• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gérard Dahan

Gérard Dahan

Docteur en psychosociologie, économiste, directeur d'un institut de sondage,
auteur de "La pression islamiste en France - Enquête sur l'organisation d'une politique d'influences", Tatamis, 2017, de "La manipulation par les sondages", l''Harmattan, 2014 et de plusieurs articles sur les processus de désinformation.

Tableau de bord

  • Premier article le 01/02/2007
  • Modérateur depuis le 31/10/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 38 223 2873
1 mois 1 11 40
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 26 13 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 11 décembre 2013 16:06

    Merci de vos réactions et désolé des « remplacements » de mots par le correcteur et des formulations approximatives.
    Quelques réponses :

    @ Henri Diacono :
    - Il est possible qu’il s’agisse d’une évolution de façade, les « déclarations » peuvent souvent servir à « tester » une position avant de véritablement l’adopter. J’ai personnellement tendance à penser que nous assistons au désenclavement progressif de l’Iran, l’attraction des « marchés » permet d’être moins regardant en matière de politique.
    Ce que vous nommez « une démarche de faux culs » s’appelle également la diplomatie c’est-à-dire le fait d’adapter son discours à son interlocuteur.
    Sur votre autre remarque, loin de moi l’idée d’affirmer que la France est « noyée » sous les djihadistes, mais, il est pour moi évident que la communauté musulmane Française est l’objet depuis plusieurs années d’une pression importante qui s’exerce :
    - A travers les chaines satellites musulmanes
    - A travers ses institutions représentatives Française
    - Dans bon nombre de mosquées et les centres de formation des imams.
    Sur ce sujet, je vous invite à lire mon précédent article sur la stratégie des Frères Musulmans.

    @ Valas et Agent Orange :
    Je reconnais que ma phrase est mal formulée, je vais essayer de mieux m’expliquer.
    Vous n’ignorez pas que depuis la création de l’Arabie Saoudite en 1924, les USA sont le garant militaire de la stabilité de la domination des Saouds.
    Cependant, l’Arabie Saoudite a considérablement financé les mouvements djihadistes et notamment avant le 11 septembre 2001. Sur 19 Pirates identifiés, 15 étaient Saoudiens, ce qui lui a valu non seulement nombre de suspicions, mais également une tension certaine avec son protecteur.

    Dès lors, après le 11 septembre, l’Arabie Saoudite, a été beaucoup plus vigilante sur les bénéficiaires de ses largesses et sur leur utilisation :
    - Les manuels scolaires Saoudiens ont été révisés et des passages encourageant le djihad et pourfendant les impies ont été supprimés.
    - de 2003 à 2006, on a assisté à une vague d’attentats d’Al Qaida, mais le réseau terroriste a été durement combattu par les Saoudiens.
    - Ils ont après 2006 mis en place un programme réhabilitation des extrémistes arrêtés dans le royaume ou à l’étranger.
    - En avril 2010, une conférence rassemblant des oulémas du monde entier à Médine a dénoncé « le terrorisme » et appelé les extrémistes à abandonner la violence.

    Bref, le 11 septembre 2011 a été perçu par l’Arabie Saoudite comme un évènement menaçant sa propre stabilité politique et depuis, celle-ci s’est « redirigée » vers le Salafisme c’est-à-dire vers une version « en principe » non politique de l’Islam radical.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 12 novembre 2013 19:27


    Sur le mot « Internationale », je ne vois pas dans les individualités ou les communautés juives dispersées de par le monde, une quelconque stratégie une idéologie ou un objectif politique unique qui puisse vous permettre de parler « d’internationale ».
    Vous avez l’impression que les boudhistes sont une internationale ?

    Sur la notion de « victimisation permanente », il est clair que les minorités ont toujours été utilisées dans l’histoire, comme des boucs émissaires et des alibis. Dans toutes les guerres, les minorités - en général- payent un lourd prix. Et de ce point de vue, les juifs ont payé plus que leur part. Mais il n’y a pas qu’eux, revoyez-donc la Saint Barthélémy.

    Enfin, je suis surtout un économiste qui pensent que l’Etat d’Israël est, dans cette partie du monde, un moteur économique, dans une région qui en manque cruellement.
    Je n’ai pas de solution miracle à ce conflit, mais je pense que la croissance économique, l’accès au progrès et au confort peut-être une valeur qui peut rassembler et être partagée...

    La misère conduit au conflit, mais la prospérité l’en éloigne.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 5 novembre 2013 11:31

    Merci de vos commentaires.
    Mon propos n’a jamais été de soutenir une quelconque xénophobie ou une mise en accusation de la communauté musulmane.
    En revanche, je travaille depuis plus de 30 ans sur la désinformation et la manipulation de masse.

    La confrérie des Frères Musulmans me semble caractéristique de ces deux phénomènes avec une dimension internationale qui est - somme toute - assez mal connue.

    Quelques réponses :

    @ Saint Just :
    Je l’ai déjà dit, ces informations sont disponibles et vérifiables sur le web, il suffit de les chercher et d’y passer un peu de temps. Mais il est peut-être plus simple pour vous d’accuser d’esprit partisan...

    @Henri Diacono
    Oui, je le reconnais l’article est long, ayant fait des recherches sur plus de 12 pays, et les filiations avec les Frères Musulmans étant parfois embrouillées, il est dans certains cas difficile de faire court...

    @ jack mandon
    De fait, les « islamistes » et notamment les Frères Musulmans ont « récupéré » les bénéfices du printemps 2011 auquel ils n’avaient pas participé.
    Les Egyptiens comme les Tunisiens sont aujourd’hui largement revenus de leur gestion catastrophique, mais l’influence de la propagande islamiste sur la radicalisation religieuse des communautés musulmanes
    et notamment Française (par le biais notamment des chaînes satellites religieuses) n’a- jusqu’à présent - jamais été véritablement évaluée...



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 2 novembre 2013 16:08

    Merci de vos remarques. Je suis conscient de l’imperfection (et des fautes) de cet article.

    Je ne suis pas un spécialiste des Frères Musulmans, juste un observateur averti du printemps arabe et de ses suites.

    Je voulais partager mon étonnement devant la découverte de l’étendue de l’implantation et de l’influence des Frères Musulmans dans une multitude de pays. Toutes ces informations sont disponibles sur le web, mais leur juxtaposition à de quoi effrayer devant ce qui paraît clairement (ce dont ne se cachent pas les Frères Musulmans) une stratégie de « réislamisation » du monde musulman.

    Par ailleurs, certains des leaders de cette mouvance comme Youssef al-Qardaoui ou les Frères Ramadan, expliquent clairement quelles sont les étapes de la création d’un lobby politique islamique et les procédure pour parvenir à la modification de la législation des pays d’Europe.

    J’espère sans trop le croire, qu’ils sont dans un rêve de toute puissance...



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 2 novembre 2013 11:11

    Si je déplore - comme vous - la disparition progressive des librairies, je ne suis pas d’accord avec vous pour la mettre sur le dos du recul de la lecture, mais plutôt sur celui du recul d’un mode de distribution et de commercialisation.

    Si dans les années 80 on pouvait faire le procès de la télévision comme ayant fait reculer la lecture, l’avènement de l’Internet à lui - au contraire - remis les Français (et les autres) à la lecture. Qu’on le veuille ou non, un article Internet, un forum, ou un mail passe par la lecture et aussi quelquefois par l’écriture.

    Ce n’est pas le médium de communication qui change (l’écrit), c’est le support : le livre papier.
    Et l’écrit comme tout produit dématérialisable est l’un de ceux qui se prête le mieux au transfert sur Internet et sur le web. Tous les journaux qui ont crée une version web ont compris cette évolution et amorcée leur conversion.

    On peut le regretter, mais comme le rappelait Mac Luhan, la domination progressive d’un support (le virtuel) ne fait pas pour autant disparaître les précédents (le papier), ils se juxtaposent. L’enregistrement de la voix n’a pas fait disparaître l’écrit.

    Oui, les librairies disparaissent comme ont disparu les photographes dans les années 90, laminés par le numérique ou comme au début du 19ème siècle ont disparu des milliers de souffleurs de verre.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité