• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Depositaire

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 237 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Depositaire 27 septembre 2015 14:24

    L’article, pas certains côtés est très pertinent, mais effectivement, à se concentrer sur daesh on oublie qui et quoi l’ont créé.

    Certains commentaires sont aussi très pertinents en montrant le rôle de l’Occident et des pétromonarchies du Golfe, en réalité, celui des multinationales prédatrices qui veulent dominer l’humanité à leur profit.

    Par contre, il y a deux points qui sont à la fois absents de l’analyse et le symptôme d’une incompréhension profonde de la nature du problème mis sur le compte de quelque chose qui n’existe pas.

    Je passerai sur le commentaire de Massada le sioniste quia tout intérêt à détourner l’attention des innombrables crimes et monstruosités causés par israël. Pour ce faire rien ne vaut « casser du sucre » sur le dos de l’Islam. C’est très en vogue en ce moment !

    Donc pour revenir au problème essentiel, ce qui manque à ces analyses, c’est le point de vue oriental. tout est vu au point de vue occidental. Cela a comme un relent de néo colonialisme « nous, les civilisés, eux les barbares » !

    Un commentateur a bien souligné le fait que même si on anéantissait tous les pays musulmans, le problème réapparaitrait car il est en nous, dans notre modèle de société.

    Pour rappel, le commerce de la mort, fabrication des armes, vente, usage, guerres, surveillance, etc. A été évalué à 9,37 trilliards de dollars, c’est à dire que pour tuer, on dépense 9, 37 millions de milliards de dollars ! Vous ne pensez pas que les multinationales de l’armement vont laisser tomber un tel pactole ! Plus il y a de sang, mieux c’est. Elles sont comme le mythique vampire qui se nourrit de sang. il lui en faut toujours plus. Et, bien sur, derrière ces multinationales, il y a les banques.

    Mais, au point de vue oriental, quelle est la vision de ces peuples ? Ils constatent que la plupart de leurs pays sont dominés par des dictatures au service de l’Occident et de ses multinationales prédatrices. Pour permettre un train de vie luxueux d’une minorité de personnes, ces multinationales viennent piller et saccager ces pays sans vergogne et s’ils résistent, alors on déclenche un coup d’état pour mettre au pouvoir une marionnette au service de l’Occident ou on détruit le pays comme en Afghanistan, Irak et Libye. Sans compter l’injustice, mot qui est un euphémisme, du peuple palestinien qui subit un véritable génocide physique et culturel de la part de ces voyous sionistes venus d’Europe, donc d’Occident au nom d’une prétention dont la haute fantaisie n’a d’égale que le degré de falsification de l’histoire, (il serait bien que le sieur Massada nous explique un peu cette histoire et d’où elle tire sa légitimité : « le peuple élu qui revient sur sa terre qui lui aurait été donnée par Dieu » !).

    Comment voulez-vous qu’il n’y ait pas de rancœur chez ces peuples ? C’est normal.

    Mais, et c’est là tout le degré de machiavélisme de l’Occident, qui voulant faire d’une pierre deux coups et constatant que dans ces pays qui résistent ou résistaient à la prédation occidentale, la force dominante était l’Islam avec sa haute valeur éducative et ses valeurs universelles. Le processus ne date pas d’hier. Il y a eu la colonisation qui a duré un temps, mais qui n’était pas la solution puisque les peuples ont réussi à s’en débarrasser, mais en Arabie est née une hérésie au dix septième siècle qui, comme beaucoup d’hérésies de ce genre aurait pu disparaître aussi vite qu’elle est née, mais quia eu la faveur des puissances occidentales, en particulier américaine, qui a vu là une magnifique opportunité pour détruire l’Islam de l’intérieur. Cette hérésie, le wahhabisme, en l’occurrence n’est qu’une vision caricaturale de l’Islam.

    Et ce daesh a été créé à la fois pour détruire la cohésion des pays qui résistent à la prédation de l’oligarchie mondiale occidentale et détruite toute référence aux valeurs essentielles, spirituelles, de l’humanité. Ce pourquoi, tôt ou tard il va sévir en Europe.

    La solution de tout ces problèmes n’est pas dans l’éradication de l’Islam, au contraire, pas plus que celle des religions comme @elpepe obsédé par sa haine du religieux en général et de l’Islam en particulier, (ce qui relève de la psychiatrie, à ce point là), mais dans le retour aux hautes valeurs véhiculées par les religions dans leur enseignement fondamental. Ce qui est très différent.

    En réalité, les reproches, parfois effectivement justifiés, faits aux religions ne sont en fait que l’accent mis sur l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques ou de domination en général. Les mouvances comme daesh ou le front en-nosra ne sont que cela. Ils n’ont rien à voir avec l’Islam. Et tant que l’on n’est pas sorti de cette propagande insidieuse qui veut nous faire croire le contraire, jamais on ne résoudra le problème de fond. Et pour l’Occident, il devrait revenir à ces hautes valeurs universelles de sagesse, de fraternité, de respect de l’autre quelque soit sa religion, sa culture, sa race, dans la sacralité de la vie, donc du respect de toute vie, dans le respect et la gestion saine et sage des ressources de la nature au lieu d’agir en prédateur/saccageur, et dans le bien vivre ensemble. Ce n’est ni dans le repli sur soi ni dans le rejet de l’autre parce que différent qu’il faut agir, ça c’est la propagande insidieuse de l’oligarchie veut nous faire gober et je constate que bien des gens tombent dans ce piège. pour il suffit d’étudier objectivement ces valeurs universelles pour voir que la solution est là et nulle part ailleurs.

    En conclusion, je voudrais mettre tous les lecteurs et commentateurs devant eux-mêmes : regardez les solutions que vous préconisez pour résoudre ce problème : L’exclusion, la destruction, l’éradication des sources des valeurs essentielles de l’humanité, bref, de la violence,encore de la violence et toujours de la violence ! Comment pouvez-vous espérer une seconde amener la paix par al violence ? Où sont les propositions de paix, de sagesse, d’unité, de bien vivre ensemble dans vos propos ?
     
    On peut comprendre un Massada, après tout lui c’est un sioniste qui a la violence dans le sang, il est totalement conditionné par cette idéologie mortifère sioniste et complètement imperméable à tout argument sain, mais ce n’est pas le cas de tout le monde, alors commencez par envisager des solutions de paix, de sagesse et d’unité au lieu d’exclure a priori !



  • Depositaire 21 septembre 2015 15:05

    il y a quelque chose d’amusant et de tragique dans les commentaires sur cet article. On peut trouver discutable les affirmations de l’auteur, dans ce cas on argumente, s’il le faut, point par point de façon à démontrer en quoi et où l’auteur se trompe.

    Mais que lit-on dans les commentaires ? Des insultes, des moqueries sur l’auteur, ou alors certains approuvent une partie et rejettent une autre, mais sans argument véritable. Juste une appréciation sentimentale. Mais après tout, l’article lui-même est quelque peu dans le même style. Ce qu’on peut lui reprocher.

    Et ne parlons pas du commentaire de @popov qui ne manque pas une occasion pour faire ressortir sa haine de l’Islam bien entendu, comme d’habitude sans aucun argument élaboré. Rien que des affirmations péremptoires que l’on se doit de prendre à la lettre.

    C’est le côté tragique de voir tous ces commentaires qui n’apportent strictement rien au débat de fond. Quant au côté « amusant » c’est le fait de voir presque tous les commentateurs correspondre à la définition du « beauf » dont l’auteur se moque dans son article, à un degré ou un autre.

    Pour les islamophobes patentés sur ce site, juste un petit rappel ou une info dont vous n’avez assurément pas connaissance. Vous connaissez l’UNESCO, cette organisation est bien connue. Les lundi28 Septembre et mardi 29 Septembre prochain sera organisé au siège de cette organisation au 121 avenue de Suffren dans le septième arrondissement de Paris un colloque autour d’une figure éminente de l’Islam le Cheikh Ahmed ben Mustafa el Alawi mort en 1934 sur le thème : « l’Islam spirituel et les défis contemporains » avec tout un panel d’intervenants issus de tous les milieux et pas seulement musulmans. Ce colloque intervient suite à la reconnaissance du centenaire de la fondation de l’ordre soufi Alawiya, une école pour la tolérance et la convivialité interreligieuse. (Ce n’est pas le seul domaine d’activité de cet ordre). Le colloque débutera à 9H30 le Lundi 28/09. l’entrée est libre, même si l’inscription est préférable si on veut être sur de trouver une place.

    Il me semble que l’UNESCO est une organisation dont les dirigeants sont des gens qui ont quand même une certaine capacité de réflexion et le fait qu’elle ait reconnu cet ordre soufi donc musulman, comme étant d’une grande valeur implique qu’ils se sont donné la peine d’étudier la question de près avant d’émettre leur avis. Ce que tout individu intelligent et posé se devrait de faire au lieu de tomber dans les poncifs haineux et incohérents basés sur une méconnaissance abyssale de la question et bien plus prompts à sortir leurs préjugés qu’à émettre un avis argumenté suite à une recherche exhaustive !



  • Depositaire 21 septembre 2015 13:14

    Bien entendu, spéculer sur les raisons de l’abstentionnisme massif des grecs aux dernières élections est facile. Mais il suffit, pour être proche de al vérité de regarder ce qu’il se passe chez nous en France.

    Devant la démagogie des politiciens prêts à promettre la lune si on les élit, et qui sans l’ombre d’un remord ou d’une hésitation font exactement le contraire de ce qu’ils ont promis, comment voulez-vous que la majorité du peuple puisse encore leur faire confiance ? Il y a toujours une minorité de moutons aveugles pour croire en eux et qui, aiment de faire tondre, il y a quelque chose de pathologique là derrière, pour voter pour eux. Il est vrai que les politiciens utilisent des techniques de manipulation des foules qui leur sont enseignées par des experts en la matière appelés par l’euphémisme « conseillers en communication » et que l’on devrait plutôt qualifier de « conseillers en manipulation des foules ». D’autant qu’au final, malheureusement beaucoup de gens manquent de discernement. mais de plus en plus, la seule chose que les gens finissent par comprendre, c’est que les politiciens sont tous des menteurs. Et même si un homme ou une femme sincère se présente, quelle garantie aurons-nous qu’une fois au pouvoir, il/elle ne changera pas ? Aucune.

    Le cas de Tsipras est typique. Accuser la pression énorme de l’UE qui l’ont obligé de changer d’avis est un faux problème. Il y avait une autre solution comme celle de déclarer la dette de la Grèce comme illégitime, illégale et odieuse. nationaliser ses banques, imposer les oligarques grecs, etc. Et sortir du traité de Lisbonne, virer l’Otan et israël de la Grèce. Se tourner vers la Russie et les Brics. Mais il a préféré accepter les diktats européens en en rajoutant une louche.

    Les grecs ont compris qu’il n’y avait rien à en attendre, alors ils ont boycotté les élections. Ceux qui ont voté sont les moutons qui aiment se faire tondre et qui croient les promesses des menteurs professionnels.

    Mais le cas grec nous menace aussi, et rien ne dit que ce qu’il se passe là bas n’arrivera pas chez nous. Et que ferons-nous ? Je crains que ce ne soit la même chose.

    Il suffit de voir des incompétents/menteurs/assassins comme Sarkozy et Hollande se pavaner malgré tous leurs mensonges et envisager très sérieusement se représenter aux prochaines élections présidentielles, alors qu’ils devraient être mis en prison à vie.

    Mais ces deux individus ne sont que le symptôme d’un mal plus profond. Dès l’instant où on confie les affaires du pays à des politiciens professionnels qui, pour se faire élire, outre qu’ils n’hésitent pas à promettre n’importe quoi, en ayant soin malgré tout d’utiliser des techniques de manipulations des foules, ce qui en dit long sur leur sincérité, mais qui en plus, pour financer leurs campagnes électorales n’hésitent pas à solliciter les très riches qui, en toute logique, attendent un retour sur investissement ; ce qui est logique de leur part, à défaut d’être très moral, comment voulez-vous que les choses changent ?

    Je ne dis pas que l’intégralité des hommes et des femmes politiques sont des crapules avérées et des menteurs notoires, il y en a certainement un certain nombre de sincères, cependant, ils sont pieds et mains liés par les financiers qui financent leurs campagnes électorales et si, par miracle ils arrivent à leur échapper, leur pouvoir réel est très fortement diminué par l’appartenance du pays au traité de Lisbonne qui fait que c’est la commission européenne entièrement soumise aux lobbies des multinationales surtout américaines qui rédigent les lois que le parlement devra entériner sans discussion.

    Donc, clairement, la solution passe par une autre Europe qui ne sera pas celle des multinationales et des banquiers, ce qui implique de faire imploser cette Europe actuelle, des hommes et des femmes politiques courageux qui osent s’opposer aux multinationales, nationaliser les banques et les grosses entreprises, ou à tout le moins, pour ces dernières les imposer très lourdement. Interdire la spéculation boursière qui ne produit rien sinon de la misère pour les peuples et des bénéfices pour une infime minorité d’individus.

    Vaste programme et assez utopique, assurément. D’autant plus que cela ne peut être réalisé dans un seul pays. Il faut une alliance d’au mois trois ou quatre pays qui établiraient le noyau d’une future Europe des peuples.

    Malheureusement, je crains une crise majeure dans l’humanité avec à la clef des catastrophes en tous genres, si encore, avec les fous qui poussent à la guerre, on ne nous fait pas subir une guerre mondiale nucléaire. Comment survivra l’humanité, du moins de ce qui en restera, après... ? Bien malin qui pourra le dire. En tout cas, ce modèle de société est profondément délétère et mortifère et ne peut continuer indéfiniment ainsi. A court ou moyen terme, nous aurons droit à cette crise majeure. Et on y courre tout droit ! Je ne lis jamais, quoi que ce soit dans les articles ou dans les commentaires, sauf à de très rares exceptions de solution viable et éthique pour sortir de ce système. Quand les gens ne passent pas le temps à s’injurier ou se moquer les uns des autres, ou alors sortir des platitudes, on ne propose que des changements cosmétiques qui ne traitent pas le problème de fond qui est cette économie de marché absurde. Ce qui donne une idée de l’ampleur du « formatage » des consciences que l’oligarchie a mis en place.

    Et quand je parle de ce que je lis ou ne lis pas, je ne parle pas seulement que d’Agoravox, dans d’autres médias alternatifs je vois la même chose.

    L’avenir proche nous dira si j’avais raison ou non.



  • Depositaire 9 septembre 2015 12:32

    Il faudrait lire le livre pour se faire une véritable idée de son contenu. Ceci dit, parler de « véritable instant démocratique » avec l’élection présidentielle est faire preuve au mieux d’une crédulité invraisemblable au pire, d’une dangereuse illusion.

    En effet, comment un président est élu ? Il l’est après un vote de la population au suffrage universel. Mais comment cette population peut bien décider que tel ou tel individu est celui qu’il lui faut pour présider le pays et donc décider, dans une certaine mesure du destin, durant cinq ans, du pays ?

    Réponse : à partir des promesses électorales des candidats potentiels. Déjà, au départ il y a deux éléments, voire trois, qui faussent d’emblée cette élection.

    1 - Pour pouvoir participer aux élections présidentielles tout candidat devra au préalable recueillir la signature de 500 maires à travers le pays pour sa candidature. Outre que l’on ne voit vraiment pas pourquoi il doit en être ainsi et en quoi les maires sont plus compétents que quiconque pour accepter un candidat potentiel, la grande majorité des maires en question sont soit affiliés, soit sympathisants d’un parti politique. Ce qui dès le départ faussera l’appréciation. Si un candidat potentiel se présente avec une étiquette politique opposée à celle des maires qu’il va contacter, il sera refusé d’office, sauf consignes spécifiques du parti pour des raisons d’opportunisme politique. Ce qui n’est pas mieux.

    2 - Afin de se faire élire, l’individu va faire un certain nombre de promesses que des conseillers en communication vont lui apprendre à formuler pour les faire accepter par la population, promesses, qu’une fois élu, il s’empressera d’oublier et faire le contraire de ce qu’il a promis, comme les exemples, pour ne citer qu’eux, de Sarkozy et de Hollande, ne nous l’ont que trop bien démontré. Du reste, c’est oublier cet aveu de Chirac particulièrement cynique : « les promesses n’engagent que ceux qui y croient ». Comment, dans ces conditions, faire confiance à ces individus ? De plus, ils sont des politiciens professionnels, dont la très grande majorité n’a jamais travaillé de ses dix doigts. Comment peuvent-ils être compétents pour comprendre les problèmes du peuple ? Et d’ailleurs, posons la question encore plus loin : En quoi un parti politique est compétent pour gérer les besoins de la population d’un pays ? Ce ne sont que des règlements de comptes entre factions pour prendre le pouvoir à la tête du parti et obtenir des postes élevés dans l’administration publique afin d’avoir une rente très juteuse à vie, certainement pas pour se préoccuper des besoins du peuple.

    3 - Une campagne électorale est fort coûteuse. Les finances du parti n’y suffisent pas, alors on fait appel au mécénat. Et ceux qui peuvent financer, ce sont les banques et les grandes entreprises. Mais ces dernières ne sont pas réputées pour leur philanthropie, de sorte qu’elles attendent un « retour sur investissement » une fois leur candidat choisi élu. Retour que le candidat en question s’empressera de rendre. On l’a vu de façon magistrale avec les deux derniers présidents, Sarkozy et Hollande.

    Donc, en réalité, cet « instant démocratique » n’est qu’une farce grossière, un trompe l’oeil.

    Et pour @Fergus, vous oubliez plusieurs choses concernant le fonctionnement de la commission européenne et du parlement européen. Tout d’abord, ce parlement n’a, sur le fond, aucun pouvoir. Son avis n’est que consultatif, si la commission veut passer outre son avis, elle passera outre. Par ailleurs, le « pouvoir » qui est au-dessus de la commission n’est pas tant le conseil de l’Europe que les multinationales avec leurs lobbies. Sachant que pour ce qui est des chefs d’état et de gouvernement, comme indiqué plus haut, ils agissent en fonction des intérêts de ceux qui ont financé leurs campagnes électorales et que ces derniers sont précisément ces mêmes multinationales et banques, la boucle est bouclée, comme on dit. Le système est bien verrouillé. Le conseil de l’Europe est influencé par les multinationales et les banques, et la commission européenne, via les lobbies, par les mêmes.

    Alors où est la démocratie là dedans ? Il est évident qu’il nous faut une sixième république avec une autre constitution, une sortie du traité de Lisbonne qui ligote les états au profit des multinationales, persuader nos voisins de faire de même, créer une autre Europe des peuples et non des multinationales et des institutions financières prédatrices, au service des populations, avec la création de contre pouvoirs qui limiteront la possibilité aux dirigeants politiques de faire ce qu’ils veulent et les obligera à tenir leurs promesses.

    Utopie ? En l’état des circonstances actuelles, certes. Mais si assez de personnes, tant dans notre pays, qu’à l’échelle de l’Europe portent cette utopie, alors elle deviendra réalité.

    D’autant que si nous laissons les choses en l’état, bientôt tous les pays européens seront réduits à l’état de la Grèce aux mains des prédateurs supra nationaux. A nous de choisir ce que nous voulons.



  • Depositaire 7 septembre 2015 16:08

    Le cas argentin pourrait fournir un cas d’école de ce qui attend ceux qui veulent mettre leur argent aux états unis. De plus, là aussi, c’est un cas d’école de ce que produit ce système totalement aberrant de l’économie de marché.

    Ce système a été conçu et est toujours conçu de plus en plus pour enrichir de manière exponentielle une oligarchie extrêmement cupide et vorace et non pas pour faciliter la vie des peuples. Tant que nous n’étions pas encore arrivés à la financiarisation de l’économie, les événements pouvaient encore laisser croire que les choses s’amélioreraient pour les populations les plus pauvres, mais c’était sans compter sans la cupidité insatiable des oligarques.

    Maintenant tout est lié à la finance et celle-ci aux mains de l’oligarchie. Mais, le plus grave, c’est que cette finance est à 80% fictive. Ce n’est que de la spéculation, des chiffres sur un ordinateur qui ne correspondent à aucune richesse réelle et avec cette finance fictive ils achètent des pans entiers de l’économie réelle et mettent à genoux des pays entiers et réduisent de larges pans de la population mondiale à une misère abjecte.

    Et ce qui est encore plus invraisemblable, c’est de voir ce système enseigné dans les universités comme étant le modèle « par excellence » et de voir la très grande majorité des dirigeants du monde ne jamais une seconde le remettre en question malgré les dégâts terribles en matière de misère et de saccage de la planète autant qu’en épuisement accéléré des ressources en matières premières. Vraiment, à se demander si les dirigeants de ce monde ne sont pas devenus complètement fous ?

    Quand la Terre sera complètement saccagée, polluée, stérilisée par les engrais chimiques qui brûlent la terre et la rende stérile, quand même l’air que nous respirons sera empoisonné, que l’eau ; la nourriture seront complètement empoisonnés que l’espérance de vie passera à 40 ou 50 ans, comment les générations à venir feront pour vivre ? Et les oligarques malades mentaux, ils vont manger leurs dollars fictifs ?

    N’est-il pas temps, tant que nous pouvons encore le faire, de changer de paradigme de société ? N’est-il pas temps de mettre l’être humain et son épanouissement sur tous les plans, du spirituel à l’éducatif, de l’économique au social et culturel, au centre des préoccupations et non la satisfaction de la cupidité insatiable d’une infime partie d’individus animés d’une cupidité insatiable et maladive ? Il me semble que la réponse va de soi, pour beaucoup de gens. Alors pourquoi les choses ne bougent pas ? va t-on attendre une catastrophe d’ampleur planétaire ou une guerre atomique provoquée par cette oligarchie malade mentale pour se décider à agir ? Je crains qu’il ne soit trop tard pour ça. Il nous faudra juste essayer de survivre au jour le jour.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité