• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Christian Delarue

Christian Delarue

Militant altermondialiste
Animateur du site amitie-entre-les-peuples.org
(et des textes sur le peuple-classe)
Membre co-fondateur d’ATTAC France pour le MRAP
Membre du conseil administratif d’ATTAC France
Membre du bureau (BE) et du CA du MRAP
Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples.
NB : Les textes publiés sont personnels. Ils ne reflètent pas nécessairement ni strictement les éventuelles positions de ces deux organisations.

Tableau de bord

  • Premier article le 15/07/2009
  • Modérateur depuis le 01/08/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 36 698 1730
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 40 19 21
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Christian Delarue Christian Delarue 18 février 2010 23:55

    L’attitude respectueuse est de fond (conviction profonde) et de forme (manifestation sociale extérieure). Sa réalisation fait pencher du côté du bien et de la paix . Le fond et la forme se conjugue pour qu’elle devienne vraie, authentique.

    Le respect c’est boire de l’eau claire.

    Elle ne s’impose pas en effet. Puisque c’est un geste de liberté. En même temps, s’il n’est pas donné alors qu’il s’agit du smic de la reconnaissance sociale, on ne saurait s’étonner des réactions négatives diverses.

    Le respect c’est in fine une intelligence sociale.



  • Christian Delarue Christian Delarue 18 février 2010 23:44

    Le respect est du à toute personne même aux non aimés, aux inconnus à fortiori aux ex. C’est le smic. Lorsqu’il y a pas de bonjour, pas de merci. Il ne s’impose pas mais s’il ne vient pas il y a danger.



  • Christian Delarue Christian Delarue 17 février 2010 20:46

    Puisque vous parlez de réalité, remarquons qu’il n’y pas de monde commun ni même d’une France commune. Et ce n’est pas tant les résidents étrangers qui sont à incriminer mais les politiques qui ont construit deux France, une des riches certes minoritaires disons 3% de la population et le reste le peuple. L’écart des revenus est plus élargi des pauvres plus pauvre et des riches plus riches. Et une fraction des couches moyennes trinque aussi. La cohésion sociale n’est plus un idéal commun, c’est un mythe... de droite !



  • Christian Delarue Christian Delarue 16 février 2010 00:52

    Trois cultes au service du capital : le travaillisme, le familialisme, le patriotisme,

    Le monde du travail défend la liberté, l’égalité, la fraternité et la laicité contre le classisme, le sexisme et le racisme.

    Le capital n’a-t-il pas de religion ?

    Comme les travailleurs, les propriétaires des moyens de production et d’échange participent d’une culture. Ils sont né dans un pays, une famille. Ils ont des façons de vivre, boire, manger, entrer en relation de genre, ect.. Ils sont tantôt chrétiens, tantôt juif, tantôt musulmans, etc. Ils sont aussi athées. Surtout au-delà de leur attachement résiduel il ont la religion des affaires et du profit .

    Qu’en est-il du vaste monde du travail ?

    Il baigne lui aussi des cultures variées. S’agissant des religions on retrouvent aussi bien des athées que les croyants des grandes ou moins grandes religions. La seule différence avec les capitalistes et autres fonctionnaires du capital, les « faisant fonction », c’est qui sont beaucoup englués dans leurs croyances religieuses. Moins que jadis et cela a des conséquences. Ils sont plus en capacité de se mobiliser pour la défense de leurs intérêts collectifs face au capital. Cependant cette capacité est bridée par deux forces qui peuvent être contraire qui sont l’individualisme et le patriotisme. Le premier les pousse vers la lutte des places et le second vers une sorte de communautarisme national fondé sur la fraternisation naive entre le capital et le travail.

    Pour renforcer cette dérivation des forces sociales pèsent pour renforcer l’individualisme négatif et le nationalisme factice. C’est ainsi que l’on va trouver deux « religions » - pardon deux cultes - assez communément partagées, y compris chez les prolétaires, la religion du fric et la religion ethnico-patriotique.

    Il ne s’agit pas là de stigmatiser le besoin normal de pouvoir d’achat pour vivre puis les biens utiles à la vie ne sont pas distribués gratuitement, ni l’attachement de beaucoup de travailleurs français pour les services publics nationaux ou d’autres institutions utiles à tous comme la sécurité sociale par exemple. La religion du fric est celle qui va jusqu’à empêcher les solidarités contre le classisme , le racisme, le sexisme. Le culte du fric s’appuie sur la « religion du travail » - le travaillisme - bien porté en France tant par le christianisme que le mouvement ouvrier. Il ne suffit pas de dire que la devise du travaillisme c’est /Travailler pour travailler/. Il y a cela mais il y a aussi travailler plus longtemps, plus vite. La logique de la compétition et de la performance s’applique au travaillisme : Plus vite, plus haut, plus loin, plus fort Elle débouche sur sa version dopée par le sarkozysme : travailler plus pour gagner moins ! Pour autant, la critique de la religion du travail ne signifie pas apologie de l’inactivité mais plutôt un souci d’un travail sans cadence imposée avec des horaires hebdomadaires inférieurs à ce qu’ils sont aujourd’hui : 32 H ? 30 H hebdo pour les travaux pénibles.

    La religion ethnique à base de surcharge de christianisme ou de fausse laïcité empêche la solidarité entre travailleurs subissant les mêmes attaques. La fausse laïcité défend une religion au dépend d’une autre, en l’espèce le christianisme catholique contre le judaisme et l’islam. Cette dernière religion est particulièrement attaquée en France et en Europe par amalgame constant entre l’islam radical et l’islam pratiqué pacifiquement. La thèse de la postcolonialité tend aussi à défendre une religion contre une autre mais il s’agira - à l’inverse des catho-laïques - de défendre l’islam contre la laïcité et le christianisme.

    Le familialisme
    est l’idéologie de défense du modèle classique de la famille avec enfants autour d’un couple marié dont le père travaille mais pas la mère. La vision est valorisée comme havre de paix sans violence sexiste, sans divorce, évacuant l’homosexualité et les amours parallèles. L’individualisme et l’hédonisme ont fait volé en éclat ce cadre pluriséculaire en l’espace de quelques décennies. Il reste la famille réelle sans mythe qui s’approche d’un autre modèle celui de la famille moderne fondée sur l’amour réciproque et surtout sur l’autonomie de chacun - ce qui suppose le travail de la femme - et un nombre d’enfants plus réduit que jadis.

    CD



  • Christian Delarue Christian Delarue 16 février 2010 00:35

    La présentation de soi est plus accessible que le physique avenant. Tous peuvent accéder avec un budget minimal à une bonne présentation de soi. Par contre le physique est une donnée relativement stable (sauf pour les riches qui peuvent se payer de la chirurgie) source de discrimination lorsqu’il heurte les normes dominantes.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité