• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Citoyen ordinaire

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 164 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Citoyen ordinaire 12 janvier 2007 13:53

    Merci Bill.

    Je ne suis pas spécialement ouvert d’esprit, mais plutôt ordinaire. Cependant à force de me heurter à l’évidence, j’en attrape des bosses et suis bien obligé de regarder devant moi où je mets les pieds...



  • Citoyen ordinaire 12 janvier 2007 13:50

    Les surtaxes sur le tabac, sur la conduite automobile par le jeu des pompes à fric que sont les radars, sur le pétrole et dérivés, sur les produits de luxe...

    Le lavage de cerveau généralisé par le canal des médias a été bien fait et fonctionne à merveille.

    On se tient tranquille, on se tient respectivement en respect et en plus ç’a rapporte gros à l’Etat.

    La démocratie par la persuasion subliminale comme nouveau mode d’action politique, c’est bien.

    Zut il n’y a que sur les rebelles des banlieues que ç’a ne fonctionne pas ! Pas grave, laissons les se révolter en paix. Après tout les assurances sont là pour réparer les dégats.



  • Citoyen ordinaire 12 janvier 2007 13:36

    A l’auteur,

    Si les employeurs avaient toute liberté d’embaucher (sauf les illégaux...) et de débaucher ;

    Si l’embauche des illégaux était un délit pénal sanctionné par la prison et la confiscation de l’outil de travail,

    Si les entreprises n’étaient pas surtaxées au nombre de salariés, lourdement sanctionnées au licenciement et terrorisées par les syndicats,

    Si la professionnalisation du personnel n’était pas empèchée par les groupes de pression,

    Si la durée du temps de travail n’était pas devenue un enjeu politique au lieu de demeurer un enjeu économique,

    Si les salaires et revenus n’étaient pas si férocement amputés par le jeu des ponctions fiscales

    Alors, le chomage serait de l’ordre de 3% (comme dans tout pays économiquement fort) au lieu de stagner autour de 10% et plus, le travail au noir ne se justifierait plus, l’immigration des peuplades désheritées non productives se régulerait d’elle même, et la France rebondirait au plan économique.

    Ce modèle n’est pas une invention. Il a cours dans tous les pays florissants ou l’idéologie socialo-communiste au plan économique n’est pas dominante comme chez nous.

    Même la Chine a su faire une césure entre son dogme social et ses pratiques économiques, pour promouvoir son développement.

    L’enfer est pavé de bonnes intentions, et les mesures Etatiques anti discriminantes sont autant de pavés qui facilitent le cheminement vers l’enfer de la discrimination globalisée.



  • Citoyen ordinaire 12 janvier 2007 12:25

    Il est aussi une plante intensivement cultivée dans le Rif et qui est une immense source de richesse mais que vous n’avez pas mentionnée semble t il. Pourquoi ?



  • Citoyen ordinaire 12 janvier 2007 11:52

    A l’auteur,

    Le volontarisme politique habite surement nos candidats, mais reste aussi surement au stade de leurs rèves, car la réalité leur ôte sans doute toute illusion de pouvoir en l’état actuel appliquer les idées qu’ils défendent si bien en période pré électorale, tout en continuant à gouverner, ce qui est quand même leur objectif principal de carrière.

    En effet, ils doivent respecter quelques principes et mécanismes auxquels la grande majorité des électeurs est viscéralement attaché au point ou toute transgression qu’ils pourraient oser tenter les bouteraient ipso facto à l’écart du pouvoir.

    Or, paradoxalement, l’application de ces principes et mécanismes sont responsables pour l’essentiel du mal vivre que suscite notre stagnation économique et sociale.

    Ces principes et mécanismes qui engloutissent le budget de l’Etat et paralysent le système économique sont pour l’essentiel :

    1/ Le maintien d’un Etat providence qui doit absolument assumer, avec sa cohorte de fonctionnaires, toutes les fonctions sociales du pays et notamment :

    - l’assurance maladie : pas question de la privatiser même si les compagnies d’assurances spécialisées et équipées peuvent mieux faire

    - la retraite : dont le principe sacro saint de répartition doit être maintenu, même s’il conduit à un gigantesque déficit ; la capitalisation et les fonds de pensions sont bannis, car à conotation capitalistique.

    - Le chomage : qui doit rester bureaucratisé et sans rapport avec les besoins des entreprises en main d’oeuvre

    - Le travail : sous strict contrôle Etatique, dont la durée maximum doit rester règlementée et confinée à un minimum, et dont les pourvoyeurs doivent être lourdement taxés et sanctionnés lorsqu’ils licencient.

    - La fiscalité dont on accepte le poids à condition qu’elle sanctionne le capital, la richesse, le talent, de manière à niveler les couches sociales favorisées vers la moyenne de revenus nationale.

    - L’enseignement et la recherche qui ne se conçoivent que publics, sous tutelle...et sous payés

    2/ Par voie de conséquence, l’enfermement du Politique dans un carcan idéologique qui empèche toute réforme de fond et contraint à la manoeuvre démagogique.

    Certains raillent l’étrange convergence politique de nos deux partis majeurs qu’ils qualifient d’UMPS. Le terme est bien choisi car la convergence est flagrante dans les actes si elle ne l’est dans les promesses.

    Mais cette convergence ne fait que reflèter le bloc idéologique défendu par la très grande majorité de tous ceux qui vont aux urnes et de de tous ceux qui solidement organisés en groupes de pression veillent à ce que rien ne change.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès