• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

hommelibre

hommelibre

Auteur d'un recueil : "Les contes de Crocodile River" (2013), de deux albums 12 titres : "Doa" et "Contre-Courant", d'un roman : "Le diable en été", d'un essai critique : "Féminista : ras-le-bol !". Site ici.

Tableau de bord

  • Premier article le 04/06/2010
  • Modérateur depuis le 23/02/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 471 2107 18757
1 mois 3 4 163
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 96 74 22
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • hommelibre hommelibre 18 février 2020 21:38

    @Alain
    Où est-il annoncé que ce record n’est pas validé ? J’ai cherché, car la presse disait que l’OMM allait « certainement » le valider. Je n’ai pas trouvé. Sauf ceci, du site de l’OMM :

    "La station de recherche argentine Esperanza, située à l’extrémité nord de la péninsule Antarctique, a enregistré le 6 février un nouveau record de chaleur – 18,3 °C – qui pulvérise le précédent record – 17,5 °C – établi le 24 mars 2015, selon le Service météorologique national (SMN) de l’Argentine.

    Il incombe maintenant à un comité chargé de la base de données de l’OMM sur les extrêmes météorologiques et climatiques de vérifier s’il s’agit effectivement d’un nouveau record pour le continent antarctique.« 

    Le record du 6 n’est pas encore validé, comment peuvent-ils s’être déjà prononcés sur celui du 9 ?

    Amusant, au passage, le langage populiste de l’OMM : un record »pulvérisé« ... par 8 dixièmes de degrés... à cause d’une probable bulle de chaleur poussée par les vents de nord-ouest.

    SVP, pas besoin de vos comm sur les »climato-sceptique". Ce n’est pas un argument.



  • hommelibre hommelibre 11 février 2020 10:42

    Oh, les forêts brûlées ne sont qu’une petite partie de l’ensemble. Il y a assez d’animaux dans les forêts intactes : ils vont se reproduire.

    Cela a dû être ainsi depuis la nuit des temps, puisqu’on sait que les incendies participent à l’autogestion (non-humaine) des forêts.



  • hommelibre hommelibre 6 février 2020 23:07

    @velosolex
    La base de donnée utilisée était habituellement valable, je l’ai déjà vérifiée, mais j’insiste, lisez-moi bien : l’important est le différentiel et ce qu’il produit ou non dans le climat local.

    Vous ne faites aucune démonstration invalidant ma réflexion. Les inondations du sud ? La part du réchauffement est difficilement discernable au vu de l’histoire de la région. Et quand on aura désurbanisé les zones inondables et aménagé des zones d’absorption ou de redirection des eaux, il y aura un peu moins de dégâts.

    Mais bon, je vois qu’il n’y a aucun échange ouvert possible avec vous.



  • hommelibre hommelibre 5 février 2020 21:49

    Quelques commentaires en vrac : @ Vélosolex :

    Les chiffres des moyennes sont en effet différents. J’en suis surpris alors que la moyenne de Genève par exemple est juste. J’ai cherché l’emplacement de la station météo de référence de Montpellier-Fréjorgues. C’est une station d’aéroport entourée de bitume noir autour d’une parcelle d’herbe, avec des bâtiments à proximité et aucune surface arborée alentour. C’est le genre de station qui peut surchauffer.

    Par ailleurs vous citez Le Monde, sur lequel je reste très prudent. J’ai vu de grosses bêtises écrites par eux, qui sont aussi piégé par le biais climatique. Un des biais, car il y en a beaucoup, par exemple quand vous écrivez : « … lié à l’activité de l’homme occidental, au libéralisme », cela fait du réchauffement une arme politique et non plus une observation scientifique.

    Mais peu importe, puisque l’important est le différentiel. Le fait même que les moyennes puissent augmenter sans que l’apocalypse ne s’abatte sur la région (pourtant si c’est 3° ce devrait être énorme) montre que la menace est clairement surfaite.

    Autre chose. Sur l’Australie : la masse de combustible laissée dans les forêts est énorme, c’est une raison majeure de la violence des feux. Pour le reste le climat permanent est connu.

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2020/01/09/feux-d-australie-la-politique-environnementale-en-cause-303662.html



  • hommelibre hommelibre 3 février 2020 12:55

    @velosolex

    Les tempêtes du passé n’ont rien à envier à cette de 1999.
    Pour l’Australie vous tombez dans le panneau du réchauffement :

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2020/01/17/australie-%C2%A0le-temps%C2%A0-recadre-le-debat-climatique-303826.html

    Prouvez qu’il y aura réellement une catastrophe climatique et nous en rediscuterons. Les plans sur la comète, la culture morbide de l’angoisse, la réalité météo qui invalide les modèles, la politisation de la science, le refus de continuer le débat, la ennième culpabilisation de l’occident, devraient faire réfléchir plus qu’adhérer à une théorie apocalyptique.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité