• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Tibet Libre

Tibet Libre

L'association Tibet Libre fournit une information sur la situation du Tibet et la diaspora en exil dans le but de favoriser l'émergence de négociations sino-tibétaines. L'association organise aussi des parrainages d'anciens prisonniers politiques tibétains en exil.
Tibet Libre (Association Loi 1901)  
democratietibetchine@hotmail.com

Tableau de bord

  • Premier article le 24/08/2005
  • Modérateur depuis le 27/02/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 119 217 1932
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 18 5 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 3 avril 2007 19:18

    Les propos de Unknown semblent d’un parti pris certains. Qui pourrait mieux que les Tibétains connaître leur histoire ? En tout cas, le livre cité ne semble pas faire une crique aussi virulente que celle de « Unknown », loin s’en faut :

    Aventures d’un espion japonais au Tibet, Mes dix ans incognito à travers l’Asie Par Hisao Kimura et Scott Berry Traduction révisée par Michel Jan et Sandrine Bettinelli Le Serpent de Mer, Paris, 2000

    C’est une fascinante histoire que celle de Hisao Kimura qui de 1940 à 1950 participa, de loin certes, aux activités des services de renseignements japonais et qui à ce titre parcourut, sous un déguisement de moine mongol, la Haute-Asie, de la Mongolie-Intérieure à l’Inde en passant longuement par le Tibet. Son immersion culturelle et sa connaissance du mongol lui valurent d’ailleurs de devenir un universitaire respecté, spécialiste de l’Asie centrale. Le coté picaresque de ses aventures est rehaussée par la précision toute scientifique de la description de son environnement et par l’objectivité non dénuée d’humour de sa relation de voyage. Il s’agit en effet d’une immense pérégrination effectuée par l’auteur entre les âges de 17 et 27 ans, presque tout entier dans les espaces mongols et tibétains où la résistance physique et la « résilience » culturelle et religieuse des habitants forçaient déjà le respect de l’auteur : Hisao Kimura subit une lente catharsis qui, d’un jeune japonais conformiste et nationaliste, fait sortir un homme nouveau qui annonce le spécialiste ouvert qu’il deviendra. Ce n’est pas l’aspect le moins intéressant de l’ouvrage que cette lente accession, chèrement acquise, à une humanité renouvelée.



  • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 30 mars 2007 21:02

    Bon article, un peu long. A une époque ou l’information circule autant, et ou l’on se préoccupe de l’éthique sur l’étiquette, il faut vérifier si les produits sont fabriqués dans la dignité. En achetant des produits fabriqués dans les camps de travaux forcés chinois (ils s’appellent les Laogai ) :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Laogai

    ou fabriqués par des enfants, ou par des ouvriers surexploités mettant en danger leur vie ou leur santé, les conséquences ne seront pas fameuses, ni pour nous ni pour eux. Un pays qui exploitent son peuple prend de grand risques pour son avenir. Pour ne pas s’en faire le complice, le mieux est en effet de boycotter à un niveau individuel, et de préférer l’achat de produits fabriqués dans la dignité, de meilleure éthique. C’est une façon excellente de promouvoir le Droit du Travail.



  • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 29 mars 2007 12:45

    Monsieur, il appartient aux Tibétains de juger de ce qu’ils ont vécu. Ils ont connu un génocide, puisque sur 6 millions de Tibétains, 1,2 millions sont morts des suites directes ou indirectes de l’occupation chinoise. Rappelons aussi la phrase du précédent Panchen Lama citée dans l’article : « le progrès apporté au Tibet par la Chine ne saurait compenser la somme de destructions et de souffrances infligées au peuple tibétain ». C’est en quelque sorte son testament philosophique, puisque 4 jours plus tard, il est décédé officiellement d’une crise cardiaque, et que les observateurs de l’époque pensent qu’il a été empoisonné. Pour mémoire, l’administrateur de la région autonome du Tibet était Hu Jintao, l’actuel Président de la Chine. Il y a conduit une répression brutale, ce qui lui a valu le surnom de « boucher de Lhassa ».



  • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 28 mars 2007 19:22

    Contrairement à vos propos, le Dalaï Lama a eu une influence très importante, y compris au Tibet durant ces 50 dernières années. Par exemple, alors qu’il y a eu une véritable guerilla, et que les victimes se comptaient en dizaines de milliers côté chinois, il a appelé les Tibétains à cesser le combat, et s’engager dans la non-violence. Son peuple l’a toujours suivi, démontrant sa légitimité. L’impact de ce combat sur la paix dans le monde retentira d’autant plus largement quand il aboutira.

    Les choix politiques du Dalaï Lama ont toujours été très clairs, et il n’a jamais navigué comme vous le dites, au contraire, il a su garder le cap, et il persevère dans le même sens. Il a toujours loué les autres traditions religieuses, sans esprit de caste comme vous le dite. Contrairement à vos dires, il y a une unité dans le combat des Tibétains, c’est celui de la liberté et du respect des Droits de l’Homme pour l’ensemble du peuple tibétain. Pas de desunion sur ces points. S’il y a des différences au sein de la culture tibétaine, elles appartiennent à un grand ensemble qui peut tout à fait être distingué comme marquant l’identité d’un peuple avec ses points communs et ses différences. C’est là une particularité de toutes les cultures. Même si dans le passé la Chine a tentée de diviser les habitants de l’Amdo, ceux du Kham de ceux du Tibet central, le Dalaï Lama et le gouvernement en exil demande une autonomie pour l’ensemble de ces régions, dans un esprit d’union.



  • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 28 mars 2007 14:18

    Désolé, mais vous ne citez toujours pas vos sources, et vos propos sont faux. Il n’y a jamais eu de famine au Tibet avant l’invasion chinoise en 1949. Les Tibétains ne mangent pas exclusivement de la viande, mais ils mangent aussi de la Tsampa, à base de farine d’orge (cultivé, bien sûr) grillé, de beurre de Dri (la femelle du Yak). L’éducation existait bel et bien au Tibet avant l’invasion chinoise. Elle a produit et maintenu une riche culture tant architecturale, de sculpture sur bois, de peinture, de médecine avec 2 écoles de médecine, le Chakpori, détruit par les envahisseurs chinois, et le MenTseeKhang. La langue tibétaine est parlée et écrite. Outre les ouvrages bouddhiques, il existe une tradition de poèsie et de conte. En outre, le 13e Dalaï Lama a voulu introduire une éducation laïque obligatoire. Il s’est heurté à l’opposition des monastères, en effet. C’est finalement en exil que le 14e Dalaï Lama a pu obtenir cette éducation laïque obligatoire. Personne ne compte revenir à l’ancien système, comme dans aucun pays. Concernant la colonnisation anglaise, vos propos sont faux. Les Tibétains se sont opposés, y compris les monastères, à une expédition anglaise, qui fit plusieurs centaines de morts. Il est très utile d’étudier l’histoire, et non pas la réécrire, comme les régimes totalitaires ont tendance à le faire.

    Voici un lien en anglais ou le cas des anglais est décrit :

    http://en.wikipedia.org/wiki/History_of_Tibet

    quand vous écrivez « Défendons le droit du peuple Tibétain à vivre libre, mais cessons de prendre le Lama comme emblème de cette liberté au nom d’une légitimité historique passablement discutable. » Vous ne pouvez réécrire l’histoire d’une part, et d’autre part, merci de laisser les Tibétains choisir ce qu’ils souhaitent. Actuellement, ils soutiennent en majorité le Dalaï Lama, et personne ne peut leur imposer ce qu’ils souhaitent.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès