• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Dwaabala

Dwaabala

« Jamais, disait-on, la masse du peuple n’est parvenue au degré d’instruction et d’indépendance nécessaire pour l’exercice des droits politiques, essentiels à sa liberté, à sa conservation et à son bonheur. Les nations les plus sages de l’antiquité eurent des esclaves qui les mettaient sans cesse en péril, [...] jamais société civile ne put faire disparaître de son sein, cette foule d’hommes qu’aigrit et rend malheureux l’idée de biens dont ils sont privés, et dont ils croient les autres en possession. Partout la multitude rampe sous la verge d’un despote ou sous celle des castes privilégiées. Et, portant ensuite les regards sur la nation française, on la voyait asservie, par les manœuvres des égoïstes conquérants, à la corporation des riches et des enrichis.
Quant à la cause de ces désordres, on la trouvait dans l’inégalité des fortunes et des conditions, et, en dernière analyse, dans la propriété individuelle, par laquelle les plus adroits ou les plus heureux dépouillèrent et dépouillent sans cesse la multitude qui, astreinte à des travaux longs et pénibles, mal nourrie, mal vêtue, mal logée, privée des jouissances qu’elle voit se développer pour quelques-uns, et minée par la misère, par l’ignorance, par l’envie et le désespoir, dans ses forces physiques et morales, ne voit dans la société qu’un ennemi, perd jusqu’à la possibilité d’avoir une patrie. »
Buonarotti La Conspiration des Égaux 1828

Tableau de bord

  • Premier article le 21/08/2012
  • Modérateur depuis le 20/11/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 140 1530 2379
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 308 185 123
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Dwaabala Dwaabala 21 août 2015 19:38

    La gauche n’a jamais prétendu être radicale. Ce qu’elle n’est pas.C’est la droite qui la dénomme ainsi. D’ailleurs, un révolutionnaire dans l’âme ne se dit pas de gauche, mais il joue le jeu par nécessité de la démocratie bourgeoise à laquelle la désignation gauche droite est attachée .
    Cette gauche prétendue radicale par la droite est donc mieux appelée la vraie gauche par ses tenants, et pourrait seulement être accusée d’être une gauche démocratique (bourgeoise) et réaliste qui tient compte de ce qui existe et du champ d’action que cela permet.
    Le critère du succès électoral conjoncturel n’est pas un critère de la vérité ni de la justesse d’une ligne politique. De même que l’insuccès de les infirme.



  • Dwaabala Dwaabala 21 août 2015 11:47

    @jaja
    Les programmes des partis sont de simples étendards. Il n’y a que leurs rédacteurs enflammés qui ne le savent pas.
    La réalité rencontrée quand il s’agirait de les mettre en application est sans rapport avec les illusions qui ont présidé à leur rédaction.
    Cependant, l’absence d’organisation et de programme, ce qui se constate chez ceux que je critique, sont encore bien pires.



  • Dwaabala Dwaabala 21 août 2015 07:57

    @CN46400
    Bien ! Bien !



  • Dwaabala Dwaabala 20 août 2015 01:21

    @Pascal L
    Vous formulez avec beaucoup de vérité le problème.
    Il nous manque l’homme, parce que pour certains la femme est déjà trouvée, providentiel qui conduirait avec le petit peuple au coq des lendemains radieux qui chantent.



  • Dwaabala Dwaabala 18 août 2015 04:12

    @Kevin Queral
    Bonsoir.
    Sur la finance.
    Je serais tenté de distinguer le capital financier résultant de la fusion du capital industriel / commercial avec le capital bancaire, qui s’est dessinée dès la fin du XIXe siècle, du capital financier spéculatif qui en est l’excroissance parasitaire inévitable.
    D’autre part, si l’on prend le capital réel dans sa globalité, sa plus grande partie n’est pas productrice de biens de consommation mais de biens pour la production elle-même et n’est donc pas productrice de revenus à proprement parler alors qu’elle est bel et bien une richesse (à vrai dire la seule richesse) et la propriété de la classe capitaliste.
    C’est sur cette richesse que s’établissent les flux boursiers : en gros, l’usine qui produit la marchandise est elle même devenue marchandise et sa valeur est débitée en actions.
    Et il est facile de constater que c’est sur ces flux que s’établit une part de la spéculation, l’autre part étant le fait des opérations bancaires détachées de tout contexte matériel, ou dissimulées derrière un faux contexte matériel.
    Sur l’État.
    Il est bien vrai qu’il est toujours, sauf en de rares périodes, soumis au pouvoir de la banque. Parce qu’il s’agit d’une affaire entre compères dans la mesure où il s’agit de la même classe qui a le pouvoir politique et l’économie en main.
    Le règlement des intérêts de la dette (égal au montant des impôts directs, et premier poste budgétaire) est une véritable rente versée au créanciers. 
     L’ État providence n’est pas mort, seulement sa générosité ne s’applique plus aux mêmes, c’est ce que l’on voit aujourd’hui. Et il joue aussi un rôle d’arbitre et de régulateur dans les conflits résultants de la concurrence entre les capitaux. 
    Ce qui fait que je suis plutôt d’accord avec vous pour ne pas clamer que l’État est moribond, même s’il se dissimule lui aussi derrière une pseudo super nationalité. Ce qui joue un double rôle : anesthésier la contestation des classes populaires d’une part et faciliter la circulation internationale des capitaux.
    Sur la Nation.
    Je suis moins d’accord, car je ne suis pas sûr qu’elle soit aujourd’hui encore le cadre étroit dans lequel un progrès historique soit possible. Ce serait faire abstraction des classes au sein de la Nation. De plus il est impensable que dans le cadre du capitalisme aujourd’hui constitué une Nation comme la France puisse se soustraire à sa dépendance à l’égard des autres Nations et puisse ainsi développer son capitalisme à l’écart en le tempérant. Elle aurait tôt fait de mesurer la réalité du monde à la fois intérieur et extérieur qui la constitue .

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès