• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Elisa

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 29/07/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 458 109
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Elisa 26 mars 2017 15:18

    « Pas bégueule, forte en gueule telle était Madame Angot »

    On connaît ce refrain de Charles Lecoq !

    Mais pourquoi a-t-elle encore ce bracelet corrupteur ?



  • Elisa 20 février 2017 17:25

    Pour une fois et ce sera probablement la seule, je suis d’accord avec Macron pour dire que la colonisation française et toutes les colonisations des puissances européennes sont des crimes contre l’humanité.

    Le code noir, le statut de l’indigénat, le commerce triangulaire, la chair à canon « sénégalaise », la spoliation des terres algériennes entre autres seraient-ils à défendre sous prétexte qu’ils émanent du royaume de France ou de la République française ?



  • Elisa 17 janvier 2017 14:54

    « Je ferai confiance à Poutine »

    En revanche je ne fais pas confiance en Trump !!!

    Ses déclarations tonitruantes vont dans tous les sens et il n’est jamais à une contradiction près.
    Certains voient dans un des termes de la contradiction (anti-UE, proximité de Poutine et de la Russie,réindustrialisation des US) la promesse d’une présidence alternative au néoconservatisme.
    Mais l’autre versant n’est guère encourageant. Sa déclaration d’amour à Israël est constamment réitérée, ses menaces contre l’Iran aussi.

     Ses choix intérieurs ne sont pas plus cohérents. S’affirmant proche du peuple, il affiche comme un drapeau sa fortune et sa réussite personnelle. Véritable caricature du self made man, il promet ce qu’il lui est impossible de tenir : que tous les états-uniens puissent réussir !

    Pourtant on l’a échappé belle.

    La victoire de Clinton elle n’avait aucune ambigüité. C’était la certitude d’un engagement vers des solutions militaires au Moyen-Orient. C’était aussi la certitude que les résolutions de l’ONU concernant Israël seraient rejetées. Bref la certitude que les US demeurerait un Etat terroriste.

    Trump n’est pas la solution mais il est plus que cela : il est le symptôme du déclin états-unien.
    Son élection entérine une situation de crise qui acte et probablement va pérenniser la perte inexorable du leadership mondial.
    Peut-être sans le vouloir prépare-t-il la transition vers un nouvel ordre mondial.



  • Elisa 25 juin 2016 15:24

    L’analyse dominante des résultats du Brexit montre une opposition étonnante entre ce qui est désigné par « démocratie » et ce qu’on appelle « populisme ».

    La démocratie c’est l’ouverture, la jeunesse, le dynamisme et l’intelligence. Mais surtout c’est l’acceptation des différences culturelles, ethniques et sexuelles.

    Le populisme c’est le repli, les vieux, la routine et le faible niveau culturel. Mais surtout le rejet de l’autre, la xénophobie, le racisme.

    Mais de quoi parle-t-on ?

    Derrière la « démocratie » ce sont les élites qui sont désignés. Et si on fouille un peu plus, ce sont véritablement les puissants économiques et leurs valets politiques et médiatiques.

    Il y a bien plus d’homogénéité et de connivence à l’intérieur de la faune de Wall Street, de la City et autres quartiers branchés des grandes capitales européennes qu’au sein des peuples qui ont l’outrecuidance de ne pas être conformes aux injonctions de ceux qui les exploitent et les méprisent.

    Les media dominants sont des faux monnayeurs : ils ont transformé les puissants et leurs alliés en parangons démocrates pour « démonétiser » le fondement légitime de la démocratie.

    Désormais, ce n’est plus le peuple qui est souverain puisque celui-ci ne peut qu’être populiste !
    Et une majorité populaire à un référendum peut légitimement être récusée sous prétexte que le peuple l’a emporté.



  • Elisa 21 juin 2016 15:22

    La rhétorique de cet article est une constante du trotskisme historique.

    Quoiqu’il se passe dans le monde, que ce soit en Europe , en Afrique et au Moyen-Orient, les conflits ne concernent pas le prolétariat : il faut donc s’abstenir de toute prise de position !

    C’est ainsi que l’ordre dominant est toujours respecté et qu’au nom de la rigueur révolutionnaire, le capitalisme restera triomphant.

    Cynisme ou aveuglement ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Politique Tribune Libre Société

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité