• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

coyotebreton

coyotebreton

Créateur de l'association à caractère civique "non partisane" Blanc c'est exprimé qui milite pour la reconnaissance du vote blanc comme étant un suffrage exprimé. Cela pour lutter contre la montée des abstentions.

Ma démarche intègre, s'agissant de Démocratie, tout ce qui touche au respect des droits humains , de la diversité culturelle et linguistique.

Tableau de bord

  • Premier article le 25/08/2010
  • Modérateur depuis le 15/06/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 13 156
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • coyotebreton coyotebreton 1er juin 2011 14:13

    Bonjour,

    En éditant cet article je n’ai eu qu’une seule volonté, à savoir, faire que la Justice s’empare des allégations faites car, le « délit » dénoncé par Luc FERRY est un crime et qu’en se taisant il tombe sous le coup de « non dénonciation de crime ! » Cela au même titre que le premier ministre en poste au moment des faits.

    Qu’ils soient de droite ou de gauche les représentants du Peuple, qui en appellent trop souvent dans des affaires de corruption par exemple à « la longueur des procédures » pour tenter d’échapper à la Justice, se doivent, votant eux-mêmes le lois de les respecter.

    C’est un minimum.

    Quand ils ne le font pas, c’est à la JUSTICE de se faire entendre !



  • coyotebreton coyotebreton 25 août 2010 14:46

    1 J’aurais du préciser mais vous l’aviez parfaitement bien compris qu’il s’agissait du « champ du pouvoir judiciaire » ou plus exactement encore « de la Justice »…

     

    J’aurais du préciser aussi, pour vous, que je ne parle que des « avocats-parlementaires » et non des avocats en général…


    2 - Là encore je ne veux pas ergoter lorsque vous revenez en avril 1848 car vous aviez bien compris qu’il s’agissait depuis la 5° République et la floraison des affaires politico-financières.


    3 - Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Je pense que vous en faites exprès à ce point que je me demande si vous n’êtes pas vous-même avocat dans un cabinet dans lequel il y aurait un « avocat-parlementaire ? ».

    Dans le texte « Les Maîtres du Parlement » il y a assez d’exemples qui démontrent la réalité des raisons que j’évoque. Je vous en soumets une avec la lettre ci-dessous que j’ai adressée à Maitre Hunault « avocat-député . »

     

    14 janvier 2004
     

    Lettre à Michel HUNAULT

    Monsieur le député,

    Je vous ai transmis, comme à tous vos collègues de l’Assemblée nationale, une lettre-ouverte dans laquelle je formulais la proposition de légiférer sur l’inéligibilité à vie des élus impliqués et condamnés dans le cadre d’affaires touchant à la gestion de fonds publics avec recher-che de prise de profit direct ou indirect.

    Je me souviens de votre déclaration, assez surprenante pour un représentant du barreau, en principe au service de la Justice, peu après les élections de 2002 concernant « l’éventualité d’une amnistie pour les délits « politico - financiers », cela en vous appuyant sur "la longueur de la procédure" (?) concernant particulièrement celle des affaires du préident CHIRAC. Je pense qu’il serait très symbolique et très fort, que vous soyez un des premiers porteurs de ma proposition auprès de vos collègues.

    Il s’agit en effet de réhabiliter et de moderniser la politique, de redonner toute leur crédibilité aux élus et de combler la fracture qui existe entre eux et les citoyens. Objectifs louables auxquels, j’en suis certain, vous adhérez.

    L’annonce faire par Monsieur Alain JUPPE indiquant « qu’il se retirerait de la vie politique s’il était, à la fin de janvier, condamné et par voie de conséquence atteint par « une inéligibilité » est lucide, courageuse. Pour autant cette rigueur intellectuelle - vous pouvez en juger par la présence à vos côtés de certains de vos collègues - n’est pas le fait de tous les individus.

    D’où l’importance qu’il y a ouvrir le débat à l’Assemblée nationale cela pour protéger l’institution à laquelle vous appartenez, les élus eux-mêmes, la démocratie.

    Du fait de vos qualités d’avocat et de membre de la Commission des lois, vous êtes en mesure de prendre la dimension que revêtira aux yeux des citoyens, qui ont souvent actuellement le sentiment qu’il existe une Justice à deux vitesses, le fait que vous vous engagiez dans cette démarche.

    Je reste à votre entière disposition.

    N.B - Pour la petite histoire il n’y a pas eu d’action concrète de l’avocat-député pour que la cause de la démocratie avance !


    4 - Vous parlez d’affirmation grotesque… Il est évident que c’est une évocation de l’attitude, ne serait-ce que sur le plan de l’éthique, qui pose question née d’un raisonnement logique. Je n’ai pas remarqué que vous ayez relevé par contre : « Or en votant des lois, trop nombreuses et parfois liberticides… »  Approuveriez-vous ?

     



  • coyotebreton coyotebreton 25 août 2010 08:31

    Je suis tout à fait d’accord avec la teneur de l’article et la demande formulée..

    Cela d’autant plus qu’en dehors de quelques supports, la majorité des journaux appartient à des Groupes financiers. Ces derniers n’ont pas pour premier objectif de « faire de l’information » mais de faire du profit. Ce qui est leur droit dans une économie libérale. Mais devrait être sans faire appel à des subventions, fruit des impôts payés par les contribuables-lecteurs.

    En fait, une double peine pour justement les lecteurs-consommateurs Ceux-ci en achetant le journal ou le magazine augmentent « les chiffres de l’OJD qui servent à justifier du coût de la dite publicité » qu’ils paient lorsqu’ils achètent un produit de consommation … vanté par la publicité ! De plus, parfois, pour des produits fabriqués par l’entreprise appartenant au Groupe qui vient de les licencier pour délocaliser sa production … Du délire ?

     

    La démocratie à laquelle devrait contribuer la presse a besoin de transparence.

    Alors il faut exiger cela.



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. EUROPEENNES 2019 : Référendum pour le VOTE BLANC




Palmarès