• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gilles CAYE

Banquier durant les années 90 et investisseur indépendant depuis 2001, Gilles CAYE est l’auteur d’ouvrages pédagogiques :
- "j’apprends la bourse à ma mère", 3 ème Ed, ESKA, préf.J-P.GAILLARD
- "Mini-Guide de la Bourse", ESKA,
et oeuvre activement à la diffusion des savoirs et connaissances en "économie-bourse-finance". Il est le fondateur et l’animateur de :
  www.apprendrelabourse.org

Tableau de bord

  • Premier article le 19/01/2007
  • Modérateur depuis le 24/05/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 6 16 93
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique









Derniers commentaires



  • Gilles CAYE 8 mai 2008 14:03

    Ne soyez pas désolé, je comprends assez votre remarque

    Les lecteurs sont très souvent habitués aux points de vue, aux avis, aux explications, aux projections, aux scénarios, aux polémiques interminables sur ces sujets...

    mais quid de l’information en termes de données factuelles qui permettent d’asseoir une compréhension, un raisonnement, un avis et éventuellement des décisions ?

    Ces données concernent tout le monde, vous pouvez les saisir pour vous faire votre propre avis et pour votre bien propre. C’est à vous de décider

    Les avis vous libèrent des chiffres mais vous informent -ils ? Les chiffres vous permettent de constuire le vôtre et rien n’empêche de lire ceux qui circulent .. vous les comprendrez d’autant mieux en étant peut être un peu plus libre



  • Gilles CAYE 8 mai 2008 12:40

    A qui vous adressez-vous ? A des particuliers ou des professionnels ?

    Votre remarque / question est intéressante. Pensez vous qu’il faille donner une information pour les pros et une autre remaniée pour les particuliers ? C’est une des grandes questions dans le traitement des sujets des domaines ’bourse-finance-économie’ comme si le CAC 40 et le Dow Jones s’arrêtaient d’une façon pour les uns et d’une autre pour les particuliers... assez étrange comme raisonnement. On est susceptible de dire certaines choses à certains mais pas à la majorité ? Etonnant...

    Ce n’est pas du tout l’optique développé sur le site apprendrelabourse.org dont cet article est issu et qui correspond à une news quotidienne de fin de journée, parmi de nombreuses autres rubriques pour apprendre et comprendre la bourse en temps (quasi) réel, se former et décider.

    Les particuliers sont tout à fait aptes et même très intéressés à recevoir l’information telle qu’elle se déroule concrètement et n’ont pas forcément besoin qu’on leur dise quoi penser. C’est aussi en recevant jour après jour des informations à la manière des pros qu’ils arriveront à s’incrire concrètement dans le bain des marchés financiers pour mieux les comprendre. Nous fournissons des éléments pour que chacun puisse se former en parallèle et pour décider mais sans l’intéraction avec le réel et la vie des marchés concrète au jour le jour, les formations restent très théoriques et perdent largement en efficacité

    A force de distinction pro/particulier et de lutte de pouvoirs médiatiques pour s’arroger l’essentiel de "l’explication" sur tel ou tel sujet économique, les particuliers sont perdus concernant ces sujets. L’inflation est forte pour un expert, un pic temporaire pour un autre etc.. ici chacun peut s’appuyer jour après jour sur une multitiude de données précises.

    Nous essayons de donner la possibilité à tout un chacun de se faire sa propre opinion et de se former concrètement au domaine au plus près de la réalité du terrain.

    A des gens qui investissent pour le long terme ou le court terme ?

    De même, trader ou investisseur à long terme, ce n’est pas à nous de dire quoi faire mais d’aider chacun à trouver son profil et à lui amener les techniques, approches et aides à la décision propres à l’aider efficacement et investir en connaissance de cause

    C’est une part du chemin pour devenir autonome en terme de compréhension et de décision..

     

     

     



  • Gilles CAYE 20 janvier 2007 00:06

    fin de règne> bien vu..ça ressemble un peu au début de la passation de pouvoir entre la livre sterling et le dollar il y a un siècle d’une certaine façon



  • Gilles CAYE 19 janvier 2007 23:50

    le système de l’hypothèque rechargeable > oui pourquoi pas ..mais ce peut être aussi un système qui bien utilisé apporte à certains pour différents objectifs une contribution positive dans la gestion de leur patrimoine.

    Ce n’est pas parce que dans une lointaine contrée on se tape sur les doigts avec les marteaux qu’il faut forcément les interdire dans nos magasins de bricolage smiley

    Encore une fois, bien expliqué et bien utilisé l’inventivité économique dès lors qu’elle ne se généralise pas en mode ou folie quelconque peut avoir des bienfaits.



  • Gilles CAYE 19 janvier 2007 23:42

    Visiblement vous vous êtes documenté et les éléments que vous apportez sur la vue globale de la création de monnaie et de l’encaisse sont les bons. Votre raisonnement ensuite ne tient plus car vous passez de la globalité du système à un cas particulier, une banque pouvant tout à fait faire appel au marché pour faire crédit, prendre sur ses ressources propres ou sur les avoirs des déposants ainsi redistribués suivant qu’elle est prêteuse ou emprûnteuse dans la globalité de ses opérations. D’autre part, si on vous prête pour acheter une maison, le vendeur de cette maison a reçu cette monnaie dont il dispose et qui est parti dans le système économique en épargne ou en consommation. Votre banquier encaisse une perte avec vous en cas de non remboursement qu’il ne peut pas passer à 0 (ou dans le néant comme vous l’entendez) tant qu’il n’a pas en contrepartie la somme donnée à l’origine en retour. Il annule une dette mais n’annule pas la création de monnaie engendrée. Il faudrait faire toute l’opération à l’envers (ce qu’il fera avec une saisie sur le bien) pour ce récupérer...sinon le coût de la perte sera converti en un coût du risque donc un taux d’intérêt supérieur aux futurs clients pour se récupérer voire à un arrêt de certains prêts pour juguler le foyer de perte. C’est encore toute l’histoire de l’article. La dette contractée auprès de la banque centrale, du marché ou d’un de ses déposants sera toujours exigible et il faudrait que tout le monde annule son écriture. Le système ne vaudrait plus rien. C’est la base de la confiance qui serait détruite. Permettre de ne pas rembourser, c’est le plus sûr moyen qu’il n’y ait plus de prêt du tout ou à des conditions folles en terme de taux et de garantie. De la mauvaise dette qui détruit la monnaie et les actifs...c’est encore l’histoire de l’article


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité