• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gemini

Gemini

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 490 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Gemini Gemini 2 décembre 2016 23:12

    @Spartacus
    Toujours les mêmes conneries.
    D’ailleurs, aucun français ne profite de ces 57% de richesses socialisées.
    En outre, quand on voit déjà tout ce que l’on peut s’offrir avec ces « misérables » 43 % restants…

    Enfin, rassurez-vous : une bonne part de ce qui est « pris » revient à vos copains les riches profiteurs nantis : patrons, actionnaires, etc. (+ de 40Mds rien que pour le CICE…)



  • Gemini Gemini 7 novembre 2016 22:03

    @Tall

    Ce « vieux » débat n’est en rien dépassé, bien au contraire. Il se présente avec toujours plus d’accuité.

    L’anglais n’est utile que si l’on accepte de se soumettre au globbish dominant le monde des affaires. Ce n’est qu’une soumission au capitalisme moderne qui impose à la planète entière sa non-culture, où la seule valeur qui importe est le dieu moderne : l’argent.

    Mais ce système ne fait pas société. Il est au contraire destructeur.

    Il me semble donc très important, au contraire, de bien affirmer notre propre identité culturelle, de ne pas se laisser déposseder de celle-ci au profit de l’inculture, théorisée sous le nom de tittytainment par nos maîtres actuels.

    Notre culture française est issue de ces deux langues. Notre histoire également. Ce sont de précieux témoignages de l’étymologie de nos mots, de notre langue, de notre façon de nous exprimer, d’exister et de penser le monde et notre futur.

    Le futur que nous réserve le capitalisme globalisé est sombre et destructeur. L’éducation nationale vise de plus en plus à ne former que des crétins qui seront de braves petits soldats dans la guerre économique en cours, au service de ses commanditaires. Les matières du grec et du latin font partie de ces ennemis à abattre, car celles-ci font partie des humanités, ce qui nous aide à réfléchir. Tout ce que les laudateurs de l’argent roi méprisent.



  • Gemini Gemini 7 novembre 2016 14:18

    @rocla+

    Parce que ce n’est pas leur usine. Le capital a droit de vie et de mort sur ses outils que sont les salariés.

    Si l’usine, et donc les moyens de production, avaient appartenu aux salariés, l’usine n’aurait pas fermée.

    Elle ne ferme que parce que le possesseur des moyens de production a trouvé d’autre esclaves moins chers ailleurs, où il pourra en tirer encore plus de profit.



  • Gemini Gemini 7 novembre 2016 14:15

    Cette discussion sur les inégalités n’a guère de sens dans un monde où les inégalités, bien qu’étant basées sur un soi-disant mérite, ne sont, dans les faits, absolument pas fondées là-dessus mais sur un système économique spoliateur qui organise le vol de la valeur générée par le travail des salariés au profit des branleurs et assistés que sont les possesseurs de capitaux, la nouvelle aristocratie.

    L’ouvrage « La société des égaux » de Pierre Ronsanvallon, notamment, apporte des éclairage très intéressants sur le sujet.

    Nul en France, pas même la gauche, n’exige une égalité totale de revenus entre chaque citoyen. La gauche, la vraie, exige en revanche que la valeur ajoutée créée par le travail des salariés ne lui soit pas spoliée par les capitalistes. Et ça n’a rien à voir avec l’égalité. Mais avec la justice, et avec la liberté des individus. Le système capitaliste nous maintient dans un état d’hétéronomie totale. C’est cela le véritable projet de la gauche : nous émanciper, pour nous permettre de ne pas dépendre du bon vouloir du dieu Capital et permettre à chacun de choisir son propre chemin. C’est cela, la vraie égalité.



  • Gemini Gemini 28 octobre 2016 10:27

    @rocla+

    L’entreprise ne fait rien. Elle ne se décarcasse pas. Ceux qui font et se décarcassent, ce sont les salariés. L’entreprise n’est que la structure, le moyen, pour le capitaliste de s’accaparer le fruit du travail des salariés.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès