• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Emile Mourey

Emile Mourey

89 ans, citoyen français, lieutenant-colonel, d'origine saint-cyrienne, légion d'honneur, mérite national, veuf. En 1981, je suis invité à Alise-Sainte-Reine pour y défendre le site officiel alors qu'il est contesté de toutes parts, y compris par les revues militaires (cf Le Monde du 11.11.81). En revanche, je ne suis entendu ni pour ma contestation du site de Bibracte, ni pour celle de Gergovie, ni pour mon identification de l'Atlantide avec la Gaule arverne. Ne bénéficiant d'aucun soutien, exclu de la société d'Histoire de Chalon-sur-Saône, j'arrive néanmoins à exposer mes idées dans sept ouvrages auto-édités qui remettent fondamentalement en question les origines de notre Histoire et de notre Culture. Officiellement recadré par le ministère de la Culture, attaqué à mots couverts par le Collège de France et par la technocratie archéologique, interdit de presse écrite locale, droit de réponse refusé après une émission orientée de FR3 Bourgogne où mes propos ont été condamnés sans débat, vilipendé sur wikipédia par un archéologue officiel qui se cache sous un pseudo.
Persuadé je suis, qu'en matière de religion, la seule solution est d'en retrouver les explications historiques, pour le christianisme comme pour l'islam ; mon huitième ouvrage intitulé "Le Prophète au visage voilé" sera refusé par les maisons d'édition et l'est toujours. 
Je me suis tourné vers les philosophes afin qu'ils remplissent la promesse qu'ils avaient faite jadis : quitter l'enfance de l'humanité, éclairer le chemin (Luc Ferry, André Comte-Sponville...). J'ai échoué, point final... L'obscurantisme, l'aveuglement, le fanatisme l'ont emporté.
 
 
 
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 22/08/2006
  • Modérateur depuis le 27/09/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 509 6220 20275
1 mois 1 6 15
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 433 390 43
1 mois 1 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Emile Mourey Emile Mourey 11 janvier 03:26

    @Antenor
    Je pense sue la piste à creuser est celle des cartes anciennes et de l’origine troyenne.. S’il y a un fond de vérité dans la fondation troyenne de la ville,, il est possible que les fondateurs aient commencé par tracer la future enceinte ; C’est ainsi que Romulus a agi lorsqu’il a fondé la ville de Rome et quand son frère l’a franchie, il l’a tué*.Les fondateurs de Bavay ont-ils agi de même, même si la reproduction de l’enceinte de la ville de Troie n’est qu’imparfaite ? qu’approchée ?
    Deuxièmement : mon explication de la bataille prouve que Bavay était bien là, et qu’elle était capitale des Nerviens. 60 000 combattants, c"est tout de même un chiffre ! Ou sont les preuves d’une fondation gaiio-romaine ex nihilo ?



  • Emile Mourey Emile Mourey 10 janvier 14:20

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    -57, c’est la date que j’ai reprise sur la traduction de Constans et sur Wikipédia. A un an près, c’est une bonne date car la fin de campagne fut célébrée à Rome à une date que l’on connaît.
    En revanche, pour qu’il n’y ait pas de malentendu, Wikipédia et la « Société Savante » placent la bataille sur la Sambre (3 pieds de profondeur !) alors que je la place sur l’Ecaillon. A vous de juger !



  • Emile Mourey Emile Mourey 10 janvier 14:06

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    Franchir le Rubicon ? Il n’y a pas de mystère. C’était une interdiction pour protéger le sénat d’un coup d’Etat de la part d’un général revenant victorieux de ses campagnes militaires.



  • Emile Mourey Emile Mourey 7 janvier 10:06

    @Antenor
    Simon, fils de Jonas ?
    Tresmontant traduit par fils de Jean. C’est curieux car si Simon sont les Esséniens de Gamala revenus de l’exil de Babylone, ce sont eux les plus anciens qui devraient être le père de Jean.
    Mais si le texte original est bien Simon, fils de Jonas, cela signifie qu’il s’agit des 8000 exilés en Gaule après l’exécution de 800 d’entre eux par Alexandre Jannée en -86 ou -88. Il faut donc traduire par « Simon, fils de l’exil ».
    Cela signifie que l’évangile essénien de Jean, en l’an 30, pose depuis Jérusalem aux esséniens émigrés en Gaule (en  88) la question fondamentale : avez-vous abandonné votre croyance ou l’avez-vous toujours ? Question piège.Tentative de réunification ?
    Ainsi s’explique le christ Cléopas des fresques de Gourdon (IIème siècle avant JC) qui retournera en Palestine comme « sauveur » (cf tombes des légionnaires gaulois portant ce nom) et le Protévangile de Jacques (Ier siècle). Ainsi s’explique les 4 évangiles parus à partir de +30 par les esséniens restés en Palestine (Jérusalem ?) et leurs paraboles pour « récupérer » Cléopas.



  • Emile Mourey Emile Mourey 5 janvier 10:19

    @Antenor
    Bien sûr, non seulement à l’envers mais en dépit du bon sens. Quand je lis aujourd’ui tout ce qui s’écrit sur la pyramide de Couard ;; ;

Voir tous ses commentaires (20 par page)