• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gérard Dahan

Gérard Dahan

Docteur en psychosociologie, économiste, directeur d'un institut de sondage,
auteur de "La pression islamiste en France - Enquête sur l'organisation d'une politique d'influences", Tatamis, 2017, de "La manipulation par les sondages", l''Harmattan, 2014 et de plusieurs articles sur les processus de désinformation.

Tableau de bord

  • Premier article le 01/02/2007
  • Modérateur depuis le 31/10/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 26 125 1485
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 22 12 10
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 9 mars 2016 13:02

    « Tout à fait. et c’est le rôle des religions depuis tout le temps : de faire du corps social un corps. »

    Admettons. (Vous vous avez fait de la sociologie pour utiliser des termes comme « corps social ».
    La religion va souder le corps social.
    Voyez vous Phil ce qui pose problème dans vos affirmations c’est l’intolérance.
    Et que fait-on des gens d’une autre religion ? On les exclut ? On les infériorise ? Vous voulez réintroduire la dhimmitude ? Vous voulez les convertir ?
    C’est tout le problème de l’islam. Depuis des siècles, les musulmans ont l’habitude de vivre dans des pays où leur religion est dominante. Dans l’islam de France, pour la 1ère fois, une forte communauté musulmane vit dans une situation de minorité. Et forcément, il faut composer.

    La société dans laquelle nous vivons sera forcément de plus en plus mixte, c’est une tendance lourde. Et que fait l’islam ? Il cherche à s’isoler et à exclure... Mauvaise tendance.
    L’islam doit se réformer face à la modernité où il suivra la même courbe de désafection qu’a suivie le chistianisme qui n’a pas non plus voulu se réformer.
    Combien de temps (en terme de temps social, c’est à dire en terme de siècles) croyez vous que l’islam pourra tenir face à de telles contradictions ?
    Nous ne sommes plus au temps de l’isolement. Nous vivons à l’ère de l’Internet et les jeunes femmes musulmanes voient la liberté dont jouissent les autres femmes.

    Je sais... « Le culte de la liberté », vous avez raison, c’est un culte et une tendance lourde du capitalisme (je suis sur que vous connaissez le classique de Max Weber).
    Je vous laisse la responsabilité de votre phrase « la liberté est source de biens des crimes »
    Comme je vous l’ai déjà dit Phil c’est un appel à la dictature religieuse et ça ne sent pas bon.


    DE toute façon on ne peut que constater l’échec de l’idéologie moderne en terme d’éducation.
    Avez vous lu Jeunesse et Genèse du Nazisme de Mme Georgette Mouton ?
     
    La liberté est source de bien des crimes.

    C’est une affirmation gratuite de votre part.
    Non je ne connais pas le livre que vous citez ; j’ai été voir. Ça a l’air vraiment très bête ; ce qu’on fait de pire en matière de fausse psychologisation.
    Sur le sujet, je vous conseille plutôt le grand classique de Serge Tchakhotine « Le viol des foules par la propagande politique » ecrit si ma mémoire est bonne dans les années 30.

    Vous pouvez lire aussi (mais c’est bien moins talentueux) l’article que j’ai écrit sur les invariants de l’extréme droite qui fait un parallèle entre les contextes de la montée du nazisme et celle du FN.

    PS : je suis curieux de ce que vous faites l’un et l’autre (vous savez ce que je fais) ; à vous de voir ce qui peut être dit en public.

    Cordialement



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 9 mars 2016 12:18

    Tout d’abord merci à tous les deux, Philouie et thomas abarnou.
    On peut ne pas être d’accord et discuter tout en restant cordial et courtois.
    Et c’est ce que nous faisons. Merci.
    C’est d’ailleurs en discutant cordialement qu’on peut parfois avancer dans ses conceptions

    @Thomas
    Comme vous le savez probablement le taux de fécondité des pays suit une courbe qui est à peu près toujours la même.
    Les taux de fécondité élevés sont constatés dans les pays pauvres.
    En revanche, quelle que soit la religion et la région, dès que le niveau de revenus s’améliore, on obtient des taux de fécondité compris entre 2 et 3 enfants par femme.
    Multifactoriel ? Pas vraiment. Le niveau de vie à lui seul est un déterminant majeur.

    @ Philouie
    Vous vous en doutez, nous divergeons totalement.

    « out a fait et ce n’est pas ce qu’ils trouveront à l’école où ils ne seront que des objets sociaux. »

    Mais il n’ont pas à l’avoir à l’école. Ils l’ont à la maison et c’est le fait de se sentir aimé par ses parents qui est déterminant. Nous ne vivons pas dans un monde d’anges. Il est important d’habituer ses enfants à ce qu’est la réalité.
    Savez-vous Phil (je me permet ce diminutif) ce qui provoque la crise d’adolescence ?
    C’est lorsque les adolescents qui grandissent se rendent compte qu’on leur a menti et que le monde n’est pas comme vous leur avez décrit lorsqu’ils était petits.

    A votre avis, croyez-vous que toutes les jeunes femmes et jeunes filles musulmanes ont eu le sentiment d’être aimée par leur père et ont confiance en elles ? Je ne pense pas. Elles se sont senties niées...

    « (l’éducation)
    Elle est également éducative de sorte qu’il faille éduquer les éducateurs.
    Et c’est le rôle de la religion. »

    L’éducatiion que vous transmettez conduit à des tensions internes (face au monde qui est le notre comme le votre) qui seront de plus en plus fortes. Les femmes se révolteront forcément.
    Même un Frères musulman comme Al Quardawi prône une plus grande égalité.

    Je suis un passionné de prospective et un observateur de l’islam depuis de longues années.
    Si l’islam ne se reforme pas (comme le catholicisme ne l’a pas fait non plus pendant de longues années), on peut penser qu’il suivra à terme (nous parlons ici de centaines d’années) la même courbe de désaffection.
    C’est presque mathématique.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 8 mars 2016 15:55

    @ Philouie

    L’égalité hommes/femmes est une aliénation construite par le système marchand :

    « Sauf que la réalité c’est que les femmes qui voudraient rester à la maison pour élever leur enfants sont obligé d’aller au boulot pour payer le crédit de la maison.
    Votre liberté n’est que l’aliénation au monde marchand et a ses illusions. »

    Le système marchand, les pays musulmans s’y vautre.
    L’Arabie Saoudite pratique un capitalisme ultra-libéral basé sur une exploitation phénoménale de travailleurs pauvres étrangers (souvent indiens, Soudanais, Yéménites...).

    Historiquement, l’égalité homme-femmes n’a été possible qu’à partir du moment où les femmes se sont dégagées de la dépendance économique des hommes. L’aliénation, c’est la dépendance économique.

    Le diktat de la liberté :

     »Vous faites de la liberté l’alpha et l’oméga de la vie sociale. Chacun fait ce qu’il lui plait et peu importe qu’il fasse mal et tant pis pour les générations futures.
    Pourtant nous avons un intérêt commun à bien élever nos enfants, mais bon, les affaires étant ce qu’elles sont il vaut mieux envoyer les femmes bosser plutôt qu’elles fassent l’effort de bien s’occuper de leurs enfants.">
    Si on vous suit, la liberté individuelle entraînerait des dérives que la religion se doit de contrôler. Nous ne sommes pas suffisamment murs.
    L’argument de toute les dictatures. Que puis-je rajouter à ça ?
    La votre est religieuse.



  • Gérard Dahan Gérard Dahan 8 mars 2016 15:53

    @ Philouie

    J’ai évité de m’immiscer dans vos débats où beaucoup de bétises ont été dites.
    Vos positions sont sociologiquement fausses.

     

    La dictature de la reproduction

    Vous semblez faire de la reproduction une forme de dictature qui serait « surdéterminante » de nos comportement. En bref, à vous lire, il faudrait obliger les hommes à se reproduire.
    La dictature à toujours déclenché son reflet à savoir la violence.
    Toujours est-il qu’en France, nous sommes un des rares pays occidental à ne pas chuter démographiquement. L’immigration n’y est d’ailleurs pas étrangère.

     

    Au fait, connaissez-vous l’indice de fécondité en Arabie Saoudite temple de l’islam véritable ?
    2,26 enfants par femme en 2014. Somme toute, très faible puisqu’à peine supérieur au notre (2,08).
    En gros, le pays qui donne des conseils à l’ensemble du monde musulman ne les suit pas lui même .

     

     

    Votre  anti-fémininisme :

    « Aujourd’hui cette idéologie féministe entraine que les enfants sont mis en crèches à trois mois et à l’école à trois ans, créant à leur encontre une violence qui s’exprimera plus tard dans la vie sociale : la pais du monde passe par les bras des mères. le féminisme détruit l’idéal de maternité et conduit à un monde de plus en plus violent. »

    Sur les enfants, ne vous improvisez pas psychopédagogue. C’est le contraire qui se produit. La socialisation des tout jeunes enfants dans les maternelles conduit au contraire à une meilleure sociabilité et une plus grande aisance dans les relations. Nos enfants ont besoin de se sentir aimé (c’est ce qui construit la confiance en soi), mais ils ont aussi besoin de se confronter et de se construire face à l’autre.
    Cette absence de construction face à l’autre débouche sur le « sentiment de toute puissance » dont souffrent bon nombre d’hommes musulmans.

     




  • Gérard Dahan Gérard Dahan 6 mars 2016 18:10

    @Taïké Eilée

    Sincèrement bravo pour votre article et pour vos analyses. C’est brillant, complet et pertinent.
    On aimerait voir quelqu’un avec un tel discours dans un « C dans l’air »...
    En revanche, comme vous le soulignez, pas une ligne dans les médias nationaux sur l’article de Robert Kennedy Jr, pour ne pas parler du votre.
    Bravo.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès