ordinateur en général, et son mode de fonctionnement où l’information vous « saute au cerveau » et annihile tout processus d’imagination et de réflexion poussée, ne permettent pas de lire de façon agréable. Le livre électronique n’a rien à voir avec le livre papier : le confort est absolument incomparable et pour profiter d’un livre papier, il faut forcément se couper d’un écran pendant quelques heures afin de pouvoir se concentrer pleinement.

    Le livre électronique est donc la mort de la culture pour deux raisons : d’abord, il branche notre culture à l’électricité de telle sorte que sans électricité, plus de culture, avec tous les risques et conséquences que cela emporte. Ensuite, parce que le livre électronique n’est et ne sera jamais confortable et ne favorisera donc jamais la lecture (essayez donc de passer de la lecture de ce commentaire à la lecture concentrée d’un livre papier... Il vous faudra de longues minutes pour vous concentrer tant l’écran a bouleversé votre cerveau : un oeil ne perçoit pas pareil un écran et un papier imprimé, les mécanismes sont différents tout simplement).

    Enfin, je terminerai simplement sur la négation pleine et totale du constat selon lequel supprimer les livres de la surface de la terre permettrait une quelconque économie pour le climat : FAUX, poncif éculé et inepte. Ce qui pollue, c’est l’industrie, les énergies fossiles, les déchets, les pesticides de toute sorte, la déforestation à des fins alimentaires, et j’en passe et des meilleures sur l’éventail de pollutions de notre monde moderne.

    Le livre, à côté, ça ne pollue pas, d’autant qu’il existe des forêts où chaque arbre coupé est replanté. Un livre, ça se garde 100 ou 200 ans, ça se transmet, ça se partage, ça s’emprunte à la bibliothèque, ça permet l’imagination et le rêve, la culture, l’évasion, bref le livre c’est l’incarnation du seul besoin que l’homme ne partage pas avec l’animal.... Le besoin de culture.

    Supprimer le livre, c’est placer sa tête dans une guillotine et en actionner le mécanisme, au littéral comme au figuré. Voilà ce que c’est que supprimer le livre.

    Sur ce, je vous souhaite d’inventer un sérum d’oubli pour oublier votre article aussi vil et bas que la réflexion qui a du courtement traverser votre esprit pour que vous trouvâtes bon de la faire partager à la terre entière... Pour notre plus grand malheur. Ah oui, car le livre, c’est aussi un gage de qualité par le processus éditorial.... Ce qu’Internet a omis préférant laisser n’importe qui exprimer des idioties de café du commerce comme si cela était grande réflexion...

    Sans rancune. C’est sans doute le livre qui se venge d’avoir été tant malmené par vous pendant toutes ces années..







Palmarès