• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Demesure

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 47 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Demesure 12 avril 2011 14:59

    @Linz,

    Je n’ai jamais dit que « la radioactivité n’aurait pas de conséquences » ! Ce que vous me faites dire est aussi absurde que de dire que la dépression, l’alcoolisme, l’ostracisme des habitants de Tchernobyl n’aurait pas de conséquence grave pour leur état de santé.

    L’impact sur la santé du traumatisme mental de l’accident a été étudié par l’OMS, cf ci-après ce qu’elle dit. Vous croyez sérieusement que l’alarmisme basé non pas sur la science mais sur des préjugés et des spéculations apocalyptiques puissent aider les victimes, qu’elles soient du nucléaire, du pétrole, du charbon ou de l’industrie chimique ? Moi, je ne crois pas, je crois plutôt à une évaluation objective mais sans complaisance des agissements du lobby nucléaire ET des lobbies anti-nucléaires. Quant à ne pas faire confiance à l’OMS, fort bien pour la théorie du complot, mais alors, pourquoi faire confiance à son médecin, aux hôpitaux, aux autorités de surveillance sanitaire, aux vaccins, aux médicaments ? Vous ne pouvez pas d’un côté décréter qu’on ne peut pas leur faire confiance et de l’autre utiliser leur service comme si de rien n’était.

    "D’après le rapport du Forum sur la santé, l’impact de Tchernobyl sur la santé mentale est le plus grand problème de santé publique que l’accident ait provoqué à ce jour. Les habitants des zones touchées ont une perception négative de leur état de santé et de leur situation, exacerbée par un sens exagéré du risque sanitaire que la radio‑exposition leur fait courir et par la conviction que leur espérance de vie est réduite. Rien n’indique que l’anxiété concernant les effets sanitaires des rayonnements est en train de diminuer, au contraire. L’espérance de vie est en baisse dans toute L’ex-Union soviétique à cause des maladies cardiovasculaires, des blessures et des empoisonnements, mais pas à cause des maladies radio‑induites."
    source
    OMS : http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2005/pr38/fr/index1.html



  • Demesure 12 avril 2011 14:38

    - > « C’est quand même le nucléaire qui crée des zones d’exclusion. Non ? »

    Il s’agit de zone d’évacuation, pas d’exclusion, en science, la précision des mots a de l’importance.
    On évacue par précaution, pour éviter préventivement des niveaux d’irradiations dangereuses, ça ne veut pas dire que la zone est exclus. Il y a d’ailleurs des gens qui restent dans la zone des 20 km, ou qui retournent temporairement pour fouiller les ruines à la recherche des corps ou nourrir les bêtes. S’il y a une rupture de barrage, les victimes n’auront pas autant de « chance » (d’ailleurs un barrage de Fukushima s’est rompu, faisant plusieurs morts & disparus mais on n’en parle pas).

    Le niveau de radioactivité est dans une grande partie de la zone des 20 km est autour de quelques uSv/h (la radioactivité naturelle permanente dans certaines régions comme Ramsar ou le Kerala peut atteindre quelques dizaines de uSv/h) et continue de décroître. Donc parler de « zone d’exclusion » est prématuré. Cf par ex. les mesures faites par un journaliste qui est retourné dans la zone : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=yp9iJ3pPuL8



  • Demesure 12 avril 2011 13:00

    Là encore, désolé Ariane mais vous continuez dans l’amalgame.
    Aucun des 30.000 morts japonais ont été causé par la centrale nucléaire !

    Vous persistez à banalisez leur mort comme si c’était la faute à la surconsommation d’électricité voire de la surpopulation, c’est à la limite de l’indécence.
    Quand un tsunami avait frappé l’Indonésie en 2004, suite à un séisme bien plus faible, il y avait presque 10x plus de morts. Electricité ou pas, on n’est pas à l’abri d’une catastrophe naturelle. Et quand ça arrive, il vaut mieux avoir beaucoup d’électricité que pas assez.



  • Demesure 12 avril 2011 12:48

    @Ariane,

    -> « J’ai été malade en voyant les environs de Fukushima où tant de gens vivaient et désormais abandonnées. certes ils ne sont pas encore morts. »

    Ariane,
    Votre compassion est sans doute sincère mais mal placée. Le malheur des gens dans les environs de Fukushima est dû au tsunami, pas au nucléaire. Ne faisons pas d’amalgame (même si les médias ont tout fait pour entretenir exprès la confusion) !
    Pour qu’il y ait des morts du nucléaire à Fukushima, il faudrait qu’il y ait des irradiations dangereuses pour la santé et pour l’instant, il n’y en a pas, à moins que vous ne sachiez des choses que personne d’autre ne sait, auquel cas, il ne faut surtout pas les garder pour vous.

    Quant aux morts d’angoisse, vous faites bien de les évoquer, c’est la conclusion avancées du rapport 2006 de l’OMS sur Tchernobyl : les gens sont plus mort infiniment plus par dépression que par les retombées de la centrale ! La peur a des conséquences.

    Mais je ne vois toujours pas « d’espèces détruites ». Si vous n’avez pas de preuves, pas de nom, pourquoi l’avoir écrit ???



  • Demesure 12 avril 2011 11:54

    Chère Ariane,
    Je ne suis pas pro-nucléaire mais je suis mal à l’aise avec des envolées comme « terres contaminées, terres souillées, espèces détruites, hommes rongés et tués ».
     
    Que je sache, aucun des 30.000 morts à Fukushima n’est dû à la centrale nucléaire. Il n’y a eu de mort irradié, ni chez les civils, ni chez les employés, même pas eu d’irradiation dangereuse pour la santé (le maximum a été de 180 mSv/h chez 3 employés, qui n’ont pas eu besoin d’être hospitalisés) et bien sûr encore moins « d’espèces détruites » alors pourquoi autant d’exagérations de votre part ?

    Vous ne pouvez pas reprocher aux autres de mensonges et dissimulation, tout en écrivant des choses manifestement fausses. L’honnêteté n’est pas à sens unique !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès