• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gemini

Gemini

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 490 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Gemini Gemini 14 mars 2016 22:22

    @tf1Groupie

    En fait, votre remarque n’a aucun sens. La question inverse pourrait être posée et la réponse n’irait pas dans le sens que vous espérez.

    Les pays qui ont plus libéralisés leurs marchés du travail (dit autrement, + de précarité, - de salaire, + de profit pour le capital) ont-ils moins de chômeurs ?

    Peut-être, effectivement.

    Mais s’arrêter à ce seul chiffre est une erreur fondamental. Car ces pays ont aussi bien plus de pauvres, et de travailleurs pauvres.

    Le véritable nœud du problème est bien entendu le néo-libéralisme et cette idéologie mortifère de la concurrence généralisée, entre des systèmes totalement différents, ne peut que mener à une régression générale, au profit de quelques-uns  ; c’est d’ailleurs ce à quoi nous assistons, avec une concentration des richesses toujours plus importante au profit d’une petite minorité.

    Ce bel article détaille un peu mieux les mécanismes à l’œuvre : https://www.dessousdebruxell.es/spip.php?article134

    Bref, il est évident qu’au final, cette loi de précarité généralisée ne fera pas baisser le chômage et profitera aux seuls détenteurs de capitaux.



  • Gemini Gemini 14 mars 2016 22:13

    @Vlad
    Votre façon de voir les choses me semble un peu naïve. La première préoccupation de la plupart des personnes — et plus encore les jeunes qui, pour beaucoup, connaissent déjà les galères des petits boulots et les rapports sociaux très durs avec les dominants que sont leurs patrons — est de remplir le réfrigérateur et d’avoir un toit.

    Trouver un travail qui plait, c’est la cerise sur le gâteau et c’est bien entendu l’objectif ultime. L’état du marché du travail est tellement dégradé et les rapports sociaux sont déjà tellement difficiles que la plupart des étudiants ont déjà bien compris ce qui les attend, et que déjà, avoir un travail correctement payé et pas trop précaire sera un « grand luxe ». Alors le Graal du travail intéressant, autant dire qu’il s’approche de la pierre philosophale.

    Il me semble donc normal et logique qu’ils se mobilisent contre cette scélérate loi Travail, qui, comme vous le rappelez si bien s’insère parfaitement dans l’idéologie néo-libérale actuelle qui détruit tout ce qu’il y a de social pour le seul profit des possédants, en leur donnant encore plus de pouvoir sur les gueux que sont les travailleurs.

    Bref, ils sont déjà, pour certains, concernés, dans le cadre de leurs petits boulots, et ils savent parfaitement que leur insertion professionnelle sera encore plus précaire et difficile suite à cette loi.



  • Gemini Gemini 24 février 2016 11:07

    J’ai décidé de ne plus mettre un seul centime en bourse pour deux raisons :
    — la première, est en fait évidente quand on comprend mieux comment fonctionnent les marchés : en tant que particulier, il est tout simplement inutile et dangereux d’aller parier son argent durement acquis alors qu’en face, il y a, au mieux des traders voguant de délits d’inités en délits d’initiés et certains de nous plumer, au pire, des ordinateurs ultra puissants réagissant et des banques qui investissent l’argent quasi gratuit offert par les banques centrales, gonflant d’autant les prix des actifs. Contrairement à ce que prétend la théorie du marché, les valorisations boursières sont pour beaucoup basé sur du vent, des algorithmes, et dépendent de la prodigalité des banques centrales.

    — la seconde est pour me mettre en cohérence avec mes principes : en tant que travailleur, il m’est insupportable de savoir qu’une grosse partie des richesses que mon travail produit m’est spolié par ces parasites d’actionnaires. Ceci étant inacceptable, il convient donc de ne pas me transformer moi-même en parasite gagnant de l’argent au détriment de ceux qui ont réellement produit la richesse.

    Pour conclure, rappelons cet excellent article de Frédéric Lordon : www.monde-diplomatique.fr/2010/02/LORDON/18789 qui démontre que les « investisseurs » ne financent rien du tout en fait, mais que ce sont bien les entreprises qui financent les investisseurs. Le monde à l’envers.



  • Gemini Gemini 25 janvier 2016 15:24

    Non, il n’y a pas de démocratie en France. Ceci dit, ne vous méprenez pas : il n’y en a jamais eu. Simplement, avec l’état d’urgence, les oligarques se cachent de moins en moins.

    En revanche, vous commentez une erreur en assimilant la démocratie au libéralisme. Le libéralisme EST anti-démocratique, puisque l’application de ses principes ne fait que consacrer la liberté du renard dans le poulailler, ce qui, de fait, est en réalité une dictature du renard sur les poules.

    Nous sommes bien en dictature, et pas seulement en France. Elle porte un nom : le capitalisme, qui n’est autre que le pouvoir de l’argent  ; bref un suffrage censitaire version moderne.



  • Gemini Gemini 15 janvier 2016 10:50

    @M de Sourcessure
    Si, bien entendu. Je partage totalement votre avis sur ce point.

    Pour moi, la publicité ne devrait simplement pas exister. Elle permet simplement à ceux qui en ont les moyens d’augmenter leur emprise. Bref, encore une fois, elle favorise l’expression des seules entreprises ayant les moyens.

    Tout cet espace libéré le serait soit simplement pour moins de pollution visuelle, soit pour permettre plus d’expression populaire, démocratique, d’opinion.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès