• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

dogon

dogon

Poête maudit par sa timidité, trader licencié pour son honnêteté, chomeur par son ancienneté, amoureux des causes perdues/perdurées.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/10/2010
  • Modérateur depuis le 17/02/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 372 216
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 97 86 11
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • dogon dogon 31 décembre 2010 14:15

    En ce qui me concerne, c’est prévu pour janvier.

    Meilleurs voeux à vous, Allain Jules et à tous les agoravoxiens !
    A (continuer de) vous lire et commenter.  smiley 



  • dogon dogon 30 décembre 2010 17:39

    Très bon article mais qui ne va pas assez au fond des choses, à mon goût.
    En effet, recapitaliser les banques n’est pas, en soi, quelque chose de particulier et cela est déjà arrivé plusieurs fois.
    Ici, la nouveauté a consisté à recapitaliser presque TOUTES les banques en même temps. Comment le faire quand un Etat (Irlande, Grêce, mais aussi Italie, Espagne, Portugal, France, Allemagne, ...) est déjà lui-même surendétté.
    La méthode est très simple.
    Il faut casser la structure démocratique de cet Etat.
    celle-ci n’est qu’apparement politique. dans les faits, les démocraties sont parvenues à s’imposer sur l’échiquier mondial comme système le plus performant grace à des évolutions juridiques mais aussi éducatives.
    Rendez le « peuple » bête en le privant d’instruction et tout l’édifice tombe dans les mains d’affairistes dont les dictionnaires ne comprennent pas le mot « Morale »



  • dogon dogon 28 décembre 2010 17:10

    Très bon article explicitant clairement la voie choisie par ce pays pour se sortir de la crise.

    Au risque de me répêter, j’avais proposé la même chose lors d’une conférence fin 2007 ou début 2008, alors que la crise était d’ores et déjà prévisible.
    J’avais alors dit grosso modo :
    « Laissons les banques faire faillite. Ce n’est pas à l’Etat de se porter au secours de sociétés privées dont les actionnaires ont été incapables de surveiller les CA. Dans le capitalisme, les dividendes payés aux actionnaires sont la contrerpartie du risque qu’ils prennent en participant au capital de l’entreprise (contrairement aux coupons pour les obligations). Nous disposons d’une loi garantissant les dépôts des particuliers. Chaque fois qu’une banque fera faillite, l’ensemble des comptes qu’elle détient sera automatiquement transférée à la CDC qui en assurera la gestion. Ainsi, nul besoin d’avancer à des intérêts privés, des sommes qui seront nécessaires pour amortir le coût social de la crise, premièrement et, deuxièmement, l’Etat reprendra une grande partie du contrôle de sa masse monétaire (émission et prêts) et sera à même de pouvoir la réinjecter dans l’économie grâce à des avances socialement utiles et responsables.
    Même en zone Euro, cette technique financière peut s’appliquer facilement. Certes, cela aurait pris plus de temps que pour l’Islande, mais cela aurait aussi présenté au moins trois avantages :
    - Reprise en main d’une politique d’investissement tournée vers la création de richesses réelles et non basée sur de la pure et simple spéculation,
    - Maintien à un niveau raisonnable de l’endettement du pays,
    - Elimination de toute tentative de recours au financement de cette économie virtuelle par voie fiscale.
    Dans ce même cas, et comme noté dans l’article, mécaniquement, l’inflation, même à un niveau faible, participera à la réduction de cet endettement.

    Réponse d’un participant : »Gageons que si un pays de la puissance de l’Allemagne de la France, de l’Espagne ou de l’Italie appliquait ces mesures, d’autres suivraient. L’effet boule de neige remettrait rapidement à l’heure les comptes publiques.

    @+



  • dogon dogon 27 décembre 2010 14:47

    Eh oui, même notre Tartuffe national peut être etteint par la limite d’âge (ou de validité, au choix).



  • dogon dogon 26 décembre 2010 03:01

    Quelques soient les arguties d’unetelle ou d’untel, il est temps de se départir de ce faux débat sur « qui a raison et qui a tort ».
    L’Afrique est le continent de demain. Elle l’était déjà il y a 50 ans lors de la « décolonisation ». Seuls les intérêts de telle caste, telle ethnie, telle « puissance » quelque ait été ou soit le nom qu’elle se donne et la forme qu’elle prend, à empêché les africains de profiter de cette richesse sur laquelle ils sont tous assis. Le sang y a trop largement coulé et, bien sur, toujours le sang des populations civiles. Aujourd’hui, la CEDEAO, après avoir décidé de geler les comptes de la RCI, a fait un communiqué stipulant qu’elle était prête à utiliser la force pour faire partir Gbagbo.
    BRAVO à ces présidents. Qu’ils aient été élus dans de bonnes ou de mauvaises conditions n’empêche pas que, finalement, l’Afrique de l’Ouest commence à prendre la mesure de sa puissance et à s’autoadministrer.
    A bientôt, Allain Jules. Continuez de créer la polémique (terme signifiant « qui crée la discussion »). Pendant ce temps-là, nul n’a le temps de prendre les armes.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité