• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

fifilafiloche

fifilafiloche

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 638 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • fifilafiloche fifilafiloche 18 avril 2011 21:19

    Votre discours serait tout a fait cohérent si...il n’y avait pas de dette publique, qui est un héritage négatif laissé aux générations futures.


    Votre raisonnement s ’ apparente à celui d un débiteur d’une banque qui menacerait de s’expatrier avec sa dette au cas ou on lui demanderait de la rembourser.

    Le capital dont vous disposez n est pas uniquement le fruit de votre travail. Sur les dix dernières années, le capital moyen des français a été doublé alors que l’inflation des salaires n y a été que de 30%. Cette croissance du capital a été inégalement distribuée, puisqu’elle a bénéficié essentiellement qu ’aux propriétaires, donc aux générations les plus âgées. Parallèlement, la dette publique n’a fait que s’accroitre sur la période, passant de 50% a 85% du PIB

    . En tant que baby boomer vous êtes générationellement responsable d’alléger le poids des engagements que vous avez pris et qui pèsent sur les épaules des jeunes générations. Il est de votre responsabilité d’alléger ce poids, au prix de la consommation de votre capital. A quoi vous servira donc cet amas de papier dette dans votre tombe ?


  • fifilafiloche fifilafiloche 18 avril 2011 15:17

    Même si je vous suis dans la majeure partie de votre argumentation, il y a un point que je ne comprend pas...


    Pourquoi « transmettre un captial » vous semble t il une nécessité absolue. N est il pas plus sain de permettre à la prochaine génération de voler de ses propres ailes plutôt que de la rendre dépendante du capital des parents ? 

    Plutôt que de ponctionner les jeunes actifs sur leurs salaires pour payer les retraites d une génération plus nombreuse, ne vaudrait il pas mieux que cette génération consomme son capital, laissant ainsi des marges de manoeuvre pour que leurs enfants puissent à leur tour créer leur sécurité sur les bases de leur travail ?


    Il y a là une logique qui me dépasse, pourriez vous m ’en expliquer la cohérence ?


  • fifilafiloche fifilafiloche 18 avril 2011 14:52

    Oui, il faudra que les papy boomers réalisent (vendent) leur capital pour financer leur besoins médicaux, après tout c’est à cela que sert l épargne sur un cycle de vie. En France, la situation est encore plus insupportable pour les jeunes actifs, car au poids de la charge des intérêts de la dette que la génération existencialiste leur a laissé en refusant de financer ses dépenses immédiate vient s ajouter la rente sociale (répartition) ET la rente immobilière (allégée de 50% en 4 ans aux Etat Unis après l explosion de la bule).


    Pas besoin d être prix Nobel pour se rendre compte de l évidence, il suffit de savoir addtionner et soustraire.


  • fifilafiloche fifilafiloche 18 avril 2011 14:35

    Les risques que fait peser la bulle immobilière, et donc la création monétaire inconsidérée, sur la valorisation des actifs de banques ne touche pas seulement l’Espagne mais tous les pays de l’arc euro méditerranéen (Portugal, Espagne, France, Grèce pour la zone Euro, Croatie pour les satellites).


    La décorellation entre salaires et valorisation du capital immobilier n’est pas tenable, l effet richesse ne peut compenser durablement les risques que fait poser cette exception historique. En faisant payer a tous les contribuables européens la spéculation sur ce besoin primaire, les gouvernements, dépendants de l effet de levier fiscal que procure cette spéculation, prennent la responsabilité de la paupérisation du plus grand nombre et au final l affaiblissement des économies européennes dans leur ensemble (même celles qui n ont pas utilisé le recours artificiel au capital pour doper leur croissance).

    Laisser retomber les prix au mépris des intérêts de court terme permettra d’assainir le système bancaire, de permettre au jeunes générations méritantes de se construire un capital indépendemment de l’héritage, bref de redistribuer les cartes de la rente vers le travail. 

    Si aucun gouvernement n’a le courage de laisser le marché revenir sur ses fondamentaux, la pression sera telle que le marché y reviendra de lui même de façon brutale.


  • fifilafiloche fifilafiloche 15 avril 2011 03:02

    Que de haine et de batailles d’égos dans le monde de la recherche de l’harmonie avec la nature...


    Pas frapper, pas frapper, je retourne à ma séance de Yoga ;o)
Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité