• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Emile Mourey

Emile Mourey

87 ans, citoyen français, lieutenant-colonel, d'origine saint-cyrienne, veuf. En 1981, je suis invité à Alise-Sainte-Reine pour y défendre le site officiel alors qu'il est contesté de toutes parts, y compris par les revues militaires (cf Le Monde du 11.11.81). En revanche, je ne suis entendu ni pour ma contestation du site de Bibracte, ni pour celle de Gergovie, ni pour mon identification de l'Atlantide avec la Gaule arverne. Je romps avec l'armée et ne donne pas suite à ma proposition au grade de colonel. Ne bénéficiant d'aucun soutien, exclu de la société d'Histoire de Chalon-sur-Saône, j'arrive néanmoins à exposer mes idées dans sept ouvrages auto-édités qui remettent fondamentalement en question les origines de notre Histoire et de notre Culture. Officiellement recadré par le ministère de la Culture, attaqué à mots couverts par le Collège de France et par la technocratie archéologique, interdit de presse écrite locale, droit de réponse refusé après une émission orientée de FR3 Bourgogne où mes propos ont été condamnés sans débat.
Persuadé je suis, qu'en matière de religion, la seule solution est d'en retrouver les explications historiques, pour le christianisme comme pour l'islam ; mon huitième ouvrage intitulé "Le Prophète au visage voilé" sera refusé par les maisons d'édition et l'est toujours. 
Je me suis tourné vers les philosophes afin qu'ils remplissent la promesse qu'ils avaient faite jadis : quitter l'enfance de l'humanité, éclairer le chemin (Luc Ferry, André Comte-Sponville...). J'ai échoué, point final... L'obscurantisme, l'aveuglement, le fanatisme l'ont emporté.
 
 
 
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 22/08/2006
  • Modérateur depuis le 27/09/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 456 5641 18855
1 mois 5 69 142
5 jours 1 39 87
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 399 362 37
1 mois 2 1 1
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Emile Mourey Emile Mourey 4 décembre 2006 23:19

    A Nicolas

    Vous dites : Personnellement, je pense que la méthode génétique concernant la morale ne débouche pas sur une démarche féconde.

    Oui, je le pense aussi. Mais comme l’article de l’auteur me paraît intéressant, je pense que c’était l’occasion de développer un peu plus la question.



  • Emile Mourey Emile Mourey 4 décembre 2006 23:03

    A l’auteur (pour animer le débat)

    Vous dites :...un sentiment qu’on appelle l’empathie, qui permet d’étendre notre égocentrisme à ce qui nous ressemble.

    Je propose une autre explication : si l’homme est un animal mais transposé sur un plan supérieur, ne pourrait-on pas considérer qu’un groupe social est comparable à la meute, mais également transposée sur un plan supérieur ? (raisonnement analogique) ?

    Or, dans la meute, les animaux, non seulement ne s’entretuent pas mais font bloc contre une meute concurrente (c’est pour ainsi dire programmé, le loup étranger n’est pas accepté dans la meute alors qu’il pourrait y ajouter sa force).

    Par analogie, on peut penser qu’il en est de même pour le groupe social et que c’est du fait d’une évolution naturelle ou par nécessité de survie que les groupes sociaux passent entre eux des alliances ou continuent à se combattre.

    D’où une autre explication de l’amour entre les hommes, non pas une projection de notre égocentrisme sur nos semblables mais une sublimation de l’instinct animal sur un plan supérieur qui serait l’amour, d’abord au sein du groupe, ensuite au sein de l’alliance.

    D’où également une interrogation sur l’existence éventuelle d’un plan encore supérieur que échappe encore à notre entendement.



  • Emile Mourey Emile Mourey 4 décembre 2006 21:38

    A l’auteur

    A mon interrogation : Si les hommes aujourd’hui se voient semblables, ne serait-ce pas parce que nos cerveaux ont poursuivi une évolution avec l’apparition de neurones-miroir ( qui n’étaient pas encore formés dans ceux de nos ancêtres) ?, vous me répondez que La différence n’est que culturelle.

    D’après Wikipedia, les neurones miroirs désignent une certaine catégorie de neurones du cerveau qui présentent une activité à la fois lorsqu’un individu (humain ou animal) exécute une action et lorsqu’il observe un autre individu (en particulier de son espèce) exécuter une même action, d’où le terme miroir. De tels neurones ont d’abord été découverts chez le singe, mais depuis on en a observé chez l’homme et chez certains oiseaux. En neurosciences cognitives, ces neurones miroirs sont supposés jouer un rôle dans des capacités cognitives liées à la vie sociale comme la capacité à imiter ou l’empathie. Les neurones miroirs sont souvent présentés comme une découverte majeure des neurosciences.

    Si je vous ai bien compris,vous ne suivez pas cette thèse, ce qui ne me dérange aucunement, l’idée d’une évolution par la culture s’accordant bien mieux avec mes écrits.

    Ne me voulant qu’historien, je cherche plutôt à savoir quel est l’état des connaissances scientifiques sur ce qui touche à notre évolution.

    Je vous invite toutefois à prendre connaissance de mes travaux sur l’histoire des origines des religions du Livre. Car, comme le dit un philosophe connu (André Comte-Sponville), nous pensons avec les autres.

    Toujours amicalement (il faut bien animer le débat)



  • Emile Mourey Emile Mourey 4 décembre 2006 19:14

    A l’auteur

    Au sujet des valeurs morales (exemple : la condamnation du racisme).

    Votre réponse est intéressante. Cela me rappelle un article que j’ai lu, il y a déjà un certain temps sur les neurones-miroir lorsque j’essayais de comprendre l’histoire des peuples du Proche-Orient et du Moyen-Orient d’après les textes sumériens et ceux de la Bible. En effet, ce qui m’a le plus étonné au plus loin que je remontais dans le temps, ce n’est pas tellement les actes de cruauté, mais la façon dont les auteurs de ces actes les présentaient comme si cela était naturel. « J’ai fait empaler les prisonniers. J’ai dressé vers le ciel des pyramides de têtes. J’ai donné l’ordre de brûler vives les populations qui m’avaient résisté. J’ai fait écorcher vifs les chefs des armées après les avoir vaincus. » C’est à peu près en ces termes que le roi Assournazirpal II (?) célèbre sur une stèle votive ses exploits guerriers, étonnant témoignage de la civilisation assyrienne du IXème siècle avant notre ère.

    Et dans le Deutérome, on trouve ceci :Et si une ville ne fait pas la paix avec toi et engage le combat, tu l’assiègeras, et quand Yahvé, ton Dieu, l’aura livré entre tes mains, tu frapperas toute sa population mâle du tranchant du glaive. C’est seulement les femmes, les enfants, le bétail et tout ce qui est dans la ville, toutes ces dépouilles, que tu prendras pour toi en butin, et tu vivras des dépouilles de tes ennemis que t’aura donné Yahvé, ton Dieu. »

    Conclusion : toute l’histoire du peuple juif, notamment au retour de l’exil de Babylone, montre plus d’une fois des exemples de ce que nous appelons aujourd’hui du racisme, mais qui dans cette époque, ne peuvent s’expliquer que parce que les hommes de nations différentes ne se voyaient pas semblables.

    Si les hommes aujourd’hui se voient semblables, ne serait-ce pas parce que nos cerveaux ont poursuivi une évolution avec l’apparition de neurones-miroir ( qui n’étaient pas encore formés dans ceux de nos ancêtres).

    E. Mourey



  • Emile Mourey Emile Mourey 4 décembre 2006 18:20

    A l’auteur.

    Merci, votre réponse est intéressante. Je vais y réfléchir.

    E. Mourey

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès