• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Cédric Palazzetti

"Un compromis n’est juste que lorsque tous les participants sont pareillement insatisfaits." A. Briand

Tableau de bord

  • Premier article le 21/08/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 6 104
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Cédric Palazzetti 22 août 2006 11:41

    Bonjour à tous,

    Voyant la tournure que prend le débat je souhaiterais clarifier quelques points.

    1) Il n’était nullement question dans cet article de débattre du contenu de la loi DADVSI qui, cela est bien normal, ne satisfait aucun utilisateur. Le but affiché en entête était de faire prendre conscience aux internautes français que le débat est mondial et, à tout le moins, européen. La France a bien compris qu’elle n’a ni les moyens ni la prétention d’imposer sa vision du droit d’auteur qui est, de mon point de vue la plus protectrice des intérêts des hommes qu’ils soient créateurs ou public. Vociférer en essayant de nous isoler du reste du monde ne fera qu’aggraver les choses. J’ai beau être en accord avec nombre de points de vue exprimés dans les forums, il n’en reste pas moins qu’aucune solution viable n’est proposée par les uns ou les autres.

    2) Même si en soit la licence globale est une idée que j’approuve, elle n’empêchera pas tous les créateurs ou producteurs de se protéger par des DRM car le droit de propriété est, je le rappelle, un droit fondamental protégé constitutionnellement.

    3) Le modèle démocratique, inspiré d’Alexis de Tocqueville, qui est un des piliers de ce site Internet, et voulant donner plus de pouvoir aux citoyens est plébiscité actuellement uniquement en France. Le seul exemple d’application concrète est, il faut le dire, les Etats-Unis, ce qui montre bien qu’il n’évince aucunement la prise de pouvoir par les classes dirigeantes. Nous pouvons faire une révolution franco-française en refusant la mauvaise tournure que prend le droit d’auteur français mais j’ai bien peur que cette attitude ne fasse qu’empirer les choses. D’une part nous nous mettrons à dos le reste des pays européens, pour ne parler que d’eux, sur un sujet qui est considéré par la plupart des dirigeants comme accessoire. D’autre part nous nous priverions du nécessaire partenariat européen qui, à l’heure actuelle, est le seul outil efficace pour imposer une vision différente de celle des Etats-Unis. Libre à chacun de diaboliser l’Union Européenne, il n’en reste pas moins que perdre cet appui est un luxe que la France ne peut vraiment pas ce permettre.







Palmarès