• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Goldy

Goldy

Musicien amateur et changeur de monde professionnel.
Auteur et animateur du podcast d’information des loisirs japonais, nipponactu.net.

Tableau de bord

  • Premier article le 21/02/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 78 26
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Goldy Goldy 2 juin 2007 07:43

    Désolé, mais je vais vous faire déchanter, déjà propriétaire et non-free c’est exactement la même chose (dans ubuntu comme dans debian il y a un dépôt non-free pour tout ce qui n’est pas sous licence libre), je suis en train de regarder un petit peu les paquets non libre présents chez debian. Et on trouve quand même quelques perles de codes proprios, au delà de tout un tas de driver et d’un paquet de librairies, on trouve google earth, le plug-in flash, les versions non-libre de java, et du coté de jeux y’a aussi un paquets de truc proprio, en gros, c’est quasiment la même chose que sur ubuntu (acroread en plus et un script d’installation de realplayer). Et donc oui, ces paquets sont disponible dans synaptic aussi bien sur debian que sur ubuntu si on prends la peine d’activer les dépôts. Ubuntu comme Debian peuvent très bien fonctionner sans aucun de ces paquets proprios, mais alors certaines fonctionnalités ne seront pas accessibles.

    Pour ce qui est du financement, pour la petite histoire, Mark Shuttleworth à créé ubuntu via la société Canonical, il a créé cette société dans le but de développer cette distribution, en ça, on pourrait dire qu’ubuntu est une distribution commerciale, je le conçois. Mais pour ce qui est du financement, il faut bien comprendre que c’est l’affaire d’un seul homme qui a voulu créer cette distribution, c’est très différent des financements d’entreprises comme novel ou mandriva dont le but est clairement lucratif, Canonical n’a qu’un seul but, celui de développer la meilleur distribution GNU/Linux qui soit. Mark Shuttleworth n’a pas caché envisager rendre Canonical rentable sur le long terme, en faisant du service auprès des professionnels, mais pour ma part, j’ai pleinement confiance en ces intentions, et qui veut donner à Canonical pour aider au développement d’ubuntu peut le faire, en ça, ce n’est pas un problème.

    Canonical rends également service au développement du libre en général via sa plate-forme de développement LaunchPad.

    Enfin, je comprends votre point de vu sur le financement, c’est vrai qu’il y a des divergences entre Debian et Ubuntu, mais si Debian à décidé de ne pas répondre des pressions de ces donateurs et de se baser entièrement sur une philosophie, je pense sincèrement que c’est la même chose pour Ubuntu. Mark Shuttleworth a pris des engagements qui sont, à mon avis, aussi fort que ceux de Debian.



  • Goldy Goldy 1er juin 2007 20:23

    Bah à vous lire, je pense encore que vous faites fausse route sur le compte d’ubuntu et que vous le confondez aisément avec mandriva.

    Vous parlez par exemple des applications par défauts, vous parlez de realplayer et acrobat reader qui serait par défaut, ceci est je crois le cas de mandriva, mais en aucun cas d’ubuntu, le bureau gnome a bien par défaut totem et rythmebox comme lecteurs par défaut, ainsi que evince pour les fichiers pdf. Et je le répète, mais l’objectif d’ubuntu est de devenir une distribution 100% libre pour sa prochaine version, pas une ligne de code proprio dans les distributions, mais uniquement dans les dépots réservés qu’il faudra activer soit-même. Bref, je vous suis aisément dans votre approche sur le logiciel libre et je partage votre opinion, mais de grâce, ne voyez pas Ubuntu comme étant une distrib qui cherche à s’éloigner du modèle de debian à tout prix et se tournant vers le propriétaire comme le fait mandriva. Et comme vous le dites si bien, free ne veut pas dire que gratuit, il veut aussi dire libre.

    J’ajouterai une autre précision à votre premier commentaire sur les CC (creative commons), vous dites que c’est devenu un bordel juridique, or la creative commons est la licence culturelle libre la plus simple et la plus utilisé aujourd’hui, elle définit les choix de l’auteur selon 3 critères bien définit et est compatible avec les licences libres (pour la liberté de redistribution). Pour une copie de la GPL version culture, il existe la licence art libre, mais elle a très peu de succès car on oublie assez souvent qu’une oeuvre culturelle, c’est pas un logiciel (ça n’a rien de fonctionelle une chanson), enfin je m’égare.

    Pour ce qui concerne votre rapport à la politique, je suis sensiblement d’accord avec votre vision des choses.



  • Goldy Goldy 31 mai 2007 15:47

    Excusez moi, mais je pense que vous faite vraiment erreur sur le compte d’ubuntu. Je suis moi-même utilisateur d’ubuntu depuis un an maintenant.

    Ubuntu n’intègre par défaut actuellement que très peu de contenus propriétaires à l’installation, et il ne s’agit que de drivers, ce que vous dites est donc faux. Tout les logiciels propriétaires sont disponibles dans des dépots qu’il faut activer soit-même après l’installation du système, de plus, il est prévu pour la prochaine version d’ubuntu de se débarrasser de la totalité des drivers propriétaires à l’installation du système grâce à un nouveau module de gestions de drivers qui est présent dans la version actuelle.

    Je ne comprends vraiment pas les libristes extrémistes comme vous qui crachent sur des projets dès que celui-ci permet au moindre petit bout de code proprio peut être exécuter dessus... Ubuntu est une chance pour GNU/Linux, la chance de voir enfin des desktops booter sur un noyaux linux que sur un vista ou même un mac. smiley



  • Goldy Goldy 22 mai 2007 15:37

    C’est depuis la vague blogosphère que des gens ont commencé à utiliser leur véritable patronyme sur internet plutôt que des pseudonymes comme il était d’usage de le faire auparavant. J’ai été très surpris de voir cette communauté se former avec l’usage des véritables patronymes sans aucun outils permettant de justifier l’identité de chacun, alors que cette pratique existe déjà depuis longtemps dans le monde du logiciel libre, et les gens utilisent des signatures pgp dans leurs correspondances pour des raisons de sécurités évidentes.



  • Goldy Goldy 4 mai 2007 16:38

    Une des premières dérives du web 2.0 a été l’utilisation de son vrai patronyme pour ses échanges ouverts sur internet sans utilisé de signature numérique. Il existe des technologie bien meilleurs que le digital ID qui centralise les informations nominatives (ce qui est pas forcément mieux). La signature numérique, par clé pgp, existe depuis longtemps, mais est étrangement peu utilisée, c’est pourtant une technologie qui a fait ses preuves, qui est infalsifiable, qui est ouverte, et dont les outils existent pour simplifier son utilisation.

    Elle est utilisé par exemple dans le domaine du logiciel libre, elle permet de certifier l’identité des participants aux projets pour réduire les risques de détournements et de piratages.

    Le problème du web 2.0, c’est encore et toujours des gens qui veulent utiliser un outils (l’internet) sans en connaitre son fonctionnement et les précautions à prendre afin de l’utiliser en toute sécurité, c’est de toute façon une dérive plus générale de l’informatique moderne.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité