• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Electric

Electric

48 ans ancien soviétologue, économiste, spécialiste des effets systémiques sur les pas des travaux d'Alexandre Zinoviev. Passionné de cosmologie, promotteur de l'univers électrique, issu des travaux de K Birkeland, Hannes Alfven et Halton Arp. Une autre approche de l'univers observable.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/03/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 454 120
1 mois 0 3 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Electric Electric Tof 26 mars 2011 14:52

    Complément d’informations : le site www.publicintelligence.net publie des informations sorties parfois sous le manteau, le plus souvent issus de rapports et documents officiels difficiles à trouver.

    Ils ont pu récupérer les chiffres de la contamination sur Tokyo et ses environs le 13 mars :

    http://publicintelligence.net/tokyo-electric-power-company-tepco-japanese-earthquake-memo-with-rotating-power-blackout-schedule/

    Les chiffres sont en japonais, avis aux traducteurs, mais les grosses tâches noires ne sont pas de très bonne augure.

    Si un franco-japonais pouvait aider et retransmettre à la CRIIRAD, cela serait un petit pas de plus vers d’avantage de transparence.

    Avis aux amateurs.

    Les japanophiles, à vos calviers.



  • Electric Electric Tof 25 mars 2011 16:08

    Il parait évident maintenant que le Gouvernement japonais et TEPCO ont menti pour minimiser la catastrophe. Le LA Times se plaint également du culte du secret dans l’industrie civile nucléaire japonaise, et du manque de données chiffrées fiables :

     http://www.latimes.com/news/nationworld/world/la-sci-japan-quake-secrecy-20110325%2C0%2C3610246.story

    D’autre part, dans l’édition du 25 mars, le NYT confirme la rupture du réacteur N°3 et la forte probabilité de fuites radioactives plutonium/uranium :

    http://www.nytimes.com/2011/03/26/world/asia/26japan.html?_r=2

    Cette fois, nous y sommes, le MOX/AREVA est dans la nature !

    Abstract :

    « In the latest setback to the effort to contain the nuclear crisis, evidence emerged that the reactor vessel of the No. 3 unit may have been damaged, an official said Friday. The development, described at a news conference by Hidehiko Nishiyama, deputy director-general of the Japan Nuclear and Industrial Safety Agency, raises the possibility that radiation from the mox fuel in the reactor — a combination of uranium and plutonium — could be released. »

    En complément de l’excellent travail de la CRIIRAD, le Bundesministerium für Umwelt Naturschutz und Reactorsicherheit publie les informations suivantes, chiffrées et documentées sur Fukushima :

    http://www.bmu.de/atomenergie_sicherheit/doc/47088.php

    Cela ne concerne que le Japon, mais le fil info est actualisé au quotidien.

    Der Standart.at propose un site entier consacré à Fukushima :

    http://derstandard.at/r1297820098323/Katastrophe-in-Japan

    En Autriche, on n’a pas les mêmes réflexes qu’en France, la parole est libre sur le nucléaire.

    Les experts sont formels : ce sera beaucoup plus grave qu’à Tchernobyl, nous ne sommes qu’au début de cette crise, et le pire est à venir. En 2 mots, c’est la panique chez Tepco, et ils sont désarmés face à une situation hors de contrôle eu égard à la gravité des dégats, au nombres de réacteurs concernés, et aux quantités phénoménales de combustible dans les réacteurs et les piscines, incluant l’énorme bassine contigüe aux réacteurs dans laquelle reposent 6500 tonnes de combustible irradié !

    Traduction :

    http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=de|fr&u=http://derstandard.at/r1297820098323/Katastrophe-in-Japan&prev=/translate_s%3Fhl%3Dfr%26q%3Dhttp://derstandard.at/r1297820098323/Katastrophe-in-Japan%26sl%3Dfr%26tl%3Dde


    Quelques infos sur la radioactivité en direct aux USA, sur un site associatif qui surveille quelques balises : http://radiationnetwork.com/

    Plus officiellement, le Departement de l’ingéniérie nucléaire de Berkeley en Californie publie des chiffres exhaustifs pour la côte ouest :

    http://www.nuc.berkeley.edu/UCBAirSampling

    Il est plus que temps de sonner l’alerte générale, se mobiliser pour éviter aux japonais le pire des cauchemars nucléaire de l’histoire.

    SOLIDARITE AVEC LES POPULATIONS JAPONAISES TENUES DANS L’IGNORANCE.



  • Electric Electric Tof 24 mars 2011 10:52
    Ah, je vois que nous avons trouvé le premier volontaire, un Dr en plus, pour aller bronzer au pied des réacteurs de Fukushima. Penser à la Biafine.
     
    Vous élargissez au problème énergétique global. Le propre du terrorisme énergétique consiste à opposer le nucléaire à la bougie, c’est l’antienne maintes fois ressassée. La décision du tout nucléaire français a été prise dans le bureau de Pierre Messmer avec 4 bras cassés du Corps des Mines. Teneur de la discussion : je t’en mets combien ? Une centaine, ça ira ? Allez, va pour une centaine. Tu crois que ça va passer ? T’inquiètes, laisses aller, c’est moderne coco, et on a les grands fleuves pour refroidir tout ça. Depuis, les mêmes nous répètent en boucle que le nucléaire est une fatalité française. Une malédiction oui ! Nous savons aujourd’hui qu’EDF a falsifié les études sismiques de bon nombre de sites, pour économiser sur la construction. Si nous avions investi le quart du budget du nucléaire civil dans la capture du carbone des centrales thermiques, le problème serait réglé depuis logntemps. 50% de l’énergie produite en France est gaspillée, perdue. Il faut cesser de nous comporter en ado pré-pubère avec l’énergie et penser le problème de façon responsable : diversification du mix, régionalisation, économies.
     
    Le Professeur A Makhjijani de l’IEER a fait un excellent travail d’expertise qui montre et prouve qu’on peut sortir de l’uranium, et avec du zéro carbone :
     
     
    Si on parle mix énergétique, il faut parler géopolitique. Il existe un homme d’Etat qui fait une proposition digne d’intérêt : Wladimir Poutine. Oublions un peu son côté épouvantail, et voyons ce qu’il propose aux européens dans une tribune libre publiée dans le Zueddeutsche du 25 novembre dernier, et reprise en français chez Voltaire :
     
     
     
    Poutine nous propose l’Europe de Lisbonne à Vladivostok. Echange de bons procédés. La Russie est à reconstruire, sa démographie une catastrophe, et elle regorge de ressources énergétiques. Poutine nous propose une sécurisation de notre approvisionnement énergétique en échange de technologies, notamment dans le domaine environnemental, (nos spécialités), tout est à faire. Notre avenir ne serait-il pas à l’est, là où tout va se passer dans les années à venir ? L’axe trans-eurasien est l’avenir de notre vieux continent.
     
    D’ailleurs, je vois que la Russie et l’Allemagne sont sur la même ligne politique concernant la Libye. Le Pdt Sarkozy embarque la France pour le pire vers l’axe GB-USA. Une folie, il n’y a que des coups à prendre dans cette direction. Les prochains coups de tonnerre technologiques viendront de Chine. Pourquoi ? La Chine n’a perdu sa place de première puissance du monde que depuis 2 siècles, sur une période de 3000 ans. Une paille ! Les chinois sont confrontés à des problèmes environnementaux évidents, et ils cherchent les solutions et ils vont trouver, avec ou sans nous.
     
    Alors, on reste avec nos bouilloires radioactives ( Ah, oui, le nucléaire ça consiste à casser les atomes les plus dangereux du monde, générer des déchets pour 300 000 ans, pour ............ allumer les néons de nos vitrines ) sous le bras en criant cocorico sur notre tas de fumier, ou on se tourne vers les locomotives ?


  • Electric Electric Tof 23 mars 2011 23:03

    @Frida

    Je n’ai pas voulu opposé un système à l’autre, mais confronter l’occident au réel, au plutonium en liberté, appeler chacun à mettre cette industrie en perspective, qui en cas d’incident, d’accident, de pépin, nécessite de livrer, comme au bon vieux temps des sacrifices au Moloch, la ration de bétail humain pour contenir les risques majeurs.

    Le sacrifice des 600 000 liquidateurs, les atteintes au génome, les maladies chroniques, l’affaiblissement global de toute la population, les déplacemenst de masse, le million de russes à vivre encore en terrain contaminé, tel est le bilan de 1986. Il n’y a pas que les morts et les irradiés directs, il y a aussi toute la population qui connait à des degrés divers un affaiblissement de son état de santé général, c’est attesté.

    En Russie, les tabous sont levés, les langues déliées, et les russes se revoient 25 ans en arrière en regardant Fukushima.

    En 1986, personne n’avait envisagé cette situation. Les papys qui avaient fabriqué le Lunorod, petit robot roulant qui a aluni en 1969, ont été rappelés pour construire les robots qui ont commencé à déblayer le toit du bâtiment, avant de capoter à cause des radiations.

    Les protections des personnels été composées d’un costume bricolé avec un assembalge de plaques de plomb de 30 kg.

    Tout a été fait dans l’urgence, les bouts de ficelle et la chair humaine grillée.

    Alors, non, je ne loue pas ce qu’on fait les soviétiques. Au contraire, ce sacrifice imposé a marqué la faillite de la sûreté du nucléaire civil soviétique, de tout un système, mais a été aussi le marqueur de l’impossibilité de l’intervention de l’homme au contact d’un environnement aussi corrompu, où tout meurt en quelques heures, parfois quelques minutes.

    La France en a tiré quelque enseignement en construisant des engins de chantiers, buldozers, bennes, radioguidés et des robots gratouilleurs. Le Japon a décliné notre offre de les utiliser. Nous rejoignons là ce que dit F L Hache, à raison, à propos du secteur privé dans la gestion du nucléaire : une hérésie qui mériterait le bûcher !

    Et je le rappelle, la centrale n’est plus assurée depuis 2010, et le total des indemnisations possibles ne dépassera pas 1, 04 milliard d’euro !

    Face à ce qu’on voit au Japon, et sans être grand clerc, 4 réacteurs en rideau, dont au moins un, le plus dangereux, complétement ruiné, les pisicnes pleines de combustibles les tripes à l’air, je ne fait que reprendre ce que disent les russes : merde in Japan and run !

    De très bonnes infos sur Ria Novosty : http://fr.rian.ru/search/?query=fukushima&p=0

    Nous nous rendons compte aujourd’hui être aussi démunis que les soviétiques en 1986 pour faire face çà ce type de situation, mais sans le joker realpolitik immonde qui consiste pour limiter les dégats à envoyer délibéremment des humains se faire rôtir.

    Alors, les liquidateurs de Fukushima, combien de divisions ?



  • Electric Electric Tof 23 mars 2011 18:17

    Impact des essais nucléaires atmosphériques, quelques éléments de réponse :

    http://www.cancer.org/cancer/cancercauses/othercarcinogens/intheworkplace/c ancer-among-military-personnel-exposed-to-nuclear-weapons

    http://www.ieer.org/comments/fallout/pr0202.html

    Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.

    A ce propos, je joins ci-dessous le lien direct vers le rapport du Parlement européen de 1999 qui pointe le désastre en matière de santé publique consécutif aux 2053 essais nucléaires militaires :
     
     
    Certains de nos députés européens font de l’excellent boulot.
     
    Pas besoin d’incriminer nos bagnoles et la bouffe (même si ça joue) pour expliquer l’épidémie de cancers auxquels nous assistons. Un milligramme de matière fissile ingéré, et c’est le cancer 20 ans plus tard (sang, bouche, langue, larynx, thyroïde, oesophage, poumons, estomac, colon, pancreas, foie, reins, prostate, testicules, ovaires. Les clopes et l’alcool ont bon dos). Et il y a en a encore des kilos dans la haute atmosphère qui nous tournent autour.
     
    La plus grosse bombinette jamais construite fut la TSAR BOMBA, la Reine des Bombes : 8 tonnes, une boule de feu de 100km de diamètre, 500km de destruction, et un champignon radioactif qui est monté à 75km dans la haute atmosphère. L’onde de choc, en 1961, depuis la Nouvelle Zemble, a été ressentie à des milliers de kilomètres et le flash a été vu jusqu’en Norvège. 58 mégatonnes de folie pure, un véritable crime contre l’humanité.
    Et ça n’est qu’un exemple sur 2053.

    Cruauté de l’histoire, c’est l’artiste japonais Isao Hashimoto qui a réalisé l’animation suivante de l’historique des essais nucléaires de 1945 à 1998 :

    http://www.youtube.com/watch?v=I9lquok4Pdk

    Les environs de Reggane en Algérie sont contaminés pour des siècles. Côté ex-URSS, c’est encore pire, les soviétiques ont testé in vivo dans les environs des polygones de tirs les effets sur les populations civiles, à qui il était demandé de rester expressemment dans leurs villages.

    Quant aux japonais, il y a tellement de réacteurs et piscines en cause, que je frémis à la simple idée de penser à leur sort. Et en plus, il y a une piscines géante contigüe aux réacteurs 2 et 3 qui contient 6500 tonnes de combustible irradié.

    Toutes mes pensées vont vers eux.

    Quant à la zone d’évacuation, elle est limitée actuellement à 30km autour de la centrale, pendant que les USA interdisent à leurs personnels de s’en approcher à moins de 80km.

    No comment.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Fukushima

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité