• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Dwaabala

Dwaabala

« Jamais, disait-on, la masse du peuple n’est parvenue au degré d’instruction et d’indépendance nécessaire pour l’exercice des droits politiques, essentiels à sa liberté, à sa conservation et à son bonheur. Les nations les plus sages de l’antiquité eurent des esclaves qui les mettaient sans cesse en péril, [...] jamais société civile ne put faire disparaître de son sein, cette foule d’hommes qu’aigrit et rend malheureux l’idée de biens dont ils sont privés, et dont ils croient les autres en possession. Partout la multitude rampe sous la verge d’un despote ou sous celle des castes privilégiées. Et, portant ensuite les regards sur la nation française, on la voyait asservie, par les manœuvres des égoïstes conquérants, à la corporation des riches et des enrichis.
Quant à la cause de ces désordres, on la trouvait dans l’inégalité des fortunes et des conditions, et, en dernière analyse, dans la propriété individuelle, par laquelle les plus adroits ou les plus heureux dépouillèrent et dépouillent sans cesse la multitude qui, astreinte à des travaux longs et pénibles, mal nourrie, mal vêtue, mal logée, privée des jouissances qu’elle voit se développer pour quelques-uns, et minée par la misère, par l’ignorance, par l’envie et le désespoir, dans ses forces physiques et morales, ne voit dans la société qu’un ennemi, perd jusqu’à la possibilité d’avoir une patrie. »
Buonarotti La Conspiration des Égaux 1828

Tableau de bord

  • Premier article le 21/08/2012
  • Modérateur depuis le 20/11/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 140 1505 2239
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 308 185 123
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Dwaabala Dwaabala 17 août 2015 23:56

    Cette forme d’analyse qui consiste à critiquer les idées de la vulgate libérale est très efficace.
    Je lis actuellement un article de J. Sapir ( http://www.legrandsoir.info/grece-pourquoi-hollande-et-merckel-ne-sont-pas-d-accord.html) pour sa tentative de définition des classes sociales (ou plutôt du comportement -électoral- des couches sociales) à partir de leur position par rapport à la rente. Ce n’est pas inintéressant mais trop superficiel.
    J’attends une analyse qui définirait clairement d’une part la classe capitaliste d’aujourd’hui : par rapport à la finance, l’industrie (y compris agro-alimentaire), le commerce ; leurs intrications dans les grands groupes et leur domination dans l’organisation capitaliste de la production et l’obtention du profit. Est-elle encore nationale ou, comme le prétend J. Sapir, supra-nationale ?
    D’autre part la classe moyenne, le terme de classe n’étant peut-être pas inapproprié tant cette couche sociale semble avoir acquis une conscience partagée de ses intérêts, ce qu’elle manifeste par son adhésion au socialisme version PS et son aptitude à gérer la société capitaliste française. Et les liens de cette classe moyenne avec la première.
    Et enfin de la classe prolétarienne qui demande elle aussi des distinctions car sa partie supérieure est quasi fusionnelle avec la précédente, et sa partie inférieure constitue une forme moderne du lumpenproletariat. Avec, entre les deux extrêmes ce qui ne peut plus guère être appelé la classe ouvrière.
    Bref, à quand une analyse de classe de la société française, voire européenne et même au delà ?



  • Dwaabala Dwaabala 6 août 2015 18:12

    @lsga
    Vous y allez encore plus fort !
    Le rapport à l’histoire contemporaine dans la philosophie proprement dite de Heidegger est à-peu-près le même que celui de l’interprétation musicale de von Karajan à son adhésion au parti nazi.
    Ici, l’auteur traite des roueries de son idéologie et c’est parfaitement légitime et utile de le faire, comme dans un autre domaine pour Céline.



  • Dwaabala Dwaabala 6 août 2015 17:35

    @Le p’tit Charles
    Et pourquoi ne pas dire plutôt avec Eluard que ce qui domine vraiment le monde c’est
    La famille des mains la famille des feuilles.
    C’est-à-dire les milliards de travailleurs, intellectuels et exécutants ?



  • Dwaabala Dwaabala 6 août 2015 17:27

    @Le p’tit Charles
    La domination s’établit par la fortune et non par la judéité.



  • Dwaabala Dwaabala 6 août 2015 17:02

    @Stéphane Domeracki
    Je pensais simplement à ceci  :
    L’homme deviendrait, par cette influence, simple « sujet », en s’« insurgeant » contre l’être, en l’oubliant. Cette histoire-déchéance est censée dégénérer jusqu’à enjoindre les hommes à se faire, au bout du « compte », les valets de la technique – autant dire de cette « machination », cette magouille invisible et surpuissante.
    Et non pas à dénigrer votre travail.
    Comme l’observait C.G. Jung, quand une philosophie (ici celle de H.) devient incompréhensible c’est l’inconscient qui parle.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité