• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gérard Dahan

Gérard Dahan

Docteur en psychosociologie, économiste, directeur d'un institut de sondage,
auteur de "La pression islamiste en France - Enquête sur l'organisation d'une politique d'influences", Tatamis, 2017, de "La manipulation par les sondages", l''Harmattan, 2014 et de plusieurs articles sur les processus de désinformation.

Tableau de bord

  • Premier article le 01/02/2007
  • Modérateur depuis le 31/10/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 38 223 2872
1 mois 1 8 40
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 26 13 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 31 décembre 2014 14:41

    "Il faut arrêter le foisonnement de l’idiotie : Le Front National n’est pas « Le PEN » ou sa fille « Marine » !

    S’il a fait le score que l’on sait et s’il compte des milliers d’adhérents et des millions de sympathisants c’est parce qu’il est un front national et il représente sans doute des milliers de familles, pas seulement « lui » et sa « fille » !!!« 

    Je suis d’accord avec vous, toutes les personnes votant Front National sont loin d’être des extrémistes et c’est bien ça le problème : bon nombre de gens ne se rendent pas compte pour qui ils votent.

    Depuis sa création, le FN avance masqué sans communiquer sur ses bases et ses fondemements idéologiques. Sans communiquer sur ses objectifs à terme après une éventuelle prise de pouvoir.

    Pour s’en rendre compte il n’est pas inutile de voir qui sont certains des proches de Marine Le Pen :
    comme Frédéric Chatillon, Ex dirigeant du GUD, ultra violent, parfois garde du corps du Marine Le Pen, PDG de la société RIWAL qui a fait fortune en éditant les tracts et autres affiches du FN et figure de ce qu’on appelle le »nationalisme révolutionnaire".

    Je vous conseille de faire un tour sur le site : http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/
    tenu par 2 journalistes qui se sont spécialisés sur l’actualité des droites extrêmes.
    ou de voir le reportage qui vient de passer sur Canal+ et qui fait le point sur la recrudescence de la violence de l’extrême droite et que vous pouvez trouver ici.
    https://www.youtube.com/watch?v=437dIDxz6cw



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 28 décembre 2014 16:23


    "La mondialisation est un cadre forgé par les Etats-Unis et structuré aussi bien économiquement que culturellement par l’hégémonie américaine.« 

    Ainsi donc, les USA auraient »inventé« le capitalisme et le libéralisme ?

    La tendance à la mondialisation des échanges est une tendance inhérente au capitalisme.
    C’est une des bases de toute formation économique. Je vous suggère donc de revoir la vôtre avant d’affirmer des âneries de façon péremptoire .

    Quand à l’impact du traité de Versailes et des indemités de guerre... Je vous conseille de relire mon article.
    Les indemnités de guerre ont été déterminantes dans l’hyperinflation de 1923-24, qui ont accrue dans la population Allemande le rejet du système financier et bancaire.
    Quand à la victoire du nationalisme socialisme, je pense avoir écrit :
     »Les changement de résultats s’opèrent entre mai 1928 où le parti fait 2,6% et septembre 1930 ou il passe à 19,2%. Entre ces deux dates, la crise de 1929 à déferlé et les alliances avec la droite ont porté leurs fruits."

    Si vous voulez faire un commentaire sur un article, commencez par le lire.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 26 décembre 2014 18:18

    Je ne réponds pas aux ânes.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 24 décembre 2014 11:32

    @ Fifi,

    Nous sommes d’accord sur les causes de la montée du FN
    Nous sommes d’accord sur la nécessité d’un rassemblement contre le FN
    Nous sommes d’accord sur son populisme et les dangers qu’il ferait courir à la France.

    Le FN avance des solutions dont il ne maîtrise pas les conséquences parce que sa problématique est la victoire politique pas la gestion de notre pays.

    Il est évident que la construction européenne s’est faite avec des erreurs importantes (acceptation de pays qui n’avaient pas le niveau suffisant (Grèce), d’autres qui ne faisaient de cette entrée qu’une opportunité d’aides (Pologne, Roumanie) sans en avoir l’esprit.
    Mais l’Europe s’en sortira unie (éventuellement avec une voilure réduite) où les pays qui la constituent, plongeront dans une crise majeure et seront dépecés.
    Je ne sais pas quelle est votre formation économique mais vous n’imaginez pas les conséquences d’une implosion de l’Euro.
    Les conséquences sont tellement difficiles à prévoir et complexes que très peu d’économistes essaient de s’y risquer et lorsqu’ils le font, l’exercice est périlleux.

    Les causes des délocalisations sont structurelles liées à la constitution des blocs économiques mondiaux et aux décalages existants entre ces blocs (décalages de coûts salariaux, décalages de législation...)
    Ce n’est pas, par le protectionnisme et en défaisant ce qui a été fait autour de l’Europe depuis plus de 40 ans, que vous résoudrez le problème de leur existence.
    En revanche, c’est de cette façon qu’il est possible de nous rediriger vers une reprises des tensions entre nations.

    La mondialisation des échanges est une évolution inexorable auquel il n’est pas possible d’échapper. Et apparemment cette mondialisation se fera dans le cadre d’une économie libérale.
    On peut simplement, par des mesures temporaires à l’image d’un « Buy European Act », en adoucir et faciliter la transition.

    L’Europe et la France doivent exploiter leurs forces.

    - Ces forces c’est un un gigantesque marché intérieur solvable qui fait rêver la planète.
    - C’est la possibilité d’une délocalisation strictement européenne en exploitant les différences de niveaux des pays européens. 
    - Ce sont des possibilités de mutualisation des compétences mises en oeuvre dans des domaines (Aéronotique, spatiaux...) où nous dominons le marché mondial.
    - C’est une monnaie qui, avant la crise de la zone Euro, commençait à grignoter la position dominante du dollar dans les échanges internationaux.

    C’est d’ailleurs ce danger extrêmement grave pour l’économie américaine qui vit à crédit, qui a parfaitement été perçu par ses dirigeants et qui a généré de leur part toute une série d’attaques spéculatives contre la zone Euro pour en détruire l’influence et la stabilité. C’est une des raisons importantes de la crise de la zone Euro.

    Mais cette crise peut n’être qu’un passage qui peut être surmonté. L’Europe politique fait peur à la planète compte tenue de son poids économique.
    Les nations Européennes doivent trouver leur place dans cette construction.

    Pour les économies européennes dominantes (France Allemagne) certains secteurs à faible valeur ajoutée doivent être abandonnés au profit de secteurs de services, de haute technologie à forte valeur ajoutée. A l’image des souffleurs de verre du 19ème siècle, nombre de secteurs économiques et de savoirs-faire ne peuvent pas renaître.

    L’Europe qui a toujours été un géant économique (de très loin la 1ère puissance économique mondiale ) est un nain politique et on peut penser qu’aujourd’hui, après une phase d’ attaques spéculative , c’est sur le plan politique que portent les attaques.

    Pour les autres blocs économiques, un géant économique qui n’a pas de pouvoir et d’unité politique, n’est qu’un gros gâteau qu’il est possible de dévorer à volonté.

    C’est peut-être ce que sera notre avenir, si nous abandonnons la traversée au milieu du guet.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 23 décembre 2014 13:18

    Merci de cet éclairage factuel.
    La politique libanaise n’est pas simple à comprendre.
    Cette prolongation des parlements en situation de crise, devient un classique
    qui confirme le blocage actuel du système parlementaire au Liban du fait de la recomposition
    du paysage politique.

    Le bloc du 14 mars, alliance hétéroclite, des partis sunnite de Rafic Hariri, druze de Walid Joumblatt, et maronite des phalanges d’Amine Gemayel avait gagné les élections de 2009. Leur prolongation sur 2 mandatures semble donc en leur faveur.

    La politique au Liban est une question de communautés avec pour principe, la maxime : l’ennemi de mon ennemi est mon ami.

    L’alliance en 2006 entre le CPL de Michel Aoun (parti chrétien maronite) et les mouvements Chiite (Hezbollah et mouvement Amal),semble une alliance de circonstance contre la montée démographique et politique des partis sunnites.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité