• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

dogon

dogon

Poête maudit par sa timidité, trader licencié pour son honnêteté, chomeur par son ancienneté, amoureux des causes perdues/perdurées.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/10/2010
  • Modérateur depuis le 17/02/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 372 216
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 97 86 11
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • dogon dogon 21 octobre 2010 04:35

    Avez-vous regardé, sur AV.TV, la vidéo « les 10 mediamensonges concernant Israël ». Tous ceux qui se sont un peu intéressés à cette triste période de l’histoire du Moyen Orient le savent depuis longtemps.

    Il n’y a pas de démocratie israélienne. Un pays où, pour gouverner, vous êtes obligés de vous allier avec des gens qui exigent que tout ce qui n’est pas juif soit inférieur, que les frontières ne soient pas fixées pour pouvoir occuper et asservir d’autres populations non-juives, ne peut être une démocratie.
    Le sionisme n’est que l’enfant bâtard du nazisme. Il part du même principe (la supériorité intrinsèque d’une race sur toutes les autres) et utilise les mêmes moyens (intimidation, violence, propagande mensongère, ...). Il s’exerce aussi, en premier, sur les mêmes populations (là, allemands en 1933, ici, juifs depuis la création d’Israël).

    Comme quoi, les leçons ne servent qu’à ceux qui veulent bien les retenir.



  • dogon dogon 21 octobre 2010 04:01

    Tout ce débat sur les retraites est, finalement, assez stérile.

    Ici, aucune notion d’efficacité (sociale ou économique). Juste une dictature comptable dans laquelle « celui qui travaille est une charge. Seule, l’entreprise rapporte de l’argent. »
    La Valeur Travail, si chère à notre pétainiste de président n’avait pas la même Valeur sous les républiques précédentes. Elle était la reconnaissance de l’apport de celui qui travaille dans la création globale de richesse. L’entreprise était donc la somme de ces créations.
    Mais aujourd’hui, le faux débat sur les retraites est l’arbre qui cache la forêt des aberrations cumulées sous le titre ronflant de niches fiscales.
    Leur coût est évalué, pour le budget de l’Etat, à 200 Md€ environ, dont 175 Md€ uniquement pour les entreprises.
    Si l’on compare ce coût à la destruction nette, par ces mêmes entreprises de 450.000 emplois en France depuis l’arrivée au pouvoir de Sarkozy, le calcul est vite fait.
    Je dis bien 450.000 emplois en France et non 500.000, comme on l’entend dire car, d’après l’OCDE, seuls 50.000 emplois ont été détruits chez nous par les délocalisations.
    Revenons donc à ces 175 Md€ de niches fiscales. leur élimination, tout comme leur élaboration à l’époque, ne prend qu’un article dans une loi de finance.
    Ces 175 Md€ représentent, en plus d’un confortable financement des retraites, la couverture des déficits de l’assurance-maladie, de l’assurance-vieillesse et de l’aide aux handicapés.
    De plus, dire que ces 175 Md€ sont au bénéfice d’entreprises qui détruisent de l’emploi, cache le fait que la grande majorité des sommes ainsi défiscalisées retombent, après coup, dans la poche des équipes dirigeantes (bonus, retraites chapeau, jetons de présence, ...) qui, de ce simple fait, peuvent elle-mêmes demander l’application de la plupart des 25 Md€ restant. Le bouclier fiscal vient compléter l’injustice d’un système non seulement inefficace mais surtout inique et socialement particulièrement injuste.



  • dogon dogon 15 octobre 2010 19:07

    C’est dingue. Dès qu’on parle de « juif », ça crée un scandale.


    Je me rappelle de l’époque où j’apprenais, en cours d’histoire, cette horrible période de l’holocauste.
    Aujourd’hui, ça devrait être au tour de ma fille, mais elle ne connaît pas d’holocauste. Elle ne connaît que la « shoa ».

    Quand nous en avons discuté, je lui ai posé quelques questions :
    - Combien de personnes sont mortes dans les camps de concentration nazis ?
    - 6 millions.
    - Combien de juifs sont morts dans ces camps ?
    - 6 millions.
    - Alors, où sont les opposants politiques allemands qui ont été les premiers déportés et exécutés, les tsiganes qui ont failli être totalement éliminés, les handicapés mentaux et physiques (elle a un oncle handicapé physique et mental), les homosexuels, etc... ?
    - Je n’en sais rien, papa. Moi, le prof, il me dit d’apprendre ça, j’apprends ça. Point. Et puis je m’en fous des juifs, c’est bien eux qui tuent les palestiniens !
    - Non, Ma Schtroumpfette, ce sont les israéliens. Enfin, leur gouvernement, pas les citoyens.

