• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Claudec

Claudec


Franc-tireur de la pensée libre.
Chercheur indépendant en sciences humaines.
Écologue humaniste, rationaliste et dénataliste.
Profonde expérience à tous les niveaux, dans des entreprises de toutes tailles, principalement en vente, administration, logistique, organisation, marketing, formation et conseil.
Études post-scolaires permanentes (CNAM & organismes divers de formation permanente).
Concepteur et fondateur de la “Pyramidologie sociale”.

Tableau de bord

  • Premier article le 02/09/2011
  • Modérateur depuis le 02/11/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 100 2472 3116
1 mois 2 69 220
5 jours 1 22 150
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 302 227 75
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Claudec Claudec 7 juillet 20:53

    @ Pierre Régnier

    Il faudra m’expliquer un jour, en quoi se préoccuper du sort des êtres humains en général et des plus pauvre d’entre eux en particulier est de l’égoïsme.

    Pour l’instant, la discussion étant hors sujet, j’y laisse ceux qu’elle intéresse



  • Claudec Claudec 7 juillet 20:46

    @ Tibère

    Super-troll se montre bien entendu incapable de répondre aux questions lui ayant été posées.

    Plus facile d’éviter le sujet que d’en débattre, en racontant n’importe quoi.



  • Claudec Claudec 7 juillet 07:29

    @ Tibère (et quelques autres)

    Plutôt que de nous abreuver de jugements péremptoires, qui ne font que confirmer que les certitudes sont d’autant plus les vérités des sots qu’ils ne savent que rabâcher des idées d’emprunt), dites nous donc ce que vous avez à répondre aux questions qui suivent ; produit de mes faibles élucubrations portant sur une pyramide sociale qu’il est trop facile de rejeter en bloc :

     Comment éviter que la richesse (en tout et pas seulement matériellement) existe par la pauvreté et inversement, et que chacun soit le riche ou le pauvre de plus riche ou de plus pauvre que soi ?

     Comment faire en sorte que l’espèce humaine ne se distingue pas des autres par son ambition et sa capacité à améliorer sa condition ?

     Comment faire pour que la richesse n’ait pas d’autres limites que l’appétit de ceux qui la convoitent et les ressources dont ils la tirent ?

     Comment éviter cet irrémédiable niveau zéro de la richesse, auquel vivent 1 à 2 milliards de pauvres profonds (ceux qui vivent avec moins de 2 dollars par jour et qui ont bien peu à voir avec ceux que vise une compassion aussi facile que démagogique) ?

     Comment faire pour que les “pauvres” (dont les pauvres profonds) ne se multiplient pas à une cadence qui est 6 fois celle des “riches” ?

    — Etc.

    Pour approfondir ces questions et tenter d’y trouver quelques tentatives de réponse, voir ici



  • Claudec Claudec 7 juillet 06:35

    @Iris

    « En l’absence de régulation par les états, on peut éventuellement espérer une régulation par la demande. » ... Continuons donc d’espérer en cette régulation par les États, comme dans celle d’une demande qui ne fait que croître avec le nombre de consommateurs-(producteurs), que négligent benoîtement les maîtres à penser du moment. Il y a Dieu aussi, qui y pourvoira ; ce que certains commentateurs aux propos mouillés d’eau bénite n’osent pas nous rappeler. Nous pouvons donc aussi prier en espérant.



  • Claudec Claudec 6 juillet 22:31

    Que la société des hommes soit hiérarchisée et tissée d’interdépendances n’emporte, de la part de ceux qui se rendent à cette évidence, ni résignation ni le moindre abandon de la plus petite parcelle de leur volonté d’améliorer leur condition. C’est au contraire une façon d’identifier, par la simple observation de la réalité, sans davantage de prétentions scientifiques que métaphysiques, l’origine profonde des maux d’ordre social dont souffre l’humanité, et de se donner ainsi la possibilité de les combattre en connaissance de cause.

    Au lieu de cela, plus l’homme s’est avancé et s’avance sur le chemin du progrès, moins il a toléré et moins il tolère cette vision pyramidale de sa condition, allant jusqu’à la refuser sous prétexte d’incompatibilité avec son idéal de justice sociale.

    Or la cause majeure des difficultés qu’il éprouve dans la poursuite d’un tel idéal ne résulte-t-elle pas précisément de son aveuglement, puisqu’il se prive d’un moyen essentiel de discerner, au-delà de ses croyances et utopies religieuses, politiques, économiques et sociales, érigées en dogmes, les lois et mécanismes fondamentaux qui régissent ses rapports avec ses semblables et leur environnement commun  ?

    Si vous préférez vivre à la manière des insectes qui s’épuisent vainement à se heurter au parois du bocal qui les retient prisonniers et qu’ils ne voient pas, libre à vous.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès