• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gil Genappe

Journaliste free-lance en Belgique, correspondant de plusieurs journaux européens, j’enquête sur des sujets décalés en rapport avec l’actualité économique, la santé et le développement durable.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/04/2008
  • Modérateur depuis le 28/05/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 35 17 347
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 13 13 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Gil Genappe 27 août 2008 18:41

    Cher monsieur le lecteur,

    Je prend acte de votre commentaire que je juge infiniment respectable (sauf en ce qui concerne l’accusation de ne pas avoir vérifié. N’étant pas dans l’avion, j’ai repris le témoignage d’un passager dans une source digne de foi, que je cite d’ailleurs).

    Ceci étant, à propos du pilote : vous avez parfaitement raison, ce n’est pas au pilote de se préoccuper des passagers (je n’ai d’ailleurs rien écrit de tel), mais bien au personnel de cabine. Avant de mettre leur masque, ils auraient dû rassurer les passagers et venir en aide à ceux qui ne parvenaient pas à les faire fonctionner. C’est leur job. 

    Pour la remarque concernant l’argent et la pub : je ne suis pas payé pour publier sur Agoravox et le faisant sous un pseudo, je ne me fais aucune pub. Il faut savoir de quoi on parle.

    Enfin, pour la fiche de sécurité, j’imagine la scène : l’avion plonge dans un bruit d’enfer, traversé par un courant d’air polaire ; les oreilles bourdonnantes, les passagers attrappent placidement le mode d’emploi dans le dossier du siège et se mettent à l’étudier attentivement. Et quand le masque tombe devant leur nez, ils cessent de respirer en attendant que l’appareil le fasse à leur place. Bon sang, mais c’est bien sûr !

    Ce qui ressort de tout ceci, c’est que cet incident donne du crédit à ceux qui affirment, images à l’appui, que dans certaines compagnies, le personnel est davantage formé à vendre qu’à réagir en cas d’imprévu. CQFD.



  • Gil Genappe 3 août 2008 10:15

    Lyon-Venise via Stansted, ça fait combien de litre de kérosène ?



  • Gil Genappe 3 août 2008 10:14

    Cher lecteur,

    Vous me traitez de "penseur en chambre" (il m’arrive en effet d’y penser) mais ce que vous dites des crânes d’oeuf parisiens va exactement dans le même sens... Quant aux exemples que vous citez, ces régions sont très bien desservies par le réseau ferroviaire (TGV et TER), qui ne pollue pas, ne consomme pas d’énergie fossile et s’avère donc compatible avec le développement durable qui sera notre modèle futur. Je prends le pari que dans 10 ou 15 ans, il n’y aura plus de lignes aériennes intérieures en France, ni même entre la France et la Grande-Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne.



  • Gil Genappe 3 août 2008 10:05

    Une erreur s’est glissée dans mon article : ce sont 3,8 millions que Ryanair s’est vu contraint de rembourser à Charleroi, et non 3,8 milliards(!). Le lecteur attentif aura rectifié de lui-même...



  • Gil Genappe 3 août 2008 09:57

    Cher Monsieur,

    Puis-je vous faire simplement remarquer que ce n’est pas Ryanair que vous devez remercier, mais l’ensemble des contribuables bretons qui ont payé la différence entre le coût réel de votre voyage personnel et celui que vous avez payé. Si chacun fait payer ses déplacements par la collectivité, je ne donne pas cher de notre avenir commun. Bien sûr que tous ceux qui veulent voyager et ont l’occasion de le faire pour une bouchée de pain trouvent le "modèle Ryanair" séduisant. Croyez-vous que la vie sera plus belle s’il y a 5 aéroports internationaux en Bretagne ? L’objectivité incite à reconnaître que ce modèle n’est pas viable à terme, ni sur le plan social, ni sur le plan économique ni sur le plan environnemental, comme je l’ai déjà démontré dans divers articles parus dans la presse belge et luxembourgeoise - en m’appuyant sur des études scientifiques d’une valeur incontestable. Au plaisir de vous en donner les références.







Palmarès