    Comment voulez-vous qu’avec un tel déni de l’enseignement de l’histoire dont se targue Sarkozy qui vient du pays (la Hongrie) qui, après l’Italie et l’Autriche, a le plus collaboré avec le régime d’Hitler, nos enfants puissent faire la part des choses. Surtout que sa Petitesse n’hésite pas à se revendiquer d’origine juive d’un côté, d’aller faire le mignon du roi chez le pape pour sa prochaine élection d’un autre et flingue notre justice pour arranger ses amis et thuriféraires (Tiens, Woerth, ne serait-ce pas un nom à consonance juive, ça ?) pour finir.
    Il met aux abois toute la population de notre France (dont, visiblement, il n’a pas pris la culture mais bien toutes les allocations et les niches fiscales) pour s’enrichir et ne rien faire pour améliorer la situation du pays.

    Il faut quand même dire qu’avec ce qu’il doit à la mafia pasquaienne du 92, il a intérêt à se tenir à carreau. Là-bas, depuis les affaires du S.A.C, on n’hésite pas à sortir l’artillerie lourde.


  • dogon dogon 15 octobre 2010 14:20

    Tout ceci nous ramène à cet antique (et toujours d’actualité, donc certainement éternel), débat sur la répartition des richesses. Et tous les pensums idéologiques concomitants.
    A mon humble avis, alors que l’on nous rabache les oreilles de cette société française qui est en perte de sens, nous devrions revaloriser un terme désuet qui est celui de valeur.

    Parce qu’au delà de toute cette agitation « gouvernementopopuliste » (n’excusez pas ce néologisme, réutilisez-le si ça vous plaît), il n’en reste pas moins que l’on parle, ici, de la valeur Travail et de tout ce qu’elle implique.

    Dévaloriser systématiquement cette valeur, la surtaxer, la précariser continuellement, valoriser par contre l’argent facile obtenu avec de l’argent (et un carnet d’adresses), lui-même obtenu avec de l’argent (idem), ... c’est comme dévaloriser le père et la mère, dans leur famille parce que les difficultés de fin de mois n’autorise pas l’achat de tel objet de marque pour un gamin qui est conditionné par « ses » programmes télé à ne se vêtir que dans telle ou telle marque. Et ce qui est vrai pour les salariés français l’est encore plus pour les français issus de l’immigration. Ne parlons pas de volonté d’intégration.

    On nous rassasie de statistiques qui, à force de s’empiler, ne signifient plus rien.
    Une simple constatation.
    200 Md€ de niches fiscales qui n’ont absolument servi à rien en terme de croissance (et c’est cela qui compte effectivement, au final), dont près de 175 Md€ pour des entreprises qui ont licencié 500.000 personnes en 3 ans (dont seuls 50.000 postes ont été effectivement délocalisés, selon l’OCDE, soit un solde net franco-français de 450.000 postes). Il y a de quoi fouiller, non ?



  • dogon dogon 15 octobre 2010 11:15

    Il y a une vidéo qui s’appelle « Terrorisme d’Etat, une vérité qui choque ». On en pense ce qu’on veut, mais tout le système, et il ne concerne pas que les américains, est clairement expliqué. Ca ne date pas d’aujourd’hui et il n’y a aucune raison pour qu’une personne aussi dépourvue de moralité que le Nain de Jardin de l’Elysées ne s’en serve pas.
    C’est malheureux à dire mais ce descendant de hongrois devrait faire partie des premiers à qui retirer la nationalité française et à traduire devant une cour de justice pour haute trahison.
    On parle de Mitterand, et Dieu sait si à l’époque déjà, je m’insurgeais contre la corruption du système qu’il avait mis en place, mais n’oublions pas que dans le cas de Sarkozy, il n’est pas maître du jeu. Il doit tout à la mafia pasquaienne qui l’a mis en place et ne pourra pas en sortir. Il est pieds et poings liés. C’est ça ou il passe à la trappe sans attendre les élections. Ces gens-là se foutent complètement de la démocratie. Rappelez-vous l’affaire du S.A.C de Pasqua. Même le meurtre est admis, du moment qu’il protège la mafia du 92.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité