• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Elisa

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 29/07/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 458 109
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Elisa 3 janvier 2019 16:53

    L’origine du concept populisme n’est pas l’apanage des US.

    Au cours du XIX° siècle, la Russie a connu un important mouvement populiste dont Tolstoï fut un des principaux défenseurs.

    Mais au XXI° siècle le populisme est un avatar crée par la droite et la social-démocratie pour atteindre trois objectifs particulièrement pervers.

    1° Mettre dans la même catégorie les « extrêmes » gauches et droites afin de légitimer une zone centrale inféodée aux puissances économiques dominantes. C’est le "no alternative" de Margaret Thatcher qui est reconvoqué et amplifié.

    2° Discréditer la notion de peuple au nom de la rationalité et de la légitimité institutionnelle. Désormais ce n’est plus le peuple qui fonde en dernier ressort le contrat social démocratique, mais ses représentants « acceptables » car ils sont le garant de du maintien de l’ordre établi.

    Ainsi, un peuple qui vote mal ou qui demande d’être un sujet légiférant et constituant, ne peut être qu’une foule haineuse, manipulée par des démagogues intéressés.

    3° Evacuer la notion de classe sociale et de lutte de classe en lui substituant

     des catégories culturelles, territoriales défavorisées : les Gilets Jaunes sont des ploucs qui de part leur isolement territorial et leurs faibles revenus ne peuvent être que porteur d’une idéologie de « comptoir »,anti écolo, raciste voire identitaire !.

    Ce « peuple » constitue un danger pour tous ceux qui veulent « démocratiser » en rond dans l’entre-soi des privilégiés.



  • Elisa 4 décembre 2018 10:10

    Cette analyse souffre d’une erreur théorique majeure :

    Les grands changements climatiques antérieurs étaient des faits géologiques, imperceptibles à l’échelle des générations d’êtres vivants.

    L’évolution climatique actuelle est un événement historique, perceptible individuellement par ses contemporains

    ll s’agit donc bien d’un processus dérivé de l’activité humaine.



  • Elisa 19 octobre 2018 15:19
    Bientôt toute attitude de moquerie ou de dérision tombera sous le coup de la loi et sera affublé d’un préfixe grec de phobie.
    C’est totalement absurde. La victimisation actuelle risque d’aboutir à une banalisation complète de la notion de délit voire de crime !

    Chacun a le droit au respect sans pour autant avoir besoin d’un arsenal juridique et un société qui règlerait par des lois ce qui relève de l’éducation et de la courtoisie deviendrait une barbarie procédurielle.

    Imaginons ce principe de pénalisation généralisé : la conformité du « juridiquement correct » serait une sorte de carcan d’autant plus dangereux qu’il porrait se renforcer au fur et à mesure des nouvelles récriminations collectives ou communautaires.


  • Elisa 4 octobre 2018 18:12
    Notre président est beaucoup moins chaleureux avec les plus âgés à Colombey les 2 églises.
     Face à une retraitée qui lui affirmait avoir une retraite de 500 euros mensuels,il a eu l’imbécilité et le culot de rétorquer « il faut être raisonnable » !
    Puis il a renfoncé le clou avec mépris en reprenant hors contexte une formule gaullienne qui prenait ici une sinistre résonnance :
    La seule chose que vous n’avez pas le droit de faire c’est se plaindre



  • Elisa 29 septembre 2018 10:38

    @Kapimo
    Sûr il y avait quelque « bons mait’ s » qui permettaient aux paysans ou au domestiques de faire partie de la famille quelques jours dans l’année. A condition toutefois qu’ils ne prétendent pas les égaler.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Politique Tribune Libre Société

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité