• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fanny

Ingénieur retraité

Tableau de bord

  • Premier article le 14/04/2015
  • Modérateur depuis le 28/04/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 10 1182 524
1 mois 0 44 0
5 jours 0 6 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 221 204 17
1 mois 11 11 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Fanny 14 novembre 10:27

    @Francis, agnotologue

    Je me suis cogné les 625 pages du Davet/Lhomme sur le Traitre et le Néant. Pas grand-chose à faire en automne, donc lecture au coin du feu.

    Pas facile à cerner, le Macron. A coup sûr une personnalité hors du commun. A la fois une forte empathie très séduisante qui lui assure un succès immédiat, surtout auprès des vieux, et une grande indépendance. Le surmoi, les liens affectifs et les dettes appelant des renvois d’ascenseur, les adhérences idéologiques lui sont étrangers. Il ne connaît et reconnaît que Brigitte, son gouvernail. On dirait un aveugle avec sa canne blanche, un cerveau tournant à 20 000 tours, tenu et guidé par Brigitte. Tout ça servi par un physique avenant et une mémoire d’éléphant (hyper mnésique, comme Sarkozy ?).

    Un point faible : politiquement il est seul, entouré de technos. Seul politique, mais sans véritable substance politique. Bayrou a été viré. Son parti EnMarche est inexistant, aucune substance. Macron, c’est une aventure individuelle rendue possible par des circonstances très particulières : la fin des partis. C’est Macron seul face à chaque citoyen français, seul également. Le triomphe de l’individualisme, qui fait aussi triompher l’abstention.

    L’impression très curieuse du vide, du néant. Une parenthèse sans rien entre les deux signes de parenthèse, dans l’attente d’un nouveau paradigme qui reste à accoucher, et qui fait peur. Le système français, avec droite et gauche, syndicats, institutions, grandes connivences rassurantes entre tous les acteurs (dont la CGT) semble toucher à sa fin, sans qu’on puisse imaginer une suite, avec la menace des extrêmes. 

    Le choix entre le vide et les extrêmes, ça fait bizarre. On en est là.



  • Fanny 13 novembre 19:46

    @ⓡⓔⓟⓣⓘⓛⓔ
    Je me suis permis de signaler votre réponse comme abusive (la 1ère fois depuis que je participe au forum).



  • Fanny 13 novembre 19:17

    @ZenZoe

    La question de savoir si Hitler avait une couille et pas deux passionne toujours, et pas forcément Closer, ça passionne des gens sérieux.

    L’enfance de Staline, l‘autre grande vedette du XXème siècle, a été scrutée au microscope.

    Zemmour n’a pas vocation à devenir une vedette mondiale comme H et S, mais le fait qu’on s’intéresse à ses premiers vagissements est un indice qu’il doit recevoir comme un encouragement.

    Que sait-on de l’enfance d’un Giscard ? A peu près rien, et l’on en parle déjà plus quelques mois après sa mort, bien qu’il ne fut pas le plus mauvais des présidents, loin s’en faut.

    L’analyse de l’article n’est pas dépourvue de bon sens. L’enfant d’émigré qui veut devenir le premier de sa classe est un classique, bien connu en particulier chez les Portugais.

    Personne ne peut se débarrasser des « sparadraps » de ses origines. On peut tout juste en être plus ou moins lucide.

    Il aurait « souffert le martyr » ? Il dit exactement le contraire, se rappelant d’une enfance très heureuse.

    Freud pour les nuls ? Pas forcément, mais on ne peut le savoir. Seule une analyse pointue de l’inconscient du personnage pourrait le dire. Et il n’est pas évident qu’une telle analyse soit possible (je ne suis pas fan de la psychanalyse).

    « Traitre absolu » ? Il aurait dû ajouter « à l’idée que j’ai de la France », et sa violence n’eut pas été excessive. Z n’autorise aucune déviation de l’idée qu’il se fait de son pays, c’est son point faible s’il devient un jour responsable politique. La France, c’est aussi la liberté d’être « contre ».



  • Fanny 13 novembre 17:20

    Personnage intéressant, tant il est emblématique de mai 68 (j’en étais !) et de la suite, avec son ami et « patron » Dany.

    Cette révolution de 68, mondiale, prétendument ratée, fut en fait un succès. Elle a marqué le passage de la société « classique » à la société « consommatrice ». De ce point de vue, il est normal que Dany et Romain soient aujourd’hui aux côtés de Macron.

    Zemmour n’est pas leur copain, car il annonce la prochaine rupture. Il leur annonce qu’ils sont devenus ringards, que le monde change et redevient tragique. Hédonistes impénitents et vieillissants, ils n’aiment pas le message du petit Zemmour, c’est bien naturel. Pour ma part, j’essaye (vainement) de rester jeune ave Z -)



  • Fanny 13 novembre 16:36

    Si vous appelez un plombier écologauchiste pour réparer une fuite chez vous, attendez-vous au pire.

    La fuite (la question identitaire) il ne la trouvera pas. Au lieu de quoi, il trouvera du « nauséabond », du « nazi », du « pétain », du « racisme », du « négationnisme », de l’« antisémitisme », du « poison pour la démocratie » … soit toute sa boîte à outil que lui aura fourré dans le crâne le mainstream mondialo-progressiste depuis 50ans.

    Absolument rien pour traiter la fuite, au contraire, donc il choisit de l’ignorer, de ne pas la voir. Il ne se rend même pas compte de ses contradictions : se réclamant républicain sourcilleux déniant cette qualité à son ennemi du jour, il se répand en citations d’un champion du communautarisme pour les magnifier, le sieur Kalifat.

    Un plombier d’opérette, qui ne sert à rien.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité