• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

HELIOS

HELIOS

Soixant’huitard... c’est à dire humaniste avant tout !
Arrivé à la fin de mes obligations strictement professionnelles je continue mes engagements que je vais défendre bec et ongles.
Je ne renie en rien ni mon monde ni mon histoire que je dois à mes enfants, en souvenir de nos parents qui nous ont offert le sacrifice suprême de leur vie.
J'apporterai la compréhension et la sérénité dans ma participation expérimentée sans laisser aux opportunistes comme aux irresponsables le loisir de nous imposer leurs raccourcis dogmatiques.
Il n'y a pas de valeurs obsolètes, il n'y a que respect pour la Maison que nous partageons.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 10/09/2008
  • Modérateur depuis le 19/09/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 8654 133
1 mois 0 16 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 82 63 19
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • HELIOS HELIOS 6 juin 2007 12:29

    Deux de mes filles ont effectué au moins un semestre dans le cadre Erasmus (a Cork, IRL et a Wellington, NZ)...

    Je confirme, hélas, ce que vous dites. La qualité des enseignements est simplement la même que chez nous, au variantes organisationnelles prés. Sur ce point de vue il n’y a aucun intéret... par contre il faut evidement reconnaitre que c’est une formidable opportunité culturelle que de pouvoir profiter de cette mobilité.

    Là ou le bât blesse est dans la manière dont la France defend sa langue. Je ne vous rapellerais pas comment grace à Canal plus, toutes les chaines de télévisions francophones sont payantes sur les satellites alors que les chaines anglophones sont libres... la diffusion de la langue passe aussi par là. Nous avons abdiqué grace a quelques entreprises voraces et bien introduites

    Les bonnes mesures prisent en leur temps (mode d’emploi obligatoire en français) se meurent !

    Des gens, peu attaché à leur culture, pensent que defendre le français est un combat d’arriere garde. Il sont heureux de publier en anglais en pensant à la notoriété (possible) de leur contribution... ils oublient seulement que c’est la qualité de leur produit plutôt que la langue qui fait fait cette qualité !

    Ce ne sont pas les seul à se tromper de cible. l’ouverture espérée ne se fera pas, et c’est en defendant bec et ongle notre langue qu’on ameliorera la qualité et le rayonnement de nos travaux.

    Il est un autre aspect sur lequel il faut aussi se battre. Les entreprises exigent trés souvent une maitrise de l’anglais a leurs futurs salariés, alors qu’aucune bonne raison ne le justifie si ce n’est de « lire » quelques mots sur des catalogues. Sauf raison motivée, ceci devrait être considéré comme une discrimination majeure à l’embauche et traitée comme telle ! En France, on parle et on travaille en français.

    Pourquoi devrions nous faire l’effort de faire en anglais, ce que les anglophones ne font pas en français ?

    Merci pour votre article.



  • HELIOS HELIOS 5 juin 2007 17:34

    En fait, et pour résumer, le vrai problème ne réside pas dans la perception sociale de la secu (solidarité nationale contre gestion économique du problème) mais dans l’equilibre économique que cela suppose.

    Donc, en clair, est-ce que la secu « solidaire » actuelle est elle plus chère qu’une secu privée gérée par des entreprises ?

    Affinons le calcul... en supposant que le prix des soins et des medicaments soient indépendants de celui qui paye, est-ce que la marge des entreprises est superieure à la déperdition actuelle de la secu d’une part et a la somme des « franchises » qu’on nous promet ?

    Si je peux repondre en disant la marge (bénéfice des entreprises privées qui feraient la santé est inférieure ou au pire egale à la gabegie de la Secu, alors, changeons de système tout de suite en mettant en place la secu commerciale avec un ENCADREMENT qui n’autorise pas une prise en charge a 2 vitesses !

    Si les entreprisent veulent se gaver et laissent sur bord de la route les grands malades et les vieux (parce qu’ils coutent) et qu’en plus leur marges sont exagérées, alors tuons dans l’oeuf cette velleïté de marchandiser la santé.

    Personnellement je doute qu’une entreprise privée, qiuelle que soient les règles qu’on lui impose soient moins chère que la solidarité nationale. Evidement les requins frappent a la porte, devant un si beau gateau... d’autant que les laboratoires pharmaceutiques trouveraient là un terrain de jeu encore plus fertile, si vous me suivez bien...

    Car enfin, comment les rémunérations du personnel de ces entreprises, puis les profits reversés a ses actionnaires, et enfin la gloutoneries des dirigeants pour absorber son voisin plus petit (et ses parchutes) pourraient être inférieur aux erreurs de gestion de la secu actuelle ?

    Si il y a réforme, pourquoi ne pas reformer l’efficacité de la secu actuelle ?... en pénalisant les personnes qui se font operer de l’apendicite plusieurs fois, en donnant un prix de traitement par pathologie, en rationalisant les analyses et examens divers etc, etc... bref en mettant en place une gestion professionnelle et medicale de la santé plutôt qu’une gestion administrative et comptable.



  • HELIOS HELIOS 29 mai 2007 00:58

    Ne pas oublier, ne pas oublier...

    Le passé, comme son nom l’indique est passé, pourquoi ne pas enfin se tourner vers l’avenir ? La chica de cette tienda continuera son commerce et cela me semble normal.

    Désolé de ne pas avoir de nostalgie pour une époque révolue, ni de développer un fetichisme sur des vetements chargés d’histoire plutôt sombre.

    Pour ma part je prefère pousser un peu plus loin et aller m’attabler au Branigan, a Suecia... ça me rapelle l’Europe.



  • HELIOS HELIOS 21 mai 2007 23:03

    Merci Captain Cap, pour l’info et le lien.



  • HELIOS HELIOS 21 mai 2007 13:28

    Merci l’auteur, nous sentons tout de suite votre maîtrise de l’outil...

    Vous savez, depuis que le monde est monde, l’homme a inventé des outils pour répondre à un besoin, réel, pour résoudre un problème ou pour arriver à une solution.

    Les présentations assistées par ordinateur qu’on nous promet, qu’elles soient corporelle (tiens j’ai une réminiscence d’un film « The Dancer » de Luc Besson, avec Mia Frye, qui ne fut pas trop apprécié mais très précoce dans ce domaine) ou tout simplement séquentielles sont des outils servant de support a un discours adapté a notre temps. Quelle facilité pour présenter une quelconque information que de l’agrémenter des attributs multimédia qui la rende plus digeste. Le fond est bien présent et la forme permet de finir le travail

    Oui, mais voila, une bande d’incompétents s’en est emparé et d’une manière continue a transformé l’outil dédié a la communication en un but, à l’instar du paraître constaté dans le monde du show business et du people.

    Alors, évidement, nous pourrons discuter sur l’outil, il n’en reste pas moins qu’il est un excellent outil de communication, qu’il s’appelle Powerpoint ou autrement (version pour Open Office par exemple ou même outils basés sur html...). Il existe des entreprises qui « vendent » du conseil, souvent du vent parfaitement porté par Powerpoint. Toutefois, j’aimerai vous faire partager, à travers ce proverbe chinois attribué a Lao-Tseu, le légitime bon sens qui consiste a ne pas accuser l’outil, il n’y est pour rien, lui !

    « Quand le sage montre la lune, l’imbécile ne voit que le doigt »

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité