• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Coopain des bois

Coopain des bois

Citoyen qui cherche à joindre pratiquer ce qu’il pense, et à penser ce qu’il pratique dans la bonne humeur. J’ai choisi de vivre en famille dans le Limousin, j’y cultive mon jardin, j’y élève quelques volailles, entretien mes liens de voisinage, chante en chorale, travaille à mi-temps comme chauffeur de car ... j’aime la vie, mon épouse, mes enfants, mes amis ... et me plait à me proclamer résistant contre un jus idéologique, culturel et marchand d’oppression qui tendrait à me ( nous) faire croire qu’il faut absolument fortune financière, pouvoir, sexe, travail et consommation pour vivre heureux. 

Tableau de bord

  • Premier article le 06/08/2010
  • Modérateur depuis le 10/08/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 22 136 500
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 21 20 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Coopain des bois Coopain des bois 13 septembre 2010 22:06

    Je vous conseille le livre de Pascal Perri : SNCF un scandale français !
    vous y découvrirez la face cachée de la comptabilité opaque du rail français !



  • Coopain des bois Coopain des bois 13 septembre 2010 22:02

    L’aspiration socio économique des zones rurales vers les zones urbaines est une réalité de l’ère industrielle ... Tout laisse à penser qu’elle engendre une déshumanisation globale reliée à un saccage environnemental sans précédent de notre planète.

    Les distances de déplacements quotidiens en milieu urbain se sont multipliés par 10 en 20 ans, et dans des conditions de plus en plus difficiles pour les usagers.

    Les Parisiens n’ont qu’une envie, quand ils en ont les moyens fuir cette réalité, s’évader au loin de la vie urbaine, soit en voyageant, soit en surfant sur internet, ou sur les jeux vidéos, etc ...

    L’industrie agricole est devenue la principale source d’empoisonnement de notre planète.
    Je ne met jamais mes ruches à proximité d’une exploitation agricole classique à cause du taux de mortalité que cette proximité engendre.

    Il est temps de revenir à la réalité simple de l’existence humaine, qui est relation sociale de proximité et relation symbiotique à la nature ... servir son prochain est source de bien être, servir la nature et la nature nous le rend au centuple, au lieu d’exploiter son prochain, et la nature au risque que l’humanité risque d’en disparaître !



  • Coopain des bois Coopain des bois 13 septembre 2010 21:05

    Nous avons aujourd’hui suffisant d’expérience sur l’impact économique d’une desserte LGV pour éviter d’affirmer de manière subjective des dogmes sur la question.

    Une équipe de chercheurs universitaires sous la direction du maître de conférence Marie Delaplace à l’université de Reims est chargé d’étudier les effets socio économiques d’une desserte TGV.

    Les résultats qui s’appuient sur des chiffres et des statistiques sont formels : une LGV n’est pas en soi un facteur de développement socio économique.
    Les effets d’augmentation de 29 à 90% des tarifs voyageurs consécutif à la desserte TGV, plus des effets pervers suscités par le gain de temps ont des impacts négatifs.
    Par exemple des entreprises marseillaises ont préféré se recentrer sur Paris dans la mesure où la rapidité des déplacements leur a permis de maintenir leur résidence à Marseille tout en travaillant la semaine à Paris.
    L’hôtellerie à Strasbourg a souffert de l’arrivée du TGV, car le voyage AR Paris Strasbourg est devenu possible dans la journée.
    Certains secteurs professionnels pensaient profiter des avantages financiers de la délocalisation de Paris à Reims ... malheureusement en terme de délocalisation, d’autres pays sont plus compétitif que Reims.

    Aujourd’hui sur un voyage TGV payé 100€ par l’usager coûte en réalité 300€, et 200€ sont payés par les 12 milliards € de subventions annuels donnés au rail français, via RFF et SNCF.
    Mais cela ne peut plus durer.

    Il faut bien se rendre compte que l’effet TGV est un mirage, mais il restera l’ardoise ( plusieurs milliards €) à régler pour les collectivités territoriales.



  • Coopain des bois Coopain des bois 13 septembre 2010 20:44

    "Mais ce que vous contestez, implicitement, c’est la possibilité pour la majorité des gens, de se déplacer. En êtes-vous conscient ?"
    Si je ramène le problème à une dimension familiale, je dirai que si je sais que les limites de mon budget m’oblige à faire des choix, entre l’accès à l’alimentation, au logement, à la santé, à l’éducation et mes désirs de voyage lointain et des voyages lointains ... je fais le choix de ne pas satisfaire mes désirs de voyage lointain.

    Il faut être conscient que la mobilité lointaine des capitaux, des entreprises, des marchandises, des personnes qui fait le jeu économique mondial actuelle et permet à quelques uns de continuer à s’enrichir de manière démesurée, pendant que d’autres s’appauvrissent, suscite culturellement ces désirs de mobilité que l’on confond avec une expression de liberté personnelle.
    La liberté personnelle peut aussi être de trouver le bien-être en se libérer des contraintes de transport lointain.
    Une véritable politique qui aurait à coeur d’assurer durablement le bien être de son peuple est une politique raisonnable qui sait que la boulimie énergétique actuelle des transports dépasse les capacités des ressources durables de notre planète ... cette politique aura à coeur de réorienter l’économie et la politique des transports en conséquence.

    En gros, je pense que globalement nous n’avons pas le choix ... nous pouvons à court terme continuer à tricher et vivre de manière schizophrène, au delà de nos moyens, mais la facture sera de toute façon à payer un jour ou l’autre, si ce n’est pas par nous, ce sera par nos enfants ! A long terme, nous n’aurons de toute façon pas d’autre choix que de vivre globalement les bienfaits de la mobilité dans des sphères de proximité dans des proportions durable et accessible à chacun.



  • Coopain des bois Coopain des bois 13 septembre 2010 18:18

    Votre argumentation repose sur le principe du maintien et de l’amélioration du niveau actuel de mobilité lointaine, et rapide ...
    La mobilité est un bienfait pour les relations, les échanges humains, économiques, culturels, qu’elle permet, et donc il est juste de vouloir rendre ce bienfait accessible pour tous.

    Votre argumentation et vos désirs pouvait paraitre justifier avant 1987.

    Or depuis 1987, notre niveau de vie, en particulier notre mode de mobilité est devenu une menace pour la survie de l’humanité, parce que nous avons dépassé le seuil des possibilités de renouvellement des richesses de notre planète.

    Garantir la mobilité pour tous, de manière durable, et transmettre un patrimoine socio économique et environnemental amélioré aux générations futures exige donc de convertir notre mode de mobilité ... vers la satisfaction suffisante dans la mobilité de proximité.

    Dans ce sens toute amélioration dans les transports qui favorise l’attractivité de la mobilité lointaine est une politique passéiste suicidaire.
    Me comprenez vous ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité