• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Chabinpolitain

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 132 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Chabinpolitain 14 janvier 2014 14:41

    Bonjour Olivier,
    Bien que l’article ressemble à un inventaire à la Prévert, vous nous assénez des vérités en bloc.
    Pour ce qui concerne l’agriculture, il est fondamental de préciser de quelle manière « nous » avons été amenés à utiliser les engrais puis les pesticides.
    Les nitrates sont très simplement la matière dont étaient bourrées les bombes, c’est un explosif des plus puissants encore aujourd’hui utilisé dans les carrières pour son potentiel détonnant sous forme de « nitrate-fuel ».
    Il n’a pas fallu longtemps pour constater que là où une bombe était tombée l’herbe repoussait beaucoup plus verte...
    Pour les pesticides, on ne le répétera jamais assez, ils sont tous nés des inventions d’armes chimiques ( gaz moutarde et autres ).
    Cette utilisation est donc née dans l’après-guerre de 14-18 et l’on peut faire un lien direct avec les industries de la mort, les nécrotechnologies.
    L’agriculture dite « moderne » est issue par conséquent du fait que les industries d’armement avaient trouvé là de quoi refourguer leurs poisons mortels par millions de tonnes et ainsi trouver de quoi donner un sacré coup de fouet à l’économie après avoir drastiquement réduit la population mondiale !
    L’agriculture moderne est née de la science de la guerre, il n’est donc pas surprenant qu’elle échoue à nourrir la planète ( contrairement à ce que certains abrutis incultes croient savoir ).
    Pour info de ces mêmes personnes, la FAO qui est une émanation de l’ONU, donc dirigée par les États-Unis et peu soupçonnable de collusion avec les « gauchistes » ne cesse de le répéter depuis plus de 15 ans, seule la pratique de l’agroécologie permettra de résoudre les problèmes d’alimentation.
    Car faut-il le préciser, il n’y a pas que des questions de famines bien qu’elles soient d’actualité plus encore qu’avant, contrairement à ce que croient ces mêmes abrutis, il existe aussi ce que l’on nomme la malnutrition...
    Les pays exportateurs de denrées alimentaires font rentrer les devises qui serviront à payer la dette mais les paysans qui produisent ces denrées n’ont pas de quoi se nourrir !
    Pour mémoire, des chiffres :
    La notion de sécurité alimentaire exigeait il y a 30 ans que les réserves mondiales soient l’équivalent de 3 mois de réserves.
    Nous en sommes aujourd’hui à 3... semaines !!!
    cf Jean Ziegler, ex-rapporteur à l’ONU pour la FAO.
    Pour les notions de rendements, les abrutis ne le vérifieront pas mais pour les personnes disposant de plus de 2 neurones fonctionnant autrement qu’en alternatif il y a un rapport d’études de l’INRA ( très gauchiste également, c’est bien connu ) datant de 2009, « Agriculture et environnement », c’est un pavé en version complète, plus de 1000 pages, où il est bien noté que la pratique artisanale de l’agriculture permet des rendements au m² de 2 à 7 fois plus élevés que l’agriculture intensive ( record pour la Turquie ) et cela sur le long terme puisqu’elle régénère les sols et fabrique de la vraie durabilité, les enfants de ces paysans disposeront d’une terre au moins égale en qualité à ce que les parents avaient, le tout sans intrants et sans toxiques.
    Les chiens, restez à la niche !



  • Chabinpolitain 28 décembre 2013 16:52

    @Caleb Irri, vous annoncez des contre-vérités avec un aplomb surprenant !
    Les diverses disciplines des sciences humaines ( anthropologie, ethnologie, psychologie -sociale et clinique-, sociologie... ) sont unanimes pour affirmer qu’il n’existe pas de nature humaine !
    On croirait à un discours de politique des temps anciens où seule la rhétorique est un art.
    C’est un discours infantile et inculte, si nous sommes d’accord sur le titre de votre article, nous ne pouvons l’être sur la nature des choses et sur l’acceptation et la passivité généralisées qui relèvent bien plus d’une question de comportementalisme et de besoin d’identification propre à chaque être humain.
    Vous insistez lourdement sur le rôle de « l’individu », mais ce rôle n’est que fictif puisque l’Humain est produit de construction psycho-sociale, donc le fruit de son environnement, que chaque être humain est interdépendant de ses relations aux autres ( les maladies mentales se révèlent la plupart du temps par une rupture des relations aux autres, à l’Autre... ) et que par conséquent « l’individu » dont vous parlez n’existe pas, il est un être fictif, pure création du capitalisme néolibéral qui ne peut fonctionner qu’en divisant, en coupant les liens entre humains, afin de les fragiliser, de les maintenir en état constant de stress et provoquer des attitudes compulsives de compensation ( ou de décompensation... ).
    Ne projetez pas l’image de vous-même, vous y verrez plus clair !
    Le rôle d’une société est de fonctionner ( d’être fonctionnelle ) et à cette fin, de reproduire du « conforme » -vous, moi...-, ce que l’on nous a enseigné -médias, école...- a été conçu pour une unité de pensée, de vision du monde et c’est ce qui produit des comportements ehtnocentrés et égoïstes, individualistes.
    Une petite thérapie ???



  • Chabinpolitain 27 décembre 2013 15:44

    Les statistiques sont brutales :
    Plus de 90% des agressions sexuelles sur mineurs sont commises dans le cercle familial par des personnes exerçant d’une manière ou d’une autre l’autorité parentale...
    Alors les « pédophiles » d’accord, mais commençons donc par voir la poutre qui nous aveugle de déni !
    D’autre part il existe en effet une corrélation directe entre le vécu infantile et les comportements adultes mais la prostitution est essentiellement pratiquée sous la contrainte par des femmes victimes du trafic et à qui l’on a fait subir des séances de violences sexuelles et morales pour les asservir.
    Les prostituées ne sont donc pas forcément des victimes d’inceste et les estimations les plus optimistes parlent de près de 25% des femmes françaises ayant été victimes d’agressions sexuelles au cours de leurs vies ( toutes agressions confondues, ce qui ne signifie pas qu’elles aient été toutes violées... une main au cul bien crade est une agression caractérisée ).
    Cela veut simplement dire que l’inceste est une pratique relativement courante et que si nous devions « couper les têtes » comme certains le prônent, c’est sûr qu’il y aurait d’un coup moins de problèmes de chômage et un grave problème d’encombrement des prisons !
    Nous avons toutes et tous rencontré des enfants au comportement étrange mais il est tellement inconfortable de poser des questions gênantes à la belle-sœur que nous oublions l’incident en se disant qu’à cet âge-là...
    Allons, les hypocrites ne sont pas ceux que l’on croit mais parfois aussi ceux qui hurlent à l’hypocrisie à propos de la volonté d’éradication de la prostitution, ceux qui ne voient de pédophiles que les curés belges et ne balaient pas leurs cours.
    Parmi la totalité de ces drames il faut en appoint se rappeler que dans la plupart des cas, la mère est au courant et ne dit rien, qu’il s’agisse du père ou d’un oncle ( je ne parle pas des viols de garçons par des femmes qui restent extrêmement minoritaires ).
    Dans tous les cas, lorsque l’histoire est révélée le traumatisme se révèle important et les dégâts psychiques quelquefois irréversibles ( impossibilité de sexualité harmonieuse à l’âge adulte pour les effets les plus courants ).
    Mais attention aux amalgames, l’inceste n’est pas à l’origine de la prostitution car cela aurait pour conséquence que les prostituées auraient choisi de l’être, ce qui n’est pas le cas, moins de 10% d’entre elles se prétendent « indépendantes », les autres sont toutes sous le joug d’un bourreau.
    La prostitution est un trafic d’humains dont les intérêts en termes de capital sont considérables !!!



  • Chabinpolitain 21 décembre 2013 18:07

    Votre argumentation en faveur de construction de serres, en étant intéressant ne tient cependant pas compte d’une donnée : non, la menace de manque alimentaire pour une population de plus de 9 Mds d’habitants n’existe pas si l’on reconstruit les réseaux de paysans petits producteurs en agro-écologie !
    Déclaration récente ( et très redondante ) d’un porte-parole de la FAO qui déclare qu’il sera possible de nourrir une telle population en agro-écologie sans défricher le moindre ha de terre supplémentaire.
    Pour rappel, les productions en agro-écologie sont de fait en termes de t/ha supérieures de 2.5 à 7 fois aux productions intensives conventionnelles ( « Agriculture et biodiversité », INRA 2009 ), par conséquent il me semble un peu technophile d’envisager de telles cultures hors-sol alors que quelques centaines de m² de bonne terre fourniraient assez pour l’agglomération parisienne de l’herbe vraiment naturelle !
    Jamais un quelconque végétal, alimentaire ou psychotrope n’aura la qualité de la pleine terre par tout autre moyen.
    Gare aux rêves techno-scientistes qui ne font que nous éloigner de notre état d’humanité...



  • Chabinpolitain 22 octobre 2013 15:16

    Dissocier le vivant de l’inerte est une absurdité scientifique.
    Affirmer une opposition règne végétal/règne animal en raison d’une soi-disant absence de sensations des végétaux l’est tout autant.
    Le sol qui sert de source d’aliments aux plantes est rendu vivant par les macro et micro organismes, les roches sont dégradées en permanence par des bactéries qui rendent ainsi disponibles les minéraux et oligoéléments.
    Sauf s’il est passé aux rayons gamma, un corps ne peut être stérile et parler d’une roche sans ses composants vivants est ne rien dire !
    Comme la société « moderne » veut faire de nous des individus ( coupés de nos sources ), il est aisé de tenter de dissocier ( à moins qu’il soit tentant de dissocier ) les éléments de la vie qui sont pourtant indissociables, leurs interactions sont la vie, l’ADN n’y suffit pas, il ne peut s’exprimer que grâce aux substances tirées de l’inerte...
    Ça se nomme « voir par le petit bout de la lunette » ou « ne pas savoir synthétiser », en clair avoir l’esprit étroit et non clairvoyant, ne se servir que de sa grille d’analyse du monde.
    Il est sans doute utile, bien que peu facile, de comprendre qu’à l’échelle du temps des planètes, notre granite réputé si dur, est un liquide...
    Nos certitudes d’aujourd’hui sont résolument destinées à être fausses demain, c’est cela la science et l’esprit scientifique !

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité