• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Daniel Roux

Daniel Roux

La direction d’Agoravox m’interdit de commenter les articles de "Christelle Néant" :
« En raison de signalements pour non respect de la charte, vous ne pouvez plus réagir sur cet article. »
La direction d’Agoravox n’a pas répondu à ma demande d’explication.
Je réfléchis sur l’intérêt de participer à un média « citoyen » pratiquant une censure sélective, en donnant de plus en plus de visibilité à la propagande.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/08/2007
  • Modérateur depuis le 15/05/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 31 3434 1365
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 573 215 358
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Daniel Roux Daniel R 26 août 2007 18:49

    Je me souviens d’un reportage assez ancien dans lequel des chercheurs avaient relevé les traces de dinosaures sur une strate minérale, longueurs des foulées notamment. Ils avaient ensuite comparé ces relevés avec les traces produites par la course d’un émeu. Les résultats obtenus donnaient les vitesses de déplacements des ancêtres.

    Cela s’appelle remonter le temps au pas de course !



  • Daniel Roux Daniel R 26 août 2007 18:27

    à l’auteur,

    L’article se veut complet et est intéressant. Cependant, la fiabilité des mesures de l’état de l’opinion, soit par la presse, soit par les sondages, prêtent à discussion.

    En France, les réactions de la presse ne sont pas le bon baromètre. Si le ministre de l’intérieur Sarkozy a pu faire licencier un directeur de rédaction de Paris Match (peu importe la qualité de l’article) ou empêcher la parution d’un livre sur Cecilia, Sarkozy président impose une prudence respectueuse et craintive dans tous les médias.

    Ce n’est pas un secret, les principaux groupes de presse appartiennent à des financiers proches du pouvoir (quelques exceptions cependant comme le Canard Enchaîné et le Monde diplomatique).

    Les entreprises de sondage sont de la même veine que la presse. Elles ne sont pas plus crédible. De fait, ce sont des médias d’opinions mais les résultats sont manipulés. Ils avouent tripatouiller les résultats sous le prétexte que les gens ne répondent pas sincèrement et qu’il faut donc « corriger ». Il est permis de douter de l’exactitude de ces corrections empiriques et donc des résultat annoncés sur l’opinion des français.

    N’oublions pas que comme les entreprises de presse, leurs actionnaires sont de gros financiers comme Bolloré (un autre riche ami du président), dépendants directement ou indirectement des commandes d’Etat. Il serait d’ailleurs temps que le législateur se préoccupe sérieusement du fonctionnement de ces officines et circonscrive leurs activités au monde commercial.



  • Daniel Roux Daniel R 24 août 2007 19:29

    La question des sources est importante et mérite toujours d’être posée en cas de doute. Parfois, il arrive que les chiffres divergent d’une source à l’autre. L’important est que les ordres de grandeur soient respectés.

    Pour les budget, j’ai eu recours à WIKIPEDIA

    Je cite pour la Sécu :

    « Pour 2007, le Gouvernement a prévu dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale un budget total de 295,5 milliards d’euros (solde de -8,0 milliards d’euros) pour le régime général et de 402,3 milliards d’euros pour l’ensemble des régimes obligatoires de base ».

    http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9curit%C3%A9_sociale_en_France

    Pour l’Etat

    « budget 2007 - Dépenses 334,7 M€ ».

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_de_l%27%C3%89tat_fran%C3%A7ais



  • Daniel Roux Daniel R 23 août 2007 19:08

    Je ne peux que vous renvoyer aux rapports parlementaires UMP. Ils sont bien informés assez clairs sur la forme comme sur le fond et non partisan.

    J’attire tout de même votre attention sur les 2 façons utilisées pour priver la Sécu des ressources qui lui reviennent :

    Le transfert des charges indues. Les exemples ne manquent pas mais je ne citerai que la réparation des maladies dues à l’amiante transferée presque entièrement à la charge financière de la Sécu.

    Le détournement de taxes sociales destinées à l’origine à la Sécu mais utilisées à autre chose ou pour compenser des réductions de charges dues légalement par l’Etat.

    Autres faits : Les partenaires sociaux ne pilotent plus la Sécu depuis longtemps, d’ailleurs il n’y a plus d’élections des représentants.

    Les budgets sont tous sous tutelle lorsqu’ils ne sont pas directement imposés par les Caisses Nationales dont les directeurs sont des fonctionnaires.

    Des impôts sont déjà attribués à la Sécu (la csg par ex est un impôt) et c’est bien le parlement qui vote son budget, les lois de financement et la loi de finance. C’est ce que fait le gouvernement qui pose problème. Qui contrôle le gouvernement ?

    Certains veulent étatiser, d’autres privatiser, d’autres veulent une Sécu qui remplisse sa mission sans être ponctionnée ou diabolisée. Ce n’est pas la Sécu qui crée le déficit. Elle est très bien gérée et très contrôlée.

    Regardons là où ça se passe, au gouvernement d’abord mais aussi dans la désastreuse habitude du « chacun pour moi » propre à une partie de la sphère libérale du réseau santé.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité