• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Ecureuil Bleu

Ecureuil Bleu

Chasseur de noisettes et collectionneur de coquilles, un peu chèvre par foi.
Amen
ps : n'aime pas les glands.
 
 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 98 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Ecureuil Bleu Ecureuil Bleu 10 février 2014 14:59

    Ce qui gêne est pourtant simple à concevoir : il n’y a pas de tentative réelle de répondre à la question posée en titre, car la notion même de dictature n’est pas approfondie.


    Pourquoi ne parle-t-on pas du contrôle des médias qui fabriquent l’opinion publique, pourquoi ne parle-t-on pas des lois HADOPI, ou des systèmes de fichage type Edvige, de la vidéo surveillance, du fichage ADN, Stic... ? Pourquoi ne parle-t-on pas des 1500 métallos reçus par les flashball de la gendarmerie, ou des quelques 500 gardes mobiles envoyés pour défendre les intérêts de Vinci en Bretagne ?

    Nos libertés reculent, c’est un fait. Il n’appartient qu’à nous de manifester notre mécontentement dites-vous, soit, mais lorsque nous le faisons on nous envoie les forces de l’ordre, tout en claironnant dans les médias, comme le fait l’auteur de cet article, qu’après tout, nous le voulons bien puisque nous avons voté pour tel ou tel élus, que nous sommes en démocratie...

    De toute évidence, il y a un flou « artistique » autour de la notion de dictature. Lorsque les marchés dictent leurs lois comme ils souhaitent le faire à travers la mise en place d’un accord trans atlantique, les peuples sont-ils consultés ? Non.

    Vous dites qu’on a le pouvoir, je suis d’accord. Mais regardez comment sont traités ceux qui prennent l’initiative de braver les décisions politiques. Regardez comment on a traité les Zadistes de notre dame des Landes par exemple. « Des squatteurs », des « violents ultra gauchistes », de la « racaille »... Le moindre imbroglio, la moindre altercation est montée en épingle (à l’unisson) par les médias pour disqualifier toute contestation, et la ranger dans la catégorie fourre-tout de l’extrémisme.

    Manifestez oui, mais pas trop fort, on pourrez vous ficher... et si jamais vous refusez de vous soumettre aux prélèvements ADN, vous serez justiciable et condamnable. 

    A part ça, tout va pour le mieux dans le Meilleur des Mondes.




  • Ecureuil Bleu Ecureuil Bleu 10 février 2014 12:03

    Il faudrait peut-être commencer par définir ce qu’est une dictature pour répondre à votre question.


    Or, vous commencez par nous dire qu’il y a deux tendances fortes : plus de démocratie grâce à internet ; et, plus de surveillance, grâce à internet.

    Pouvoir s’exprimer est une condition nécessaire pour la constitution d’une démocratie, mais elle n’est pas suffisante. Le citoyen démocrate n’est-il qu’un électeur ?

    Vous dites « Le vrai souci n’est donc pas le caractère antidémocratique de nos institutions (elles sont démocratiques puisque c’est bien le peuple qui choisit ses gouvernants, avec une forte participation) » . 

    Rappel : taux d’abstention législatives de 2012 : 42,78 % (source)

    C’est presque un électeur sur deux qui boycotte le choix des députés, lesquels constituent le principal contre pouvoir que représente l’Assemblée Nationale.

    Au lieu de nous demander ce que pense un nord coréen de notre régime politique, demandez nous plutôt pourquoi le système électoral est ainsi boycotté. A mon tour, de vous poser une question :

    Trouvez-vous démocratique la façon dont les négociations autour du Grand marché Transatlantique ont lieu ? 


  • Ecureuil Bleu Ecureuil Bleu 9 février 2014 21:13

    Concernant l’autre moitié du chemin, c’est parce que nous en sommes là :

    « L’impérieuse volonté de soustraire le chantier du traité américano-européen à l’attention du public se conçoit aisément. Mieux vaut prendre son temps pour annoncer au pays les effets qu’il produira à tous les échelons : du sommet de l’Etat fédéral jusqu’aux conseils municipaux en passant par les gouvernorats et les assemblées locales, les élus devront redéfinir de fond en comble leurs politiques publiques de manière à satisfaire les appétits du privé dans les secteurs qui lui échappaient encore en partie. Sécurité des aliments, normes de toxicité, assurance-maladie, prix des médicaments, liberté du Net, protection de la vie privée, énergie, culture, droits d’auteur, ressources naturelles, formation professionnelle, équipements publics, immigration : pas un domaine d’intérêt général qui ne passe sous les fourches caudines du libre-échange institutionnalisé. L’action politique des élus se limitera à négocier auprès des entreprises ou de leurs mandataires locaux les miettes de souveraineté qu’ils voudront bien leur consentir. » (cf.article du monde diplômatique)

    que le besoin de repenser la démocratie se fait (urgemment) sentir.




  • Ecureuil Bleu Ecureuil Bleu 9 février 2014 17:59

    Bonsoir,


    Excellente initiative que cet article, d’autant plus que nous nous exprimons sur un site appartenant à une société qui commercialise son expertise de crise sociale (qu’elle met en place à partir de la surveillance de nos échanges, entre autres)...

    Deux données à bien avoir en tête : nous sommes à la veille de la mise en place du TAFTA (prévu pour 2015). Le plus grand parti de France, est le parti abstentionniste.

    Les « citoyens » que nous sommes ( = les électeurs) sont sur le point (si ce n’est pas déjà le cas) de n’avoir absolument plus aucune influence sur leur gouvernement. 

    Deux questions :
    Y a t il nécessité de repenser le « Système » ? 
    Peut on espérer du plus grand parti qu’il prenne conscience de cette nécessité ? 


Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité