• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Damien Vidal

Damien Vidal

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 30/05/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 22 284
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Damien Vidal Damien Vidal 19 juillet 2006 16:56

    Oui ARPA est lié à ARPANET. Il s’agit d’un modèle réseau à quatre couches alors qu’OSI en comporte sept. Le modèle ARPA est aussi appellé « modèle TCP/IP ».

    http://www.themanualpage.org/reseau/reseau_tcpip.php

    En ce qui concerne l’IP sur mobile je suis plus dubitatif bien que n’étant pas un spécialiste de la question. Actuellement me semble t il les téléphones peuvent au mieux servir de modem et faire un « tunnel » UMTS pour des données IP. Or à ma connaissance, le GRAN (Generic Radio Access Network) englobe les 3 premières couches OSI (soit les deux premières dans le modèle ARPA) ce qui inclut la couche « réseau » à laquelle appartient IP. Je crains qu’il ne faille attendre WiMax pour avoir des portables IP.

    Enfin en ce qui concerne le troisième point, il s’agit d’une possibilité à long terme. Les protocoles actuels sont optimisés pour le transfert de la voix. A moyen terme ils seront probablement plus généralistes et utiliseront probablement TCP/IP ce qui amènera un certain nombre de possibilités supplémentaires au niveau applicatif. La voix ne serait plus alors qu’une utilisation du téléphone parmi d’autres, utilisant TCP/IP, où plutot d’ailleurs UDP/IP dans ce cas très précis. On pourrait alors voir apparaitre des fournisseurs d’accès offrant un accès internet pour tout type de terminaux, via des protocoles type WiMax. Sur ces terminaux, rien n’empecherait d’utiliser un logiciel de voix sur IP, mais aussi un navigateur web, un jeu ou un client mail. Prenons un exemple actuel : On peut acheter un offre triple play chez un FAI mais on peut également prendre uniquement l’ADSL, acheter un SkypePhone et téléphoner par internet. Il est tout à fait possible qu’à terme ce modèle s’applique aux télécommunications mobiles. Free dispose de la seule licence WiMax nationale à ce jour et il est fort probable qu’ils mijotent quelque chose dans ce goût la. L’architecture GSM n’est pas adaptée à cette évolution alors que WiMax l’est tout à fait.



  • Damien Vidal Damien Vidal 19 juillet 2006 02:18

    Pourquoi se casserait on les pieds à utiliser SIP (couche application du modèle ARPA) alors que l’on dispose de SMTP,POP et IMAP ? Il n’y aurait aucun avantage. A partir du moment ou le réseau supporte TCP et IP, SIP n’a d’intérêt que ce pour quoi il a été conçu : le media temps réel (audio, video, et à la rigueur messagerie texte mais avec quelques réserves). Pour le reste il existe des protocoles dédiés bien plus légers et efficaces. La grande révolution serait l’intégration d’IP sur les réseaux de telephonie mobile. Apres pour les protocoles de niveau application (toujours en ARPA, en OSI SIP est de niveau session) on ne serait pas limité à SIP. On pourrait d’ailleurs même envisager que les opérateurs ne soient pas tous interopérables au niveau du protocole bien que tous les réseaux utilisent IP (exemple : Skype n’est pas interopérable avec les réseaux SIP). En revanche le mail fonctionnerait d’un opérateur à l’autre. On pourrait aussi imaginer une séparation entre des opérateurs se comportant comme des FAI et des « vendeurs de service » vendant les services de mail, telephonie, messagerie, etc ...). En somme le monde de la téléphonie mobile pourrait ressembler de plus en plus à celui de l’internet.



  • Damien Vidal Damien Vidal 19 juillet 2006 01:28

    Je veux bien que l’on dise que j’ignore la cosmogonie Egypto-nubienne... Encore que si vous entendez par la la religion qui prévalait sous la XXV° dynastie et qui mêlait les cultes d’Amon, Rê et Maât, je pense pouvoir m’en sortir. Et j’avoue une certaine difficulté à saisir le lien profond entre les élucubrations de Seba et cette religion antique, d’autant que celui ci se prétend « Kémiste Atonien » alors que le culte d’Aton se développe suite à la disparition des pharaons noirs d’origine nubienne, me semble-t-il. Cela me semble plutôt relever du besoin maladif de se prévaloir d’un héritage prestigieux pour réhausser le prestige de ce qui n’est après tout (en ce qui concerne la tribu KA, je ne parle pas des autres sectes Egypto-nubiennes) qu’un ramassis de délinquants dont le traitement relève d’ailleurs plus de la psychiatrie que de la justice.



  • Damien Vidal Damien Vidal 2 juillet 2006 23:55

    J’aurais tendance à classer ainsi, par ordre décroissant d’importance, les règles qui régissent l’écriture : la grammaire, l’orthographe et la typographie. Une faute de typographie est pardonnable dans une correspondance privée ou professionnelle, bien qu’elle ne le soit pas dans une publication. De plus une faute typographique ne gène pas la compréhension. Une faute d’orthographe peut être excusable dans certains cas : mots complexes ou rares, scientifiques ou techniques etc. mais elle peut mener à des erreurs de compréhension. Il est simple d’y remédier par l’utilisation de dictionnaires, en particulier électroniques. Ces deux types d’erreurs sont d’ailleurs assez bien détectés par les traitements de texte modernes. Reste l’erreur grammaticale qui provoque presque toujours un changement de signification du texte. Elle est à mes yeux la plus grave car elle témoigne d’une mauvaise compréhension des mécanismes de la langue. Qui plus est elle est la plus courante car les logiciels la détectent très mal. Un simple test : combien de fois avez-vous lu ces derniers mois dans un journal « le voleur a été arrêter... » ou dans une lettre de motivation « je souhaiterais participé à ce projet... » ? Bien entendu mes traitements de texte (Word et Open Office Writer) n’ont détecté aucune de ces deux erreurs ...



  • Damien Vidal Damien Vidal 1er juillet 2006 23:25

    Je ne vous prend pas pour un athée rassurez vous, bien au contraire, je considère en revanche que votre théisme (vous considérerez peut être qu’un autre terme convient mieux) est difficile à soutenir tel quel. L’athéisme n’était, dans ce contexte, qu’un exemple de foi « sans Dieu », une sorte de contrepoint au catholicisme, si vous voulez. Je suis tout à fait ravi de voir que le débat vous intéresse et que vous ne vous braquez pas pour ces quelques critiques quelque peu acerbes écrites sous le coup de la colère.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès