• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

GéraldCursoux

GéraldCursoux

Caucasien, Auvergnat de naissance, Gabonais d'adoption, Savoyard d'implantation, Québécois de coeur... avec quelques autres propriétés...

Tableau de bord

  • Premier article le 27/03/2007
  • Modérateur depuis le 02/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 204 674 3720
1 mois 2 6 38
5 jours 1 0 3
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 21 21 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • GéraldCursoux GéraldCursoux 3 septembre 19:22

    Si on double la population, même si on arrête de gaspiller et devenus très vertueux, la pollution sera multipliée par 2 et plutôt par 3 pour que les 2 md d’individus rattrapent leur retard. Soyeux réalistes, la démographie est la cause de tout ! Et le système capitaliste en tire partie : la croissance est une nécessité et ce qui tire la croissance c’est la démographie ! Sans croissance le capitalisme s’effondre et on a des centaines de millions de chômeurs... Changer de système, personne ne dit comment. Seule Greta, la nouvelle Bernadette Soubirou, y croit ! 



  • GéraldCursoux GéraldCursoux 24 août 11:43

    @JL
    Totalement d’accord avec vous sur l’espace et le temps.
    Parler de déformation de l’espace-temps n’est-ce pas alors un peu farfelu puisque le temps n’existe pas ? (Albert, pardonne-moi.)
    Que la déformation de l’espace affecte le mouvement, cela est intuitif... et ça devrait suffire. Espace-mouvement ? why not, isn’t it !



  • GéraldCursoux GéraldCursoux 24 août 11:35

    On peut faire l’expérience intellectuelle d’un monde continu, comme Parménide, et en déduire qu’il n’y a ni espace ni temps, et que nos sens nous trompent. Mais s’il l’on s’en remet à nos sens, ce qui s’impose en observant l’univers, c’est qu’il est discontinu et que ses parties sont en mouvement, qu’elles se déplacent les uns par rapport aux autres. L’espace est ainsi une donnée immédiate : c’est là où il n’y a pas de matière.

    Il n’en est pas de même du temps qui est une dérivée du mouvement. En effet une notion s’impose à nos sens par l’observation, et à la raison par les concepts mathématiques que nous forgeons : la « Quantité de Mouvement ». Chaque corps possède sa propre quantité de mouvement qui est le produit de sa masse par sa vitesse de déplacement (MV). Cette vitesse nous l’exprimons par une mesure d’espace divisée par une mesure de temps, choisie arbitrairement. Ce qui introduit le temps t suivant une mesure arbitraire que nous déterminons pour le calcul.

    On peut donc en déduire que la notion de temps est incluse dans celle de mouvement, et qu’elle n’est qu’un artefact mathématique, et non une donnée de la nature, quelque chose faisant intrinsèquement parti de l’Univers comme la matière, l’énergie, la lumières etc. C’est nous, par nos calculs, qui l’introduisons, rien de plus.

    Le temps n’est donc pas une donnée immédiate comme l’espace, ni une donnée transcendante : c’est un Etre Mathématique que nous forgeons pour comprendre l’Univers. Et de là en faisons un postulat ?!



  • GéraldCursoux GéraldCursoux 24 août 11:32

    @HClAtom
    Le temps, un postula ?



  • GéraldCursoux GéraldCursoux 24 août 10:04

    Du temps

    On peut faire l’expérience intellectuelle d’un monde continu, comme Parménide, et en déduire qu’il n’y a ni espace ni temps, et que nos sens nous trompent. Mais s’il l’on s’en remet à nos sens, ce qui s’impose en observant l’univers, c’est qu’il est discontinu et que ses parties sont en mouvement, qu’elles se déplacent les uns par rapport aux autres. L’espace est ainsi une donnée immédiate : c’est là où il n’y a pas de matière.

    Il n’en est pas de même du temps qui est une dérivée du mouvement. En effet une notion s’impose à nos sens par l’observation, et à la raison par les concepts mathématiques que nous forgeons : la « Quantité de Mouvement ». Chaque corps possède sa propre quantité de mouvement qui est le produit de sa masse par sa vitesse de déplacement (MV). Cette vitesse nous l’exprimons par une mesure d’espace divisée par une mesure de temps, choisie arbitrairement. Ce qui introduit le temps t suivant une mesure arbitraire que nous déterminons pour le calcul.

    On peut donc en déduire que la notion de temps est incluse dans celle de mouvement, et qu’elle n’est qu’un artefact mathématique, et non une donnée de la nature, quelque chose faisant intrinsèquement parti de l’Univers comme la matière, l’énergie, la lumières etc. C’est nous, par nos calculs, qui l’introduisons, rien de plus.

    Le temps n’est donc pas une donnée immédiate comme l’espace, ni une donnée transcendante : c’est un Etre Mathématique que nous forgeons pour comprendre l’Univers.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès