• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fanny

Ingénieur retraité

Tableau de bord

  • Premier article le 14/04/2015
  • Modérateur depuis le 28/04/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 10 1205 524
1 mois 0 55 0
5 jours 0 21 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 223 206 17
1 mois 8 8 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Fanny 16 novembre 20:54

    @Fergus

    Un démocrate devrait se féliciter qu’une partie des Français qui ne pouvaient plus écouter la radio tant celle-ci véhiculait un discours « unique », étouffant par son parti pris (progressiste centre gauche), ont enfin retrouvé la possibilité d’entendre un discours plus ouvert, plus tolérant.

    Eh bien non, le « démocrate » en question n’est pas content. Il ne veut entendre qu’une note, qu’une voix. Il caricature toute voix alternative.

    Je comprends la stupeur du mainstream qui découvre, après 40 ans de règne, qu’une autre vision du monde existe et qu’elle a le droit de s’exprimer. Mais cette stupeur ne devrait quand même pas durer éternellement, il faudra s’y faire. 



  • Fanny 16 novembre 19:46

    @Buzzcocks

    Le nombre d’homicides en France est très faible, autour de 900/an. Deux fois moins qu’aux USA, sept fois moins qu’en Russie (Brésil, Mexique …).

    Il n’y a donc aucun problème d’insécurité en France, qui produit encore moins de crimes qu’elle n’émet de CO2, grâce à sa grande culture d’une part, à ses centrales nucléaires d’autre part.

    Mais l’insécurité matérielle fait des milliers (des dizaines de milliers) de morts chaque année. L’insécurité psychologique aussi. Il y a donc quand même un problème d’insécurité.

    Et puis la société se défend, s’adapte. Si par exemple il devient dangereux pour une femme de sortir seule après 22h, elle évitera de sortir seule tard le soir. La statistique criminelle ne le verra pas, mais le sentiment d’insécurité aura cru, et du coup la liberté individuelle aura décru.

    Quand Macron laisse entendre que le « sentiment d’insécurité » n’est pas la vraie insécurité, il se trompe. L’exemple ci-dessus de la femme qui a peur de sortir seule le soir le montre : elle serait en insécurité bien réelle si elle allait se balader seule vers minuit, c’est pourquoi elle ne le fait plus.

    Nombreux sont les jeunes qui pensent qu’ils auront une retraite misérable. Encore une source d’insécurité, anticipée et matérielle celle-là.

    L’insécurité physique et matérielle ne se résume pas au nombre d’homicides, clairement. Le déplacement du vote des Français de la gauche vers la droite me paraît être un critère plus pertinent de l’insécurité (réelle ou ressentie, sachant que la ressentie peut venir d’une stratégie d’évitement de l’insécurité réelle).

    Le discours de Zemmour porte d’abord sur une notion encore élargie de l’insécurité : l’insécurité culturelle et identitaire. Cela est assez différent des homicides, agressions, viols etc. Il est cité à tort dans l’article qui doit confondre Zemmour et Laurent Obertone. Deux « méchants », mais pas les mêmes.



  • Fanny 16 novembre 14:20

    @suispersonne

     

    avec le zem, on peut regarder se dévoiler une meute de racistes qui se cachaient

    Vous désignez là tous ceux qui veulent tuer le zem ? Il y en a pas mal, en effet, mais votre vocabulaire (meute, cerveau vide etc.) rappelle la prose raciste de l’entre deux guerres.

    Ennuyeux pour quelqu’un qui veut dénoncer le racisme.



  • Fanny 16 novembre 13:21

    @suispersonne

    Votre commentaire ne concerne en rien le « racisme » à proprement parler. Je peux donc confirmer tranquillement avec votre accord : les Français ne sont pas racistes.

    Votre commentaire porte en fait sur un autre sujet : les racines. Et vous n’avez pas tout à fait tort. Issu moi-même d’une famille étrangère dotée d’un patronyme « barbare » (pas du tout français), ma famille passe ses vacances depuis près de 100 ans dans le même village. Et depuis 100 ans, ma famille est nommée par les autres villageois comme « étrangère » (« Ah tiens, j’ai rencontré les Polonais qui habitent la maison dans le virage (les Roumains, les Hongrois, les Russes, les Tchèques …), ils m’ont dit qu’ils se préparent pour la saison de la chasse … »).

    Cette inertie étonnante peut être assimilée à une forme de xénophobie. La France n’est pas l’Amérique (les USA) où « tout le monde » est immigré. Pays de très ancienne culture, sans aucune immigration jusqu’au XIXème siècle (immigration au sens moderne du terme), pays essentiellement agricole (importance du territoire), le XXème siècle en France a été celui des guerres et des bouleversements, du déplacement des populations vers les villes, de la fin du pays « agricole » (2% de la population !), avec une immigration importante à la fin du siècle (entre 5 et 15% de la population).

    Cette « xénophobie » résiduelle s’accompagne en même temps d’une grande générosité, que l’on peut associer à la très ancienne culture chrétienne catholique du pays. En résumé, la France de souche accueille généreusement les étrangers tout en les regardant de travers, en les maintenant dans une sorte de « sas d’assimilation ».

    Avec les populations d’origine européenne, ce processus d’assimilation en France est en général assez long (deux générations, parfois davantage, jusqu’à un siècle et plus), mais il fonctionne bien. Et cela concerne un couple : le Français de souche qui change au contact de l’étranger, et l’étranger en voie d’assimilation qui s’assimile.

    Ce processus est complètement déréglé aujourd’hui par l’arrivée en France de populations extra-européennes en nombre. Il ne fonctionne plus. Les familles d’origine asiatique et africaine se regroupent par quartiers, à l’américaine. L’école ne joue plus son rôle dans le processus d’assimilation, des classes entières étant composée d’enfants en majorité d’origine extra-européenne.

    Devant ce blocage, cet échec, les Français ressentent un profond malaise qu’on peut qualifier de xénophobe. Sans aller jusqu’au « grand remplacement », les Français se rendent compte qu’une nouvelle France est en train de se constituer, composée en fait de plusieurs Frances, une France multiple, un archipel dont les parties ne communiquent plus entre elles, ne se comprennent plus.

    Comment en est-on arrivé là ? Mystère, car personne n’a voulu explicitement ce à quoi on assiste aujourd’hui sur notre sol. Les mécanismes de l’économie capitaliste semblent détenir le pouvoir de structurer notre planète, de structurer l’Europe et notre pays. Mais personne ne met réellement en cause ces mécanismes de l’économie capitaliste suite à l’expérience communiste. Peut-être que la menace du réchauffement, qui menace les classes dirigeantes au contraire des déplacements de populations (ça, ils s’en fichent), va changer la donne.

    Où va-t-on ? Les Chinois et les Indiens savent à peu près où ils vont. Ils ont une revanche à prendre sur l’Occident et c’est en cours. Les Américains commencent à comprendre qu’ils ne sont plus les maîtres du monde et ils ont cette mutation à gérer, leur repli à organiser. Les Africains montent en puissance (démographique).

    Et nous, Européens, Français dans tout ça ? On est un peu perdus. On sent que l’Amérique nous laisse tomber, que les Chinois ne nous  feront aucun cadeau. On ne sait pas comment gérer la mutation d’une France assez homogène vers une France multiple (territoires, langues, cultures). Entre les macroniens (le néant ?) et les zemmouriens (la guerre civile ?), la guerre est déclarée, sans concession. No future.

    Alors oui, nous sommes devenus franchement xénophobes, mais c’est beaucoup plus grave, docteur, nous sommes devenus mortels, on ne sait plus comment faire société, on ne sait plus comment vivre ensemble.

     

     

     

     



  • Fanny 16 novembre 01:25

    @ⓡⓔⓟⓣⓘⓛⓔ

    L’effet zemmour est incroyable. Il déstabilise tout le système médiatico-politique.

    Le mainstream ne comprend pas ce qui lui arrive. Il s’était construit une forteresse imprenable avec une novlangue comme bouclier, avec ses « jeunes » et ses « quartiers », avec la manipulation de l’émotionnel pour éliminer les gêneurs, avec ses petits et gros mensonges et ses omissions, avec les catégories « ignoble » et « nauséabond » comme arme absolue. Zemmour a fait exploser tout ça.

    Le délire de Garrido sur les terroristes se comprend comme le résultat de cette déstabilisation. Elle ne sait plus ce qu’elle dit, pourvu que ce soit anti-zemmour.

    Outre de faire perdre le Nord au mainstream, Zemmour a déclenché une course à l’échalote au parti LR parmi les candidats à la primaire : c’est à celui ressemblera le plus au Le Pen des années 80 sur l’immigration. Incroyable.

    L’effet zemmour : plus virulent que la Covid19 !

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité