• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Coopain des bois

Coopain des bois

Citoyen qui cherche à joindre pratiquer ce qu’il pense, et à penser ce qu’il pratique dans la bonne humeur. J’ai choisi de vivre en famille dans le Limousin, j’y cultive mon jardin, j’y élève quelques volailles, entretien mes liens de voisinage, chante en chorale, travaille à mi-temps comme chauffeur de car ... j’aime la vie, mon épouse, mes enfants, mes amis ... et me plait à me proclamer résistant contre un jus idéologique, culturel et marchand d’oppression qui tendrait à me ( nous) faire croire qu’il faut absolument fortune financière, pouvoir, sexe, travail et consommation pour vivre heureux. 

Tableau de bord

  • Premier article le 06/08/2010
  • Modérateur depuis le 10/08/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 22 136 500
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 21 20 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Coopain des bois Coopain des bois 29 septembre 2010 17:04

    "J’adore les voyages en train, comme beaucoup de mes concitoyens je suppose. Reste que je préfère aller vite et perdre le moins de temps possible, comme 99% des gens..."

    C’est comme l’amour, certains l’aiment vite fait, d’autres adorent quand ça dure ! smiley

    Pour le train pendulaire un lien



  • Coopain des bois Coopain des bois 29 septembre 2010 15:50

    « Pourquoi, diable, opposer écologie et progrès quand cela va de pair ! »
    C’est le bon sens ! Peut-on appeler progrès une avancée technologique dont les effets conjuguées seraient de ruiner notre éco système et de susciter encore plus de fracture sociale ?

    Par ailleurs admirer des bolides sur les circuits automobiles n’empêche pas de constater les bienfaits pour tous de la limitation de vitesse sur nos routes.



  • Coopain des bois Coopain des bois 29 septembre 2010 15:43

    « Pourquoi ? c’est un routier. »
    manque d’imagination, ou sottise ou manque d’arguments pertinents ?



  • Coopain des bois Coopain des bois 29 septembre 2010 15:35

    « Au fait, pourquoi est-on toujours de plus en plus pressé à ce point ? »
    Le principe de notre système établi de relations est la concurrence et la compétition, le principe de nos échanges est le profit.
    D’où une culture qui exalte la mobilité sans fin, et de plus en plus accélérée des relations et des échanges des capitaux, des entreprises, des marchandises, des personnes.
    Est ce la personne qui désire aller de plus en plus vite, de plus en plus loin, ou bien ce jeu économique pervers qui façonne nos désirs afin d’ouvrir sans fin de nouveaux marchés, et donc de nouvelles sources sans fin de profit pour quelques uns ?

    Paradoxalement toutes les grandes spiritualités ( chrétiennes, juives, musulmanes, bouddhistes, indouistes, taoistes, etc ) qui recherchent la béatitude et la plénitude de l’être humain exalte la solidarité, le silence, l’assise .... je crois qu’une civilisation qui exalte des principes inverses n’est fondamentalement pas humaine, et finira par s’écrouler !



  • Coopain des bois Coopain des bois 29 septembre 2010 15:20

    « Prenant ma plume, permettez moi de vous dire que je considère votre texte tel qu’il est comme un message passeïste et dogmatique »
    Ma première impression est l’amusement, non pas pour me moquer de vous, mais parce que le jugement que portent les opposants au lobby LGV TGV vis à vis des promoteurs obstinés de ces projets pharaoniques est justement d’être passéistes et dogmatiques. Amusant non ?

    La relation entre l’homme et la technologie est simple : soit la technologie est au service des prouesses de l’homme, soit l’homme est au service des prouesses de la technologie !

    C’est dans ce cadre que je pose la question de la limite où le gain de vitesse sert les prouesses de l’homme, ou au contraire, les hommes servent les prouesses du gain de vitesse.

    Mon texte était un questionnement sur l’opportunité d’une vitesse maximale des trains, dans un contexte idéologique d’exaltation des prouesses technologiques de vitesse sans entrave.
    250, 320, 360, pourquoi pas 1000 km/h comme le projet de train rapide chinois ?

    Peut-on appeler dogmatique un questionnement qui remet en cause un dogme ?

    La mobilité est un bienfait, d’autant quand elle est rendue accessible à tous.

    Ma préoccupation est socio économique et environnementale, celle de pouvoir sauvegarder une mobilité durable, accessible à tous, et donc transmissible aux générations futures.

    Dans un contexte d’épuisement des réserves énergétiques (44 ans pour le pétrole, 48 ans pour l’uranium), d’appauvrissement de la biodiversité, de problème d’eaux et de nourriture pour les 9 milliards d’humains prévus en 2050, je crois que le passéisme consiste à vouloir trouver des solutions afin de favoriser la fréquentation de la mobilité lointaine et rapide, ce qui entrainerait des besoins énergétiques qui sont au delà des capacités optimisées des énergies renouvelables disponibles de notre planète.

    Nous n’avons pas réussi à conquérir la Lune, la conquête de Mars ne nous apportera guère d’énergie ...
    Ne pensez vous pas que le dogme est une pensée qui refuse de regarder les limites des possibilités environnementales et de rendre la technologie et nos modes de vie compatible avec cette réalité ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité