• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ddacoudre

ddacoudre

poète essayiste militant à la retraite.
La vie commande d’être convaincu qu’il y a un absolu où tout ce que nous concevons s'écroule, Il faut donc comprendre que celui qui dispose d’une certitude absolue peut se suicider car c’est un mort vivant et ne peut développer pour vivre que la mort qu’il porte.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 06/06/2007
  • Modérateur depuis le 27/06/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 344 6954 9384
1 mois 17 101 214
5 jours 3 21 55
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 389 389 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • ddacoudre ddacoudre 9 juillet 2007 02:04

    yoda bonjour. Je partage assez ton point de vue, sauf sur la foi nécessaire qu’il faut avoir même en science pour s’accrocher à la réalisation du découverte avec tous ses moments de doutes et d’exaltations.

    La foi demeure la certitude d’un aboutissement heureux pouvant conduire un homme jusqu’au suicide altruiste. C’est exact que la foi caractérise les structures socio religieuses ou communautaristes. En science, en politique, dans le "surpassement de soi pour une réalisation individuelle, et certainement bien d’autres, c’est le même mécanisme psychique qui entre en jeu pour s’accrocher à une espérance. Toutes requièrent une intensité différente, se nomme différemment pour sérier les champs où s’exerce ces espérances.

    La particularité des croyants est que leur foi s’attache à la rencontre avec le créateur, et demeure invérifiable. A ce propos j’ai l’habitude de dire que ce qui est dangereux n’est pas la foi en un dieu, c’est quand le croyant interroge son dieu et que ses propres réponses sont à la hauteur de ses ignorances.

    Einstein a dit : « La nature ne nous montre que la queue du lion. Mais il ne fait aucun doute pour moi que le lion à qui elle appartient est au bout, bien qu’il ne puisse se montrer tout d’une pièce à cause de son énorme taille ». Si bien, que d’une certaine manière notre existence se déroule par défaut.

    Ainsi, chaque fois que nous définissons un concept pour expliquer l’indéfinissable. Ce concept défini entre dans ce que j’appelle l’indéterminé. Un indéterminé que nous parvenons à préciser par des théories, lesquelles entrent à leur tour dans les divers degrés de l’incertitude. Cette incertitude a pour principe, qu’après la conceptualisation d’une théorie, nous ne pouvons être assurés que ses éléments dans le « temps » trouvent la place que nous leur avons imaginée. Également, qu’ils resteront ce qu’ils sont, à la place où nous les avons mis ou observé. Cela, du seul fait que l’Univers est en mouvement, et si ceci pouvait échapper au regard du primitif, cela ne peut plus l’être au notre. Or le créationnisme gomme cette existence par défaut et offre la permanence d’une certitude. Pourtant cette certitude biblique sacralisée pour ceux qui en font une lecture à la lettre devient une ineptie car leur créateur n’à dans les faits observables rien figé.

    Les êtres ont besoin de certitude pour vivre, l’incertitude et la relativité des choses ou leur évanescence s’apprend. Et pour désapprendre les certitudes il faut avoir une existence assuré, sinon on les recherchera toujours. Est-ce que notre société offre cela ?

    Cordialement.



  • ddacoudre ddacoudre 9 juillet 2007 00:34

    Bonjour dperez.

    Il n’y a pas de haine du riche à avoir ni de l’entreprise qui est un outil fabuleux pour produire des biens. De plus il ne sert à rien de vouloir appauvrir les riches, mais est ce que les riches ont besoin que d’autres soient pauvre pour se sentir riche ? Les inégalités ne procèdent pas du désir des individus mais nous viennent de la rareté des choses et même lorsqu’elles sont abondantes nous nous organisons pour quelles deviennent rare car à leur marchandisation s’y rattache un revenu. Tu m’as l’air de séparer la société en gens biens et bosseurs et les autres d’honteux profiteurs prés à dépouiller les riches. Cette caricature est désuètes elle date des années 30, aujourd’hui l’enrichissement ne se fait plus par le travail ni par l’épargne petitement emmagasiné comme par le passé. S’il y a encore des artisanats ou de petits entrepreneurs qui procèdent ainsi ce sont des « salariés propriétaires de leur outil de travail » sous traitant en dépendance directe ou indirecte des oligarchies économiques. Ensuite des relations du travail naîtront peut-être les acrimonies que tu soulèves. Tu parles seulement de ceux qui réussissent, mais j’en ai rencontré aussi beaucoup qui travaillaient dur et ont échoué sans que personne ne les dépouillent de leur richesse. S’il n’y avait que des squatteurs et des fainéant serions nous aussi riche ? S’il n’y avait que des « patrons voyous » serions nous aussi performant. Il y a certainement des profiteurs et des patrons voyous, Mais pas pour constituer une généralité, et le fait d’être politiquement partisan et une bonne chose, mais cela ne doit pas rendre ses analyses sujettes à démagogie.

    cordialement



  • ddacoudre ddacoudre 8 juillet 2007 01:38

    Bonjour fred.

    Le constat est que la violence individuelle ou parfois collective et les incivilités ont cru.

    Entre l’exacerbation des désirs de toute chose, un amenuisement du contrôle interne (morale et civisme), le culte de l’individualisme et de l’élitisme, la déstructuration sociale et la ghettoïsation pour certain, il est très difficile de sortir les éléments qui y concourent. Mais fort heureusement l’humanisme n’a pas de couleur politique et j’ai rencontré des humaniste dans tous les partis politiques.

    Et je ne vois pas pourquoi dans la dégradation de nos relations sociales une étiquette partisane protègerait de cela les uns et pas les autres. Dans le débat exécrable de ces dernières années les hommes politiques se sont renvoyé à tour de rôle la responsabilité de cette régression comportementale. Ce serait bien plus simple s’ils en étaient responsables, car ce serait plus facile à solutionner. Par contre ce serait trop long à en développer toutes nos coresponsabilités, aussi je te renvoie si tu le veux à un ouvrage de Michel Wievorka édition Ballard « Violence ».

    Cordialement.



  • ddacoudre ddacoudre 8 juillet 2007 00:52

    Bonjour zelectron. Le libéralisme libéra le commerce du joug de la puissance absolu des monarques ; aux fils des siècles il devint le principe de base des relations économiques qui demeuraient toujours soumises comme de nos jours à des foules de réglementations sur la liberté individuelle d’entreprendre.

    De fait le libéralisme est un dogme comme bien d’autres aux travers duquel ceux qui en tirent avantages justifient leurs comportements, et ceux qui en subissent les désagréments s’y opposent sous diverses appellations. Le terme « libéralisme » apparaît dans la langue française à partir de 1821. Il appartenait déjà au monde politique, car son sens usuel remonte au XII ième siècle et signifiait « généreux », (emprunté au latin Libéralis).

    Ensuite au XIII ième siècle il permet de désigner un individu : « digne d’un homme libre ». Ainsi le sens de ce terme libéralisme est passé lentement du domaine politique au domaine économique et caractérise la devise « laisser faire, laisser passer ». L’important n’est pas le vocabulaire employé, c’est comprendre qu’une société humaine s’organise autour de la valeur des individus qu’elles forment pour se répartir les efforts nécessaires à toutes les activités productrices tout comme celles des services public ou privé. Ceci exige une conscience politique pour structurer les milliards de décisions individuelles qui inter agissent, et chaque individus va devoir abandonner une partie de sa singularité pour s’associer dans des intérêts partagés.

    Si l’on retient que la base minimum d’une espèce est de maintenir en vie son organisme biologique, il n’est pas besoin d’économie pour cela, mais si les individus se regroupent et commencent à s’organiser pour la production et la satisfaction commune de leurs besoins, alors l’on peut commencer à parler d’économie. Ensuite toutes les autres associations, de quelque nature qu’elles soient, ne pourront se structurer en tant que telles qu’à partir du moment où les individus se seront regroupés et répartis des tâches et des fonctions nécessitant une activité de surplus de production.

    Cette capacité à produire un surplus sera de nature à structurer l’organisation sociale pour dégager d’une activité productrice les individus qui modèleront, élaboreront « l’intronisation » politique, culturelle, religieuse, avec pour effets de compliquer, de perfectionner, de donner cohérence et solidité à l’organisation sociale, de définir et réguler la violence individuelle et collective qui a accompagné cette structuration.

    Ainsi nos difficultés ne viennent pas des mots, mais de celles de saisir que dans l’actuelle société en giga surplus de production grâce à la technologie, il devient urgent de trouver de nouvelles références de valeurs travail, car nous ne sommes plus au XVIII siècles, même si les comportements humains sont les mêmes depuis les calandres grecques. Donc « l’interrogationisme » pourrait parfaitement remplacer le libéralisme. Pour autant les mots ne sont pas des fourre-tout. Que dans la confusion toujours réelle entre libéralisme et capitalisme, entre charité et solidarité, entre socialisme et communisme les citoyens y mettent ce qu’ils en ont compris, c’est certain. Mais pour sortir de cette errance il suffit de prendre les références historiques répertoriées. Si nom les mots prendront un autre sens, il en va ainsi. cordialement.



  • ddacoudre ddacoudre 5 juillet 2007 00:29

    Zeusirae Bonjour. Ce qui fait la différence supposé entre l’animalité des autres espèces et l’homo sapiens sapiens en voie d’hominisation est justement la conscience. Les autres cas supposés manquer de conscience sont les serials killers. La théorie de Jean marie Albertini ne va pas jusqu’à dire qu’il ne faut pas de conscience dans l’économie, ce serai plutôt l’inverse dans son éloge de la rareté. Cordialement.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Travail






Palmarès