• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Freebird

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 168 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Freebird 17 février 2010 15:28

    Si ça peut permettre de remettre à plat le fonctionnement de nos Etats, leur offrir une cure d’amaigrissement et les faire revenir aux fondamentaux, je dis pourquoi pas.

    A vouloir mettre de l’Etat partout, on a fini par oublier à quoi ça sert (ou plutôt à quoi ça devrait servir). Par exemple : on dépense chaque année des milliards en subventions à la culture et dans le même temps on ferme des tribunaux et on se retrouve avec une administration judiciaire déplorable ; comme si c’était plus important d’avoir des bandes de clowns sillonnant nos routes tous les mois d’août que d’avoir des juges compétents et efficaces.
    A titre personnel, je suis ravi de voir qu’après nous avoir tanné pendant 2 ans avec la réforme du capitalisme, on commence à réaliser que le coeur du problème vient de nos Etats pachydermiques. 



  • Freebird 17 février 2010 15:08

    Très bon article, même s’il aurait été souhaitable que l’auteur développe un peu plus son exposé « répartition = Ponzi » car c’est une évidence qui a manifestement du mal à être admise, sans doute par ignorance.


    J’ajouterais aussi que la retraite par capitalisation est, contrairement à une idée largement répandue, beaucoup plus équitable que la répartition. L’idée de faire partir à la retraite tous les métiers au même âge est, quand on prend la peine d’y réfléchir, une incroyable exploitation des plus pauvres par les autres. Ce n’est en effet un secret pour personne que l’espérance de vie d’un ouvrier est bien plus courte (de l’ordre de 10 ans) que celle des employés et cadres ; or, en les faisant tous partir à la retraite en même temps, on oblige l’ouvrier à payer pour la retraite des autres. Dit autrement, dans le système actuel, les ouvriers cotisent plus qu’ils ne reçoivent alors les employés et les cadres reçoivent plus qu’ils ne cotisent. Que les gauchistes continuent à défendre un tel système au nom d’une idéologie désuète montre bien à quel point ils se moquent bien, en fait, du bien-être des ouvriers.


  • Freebird 15 février 2010 18:35

    Etat poussé aux abois ? Court terme ? Hé, on ne vous parle pas d’une petite entourloupe dans la dernière loi de finances, les grecs eux-mêmes ont admis que cela fait au moins 20 ans qu’ils truquent leurs comptes. En 20 ans, ils avaient largement le temps non seulement de remettre de l’ordre dans leurs finances publiques mais aussi de réformer leur économie pour gagner en compétitivité. Ils ont préféré vivre à crédit et se la couler douce ; aujourd’hui, il est temps de passer à la caisse.



  • Freebird 15 février 2010 18:29

    Qu’y-a-t-il donc que l’Etat fasse avec un déficit qu’il ne puisse faire sans déficit ? 

    La France en est à 40 milliards d’intérêts de la dette payés annuellement, soit l’équivalent de l’impôt sur le revenu. En l’absence de déficit, donc de dette, cela ferait 40 milliards de plus à dépenser chaque année ; la politique sociale aurait sans doute une autre gueule, non ? Sans parler du fait que cela donnerait à l’Etat des marges de manoeuvre pour réaliser de vrais emprunts, c’est-à-dire pour financer des dépenses d’investissements. Le déficit est l’ennemi de la politique sociale, pas sa condition sine qua non ; attention à ne pas tout mélanger.


  • Freebird 15 février 2010 15:58

    Sauf que via « l’oligarchie financière », c’est en fait vous, moi, et tous ceux qui ont leur épargne placée dans les banques qui « possèdent » la dette publique (même si votre épargne se limite à un simple Livret A). Si l’Etat grec (ou français) annule sa dette, le premier à morfler, ce sera vous, certainement pas les « oligarques », qui de toute façon ont les moyens de se protéger.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité