• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Chabinpolitain

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 132 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Chabinpolitain 23 avril 2010 14:36

    Que neni, Mr Dugué ! L’inconscient est un concept non vérifié et donc non scientifique !
    Il est donc une création, idéologique, qui sous-entend des pré-requis et qui est bien un concept spécifiquement freudien.
    Nous partons de l’idée qu’il existe un inconscient et nous développons une théorie qui colle à cette nouvelle réalité !
    Ce que pratique Me Roudinesco est dans le cadre de cette démarche intellectuelle : faire coller l’histoire à la théorie et non élaborer des hypothèses vérifiables qui suivent les réalités.
    D’autre part, associer les critiques de Freud à l’extrême droite relève purement et simplement de la malhonnêteté intellectuelle et de la manipulation la plus grossière.
    C’est une démarche que l’on pourrait qualifier de... « sarkosiste » ???
    En êtes vous à penser qu’un anti-sionniste est fatalement antisémite ?



  • Chabinpolitain 7 avril 2010 22:48

    Je viens de jeter un oeil à l’article, il est pour moi d’une mauvaise foi et d’une tromperie évidente, à l’égal de Roundup qui a trainé en justice pendant quinze ans pour enfin qu’une décision d’un juge interdise au fabriquant la mention « biodégradable »...
    J’ai été moi même menacé de perdre mon emploi si je parlais de la non dégradabilité du Roundup.
    Ou encore d’un labo qui prétendra jusqu’à l’accident la plus totale innocuité de son médicament  !
    Ne soyons pas crédules !
    Bellepomme a été trainé dans la boue et conspué par ses confrères parce qu’il est tellement plus rentable de fabriquer des médicaments que de supprimer la source de maladie.
    Nous avons la sinistre expérience de l’amiante, reconnue toxique depuis les années 1945/50 et qui n’a été interdite que assez récemment, lorsque les malades réclament justice.
    Nous avons un autre exemple avec la reconnaissance des risques insensés que l’armée a fait courir sciemment au contingent qu’ils ont exposé aux radiations des essais de tirs nucléaires.
    La liste est longue pour qu’enfin nous soyons conscients de la manière dont les pouvoirs ( monétaires toujours ) se jouent de nous et de notre incapacité à nous sortir du déni de réalité.
    Primo Lévi le disait à peu près comme cela : « nous ne pouvons croire comme vraies les choses qui nous semblent impossibles »
    C’était à propos du déni de la Shoa de la part de certains. Je me permets l’extension.



  • Chabinpolitain 7 avril 2010 22:28

    Tu pourrais bien avoir raison, mais je ne m’engage pas dans ce genre de débat, me limitant à séquencer les choses et en particulier pour Bellepomme d’avoir eu le mérite et le courage, malgré les attaques violentes dont il a été le sujet, de dénoncer l’ampleur du désastre de la clordécone !
    Aujourd’hui, alors que nul ne sait quoi faire d’efficace, c’est un problème d’une telle ampleur qu’il faut le minimiser, voire le passer sous silence.
    En l’occurence, Bellepomme s’est limité à faire l’inventaire des risques pathologiques dûs à ce produit ( carcinogène grave, modificateur des glandes endocrines, générateur de dégénérescence des foetus, j’en passe. )
    Ce qu’il disait alors était éminemment politique et au delà de ses intérêts personnels, son analyse était assez percutante pour que je fasse mienne sa vision des choses.



  • Chabinpolitain 7 avril 2010 20:03

    @distance,
    Oui pour tes exemples, mais il faut se remettre en mémoire ce qui se produit aux Antilles françaises consécutivement à la pollution généralisée à la Clordécone.
    Pour rappel, ce produit, interdit aux USA depuis 1976 pour sa dangerosité, puis sur le territoire métropolitain 10 ans plus tard (...), dont le brevet fut racheté par un béké de Martinique, fut utilisé au mépris de toute précaution sanitaire pendant une quinzaine d’années à outrance.
    Les sols furent rapidement saturés, ainsi que les cours d’eau et les prises d’eau potable pour une grande part.
    On ne sait toujours pas quoi faire, la rémanence de ce produit est tout à fait inconnue et les seules mesures qui aient été prises à ce jour, sont des interdictions de cultiver tout type de légumes vivriers locaux ( igname, patate douce, dachine, etc... ).
    Les conséquences directes en sont incalculables au niveau de la santé publique ( le Pr Bellepomme a chèrement payé ses dénonciations ), mais aussi au niveau de l’atteinte économique et culturelle.
    Les légumes locaux sont désormais hors de prix et souvent introuvables quand on ne prend pas le risque d’en acheter des contaminés et ce qui s’en suit est la destruction du tissu social antillais pour cause d’abandon de leurs traditions culinaires, donc de beaucoup de leurs traditions ( à chaque fête correspond un plat ) et en parallèle, les trafiquants de nourriture ( grandes surfaces et autres grossistes ) voient d’un très bon oeil que les antillais se mette à manger des steaks, du camembert, des tomates d’Espagne...
    Aimé Césaire parlait de « génocide par substitution des populations », aujourd’hui on peut étendre l’acception à la destruction des cultures, la déculturation qui permet de mieux contrôler les populations dans la création du non-sens.



  • Chabinpolitain 7 avril 2010 13:53

    Que c’est bien !
    Que ce film est décidément bien ciblé !
    A voir la rage aveugle des impuissants, oui ! C. Serreau a tapé dans le mille.
    Pour info, si vous aviez seulement pris la peine de voir ce film, il y est dit de façon claire que l’on compte 130 millions de crève la faim rien qu’en Inde, je vous laisse extrapoler...
    Vous avez dit progrès ???
    Je vous en prie, continuez à nous cracher dessus, c’est un bon diagnostique de notre efficacité !

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité